Déjà l’hiver s’approche et son souffle humide
Vient augmenter encor vos cruelles douleurs ;
Déjà ma muse aussi, languissante et timide,
De sa fraîche couronne a vu pâlir les fleurs.

Mais avant que mes mains débiles et glacées
Laissent tomber mon luth par la gloire oublié,
Je veux qu’il soit pour vous l’écho de mes pensées,
Et qu’il vibre en faveur de ma tendre amitié.

Sur l’Océan du monde en naufrages fertile,
Au bruit des aquilons et des noirs ouragans,
Vous avez soixante ans bravé d’un front tranquille
Les écueils dangereux et les gouffres grondants.

Et soixante ans les flots de cette mer immense
Ont respecté la nef que guidaient vos vertus,
Car Dieu qui les comptait a, dans sa prévoyance,
Mon père, autour de vous calmé les flots émus.

Combien de passagers brillants, pleins d'allégresse,
Ont subi sur ces flots un horrible destin,
Sans que l’écho plaintif de leurs cris de détresse
Arrivât jusqu’à vous, de l’horizon lointain !

C’est que le Tout-Puissant, sur la terre ou sur l’onde,
Tôt ou tard du méchant punit l’iniquité,
Et du juste opprimé qui souffre dans ce monde
Récompense en secret la foi, la probité.

Mais las enfin d’errer sur les vagues humaines,
Vous revenez au port, dans vos foyers si chers,
Et des doux souvenirs de vos courses lointaines
Vous vous bercez encore au bruit des flots amers.

Après bien des travaux, bien des peines, mon père,
Près de nous vous voyez s’écouler vos vieux jours.
Si votre vie, hélas ! n’a pas été prospère,
Du moins aucun regret n’en vient troubler le cours.

Ah ! qu’importe après tout si l’espérance brille
Et de ses doux rayons ranime votre cœur ?
Patriarche honoré que chérit sa famille,
Vous puisez dans sa paix votre unique bonheur.

Puissiez-vous, désormais, éloigné des orages,
Jouir auprès de nous d’un paisible repos,
Et par vos longs récits, par vos conseils si sages,
Diriger mon esquif qui brave encore les flots !

Décembre 1841

 

Alexandre Latil

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.