Tu fus inhumain 
De sorte cruelle. 
Tu fus inhumain 
De façon mortelle. 
Tu fus inhumain 
Sans rien de romain. 

Tu n’as d’un Romain… 
De la décadence,
Tu n’as d’un Romain 
Que ta grosse panse. 
Tu n’as de Romain 
Que d’être inhumain. 

Tu fus dur et sec 
Comme un coup de trique. 
Tu fus dur et sec
Comme une bourrique
Qui ruerait avec
Un rein dur et sec.

Le pauvre à ta voix 
Tremblait comme feuille. 
Le pauvre — à ta voix !
Qu’épuise et qu’endeuille 
La faim, à la fois,
La soif — et ces froids !

Et maudis sois-tu,
Selon tes mérites,
Donc maudit sois-tu,
Vil bourreau dodu 
Oui, maudit sois-tu 
Suivant ta vertu !

Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.