Artiste, toi, jusqu’au fantastique, 
Poète, moi, jusqu’à la bêtise, 
Nous voilà, la barbe à moitié grise, 
Moi fou de vers et toi de musique. 

Nous voilà, non sans quelques travaux. 
Riches, moi de l’eau de l’Hippocrène, 
Quand toi des chansons de la Sirène, 
Mûrs pour la gloire et ses échafauds. 

Bah ! nous aurons eu notre plaisir 
Qui n’est pas celui de tout le monde 
Et le loisir de notre désir. 

Aussi bénissons la paix profonde 
Qu’à défaut d’un trésor moins subtil 
Nous donnèrent ces ainsi soit-il.

Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.