Ma fille ! ... Je t’appelle, hélas ! Et tu n'es plus !
Loin du climat qui te vit naître,
Comme une tendre fleur, tu n'as fait que paraître.
Je viens graver ici des regrets superflus.
Ici sont renfermés, sous cette froide pierre,
Tes grâces, ta beauté, tes talents, tes vertus,
Et le cœur de ta mère.


Victoire Babois

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.