Morin, tu m’as empli ma chambre
D’une odeur douce comme l’ambre ;
Et je puis dire, en vérité,
Qu’en un bouquet de fleurs nouvelles,
Toutes aussi rares que belles,
À la fois tu m’as apporté
Le Printemps et sa gaieté,
Des jardins, des champs, des prairies,
De l’émail et des pierreries ;
Enfin tu m’as fait un présent
Musqué, riche, rare et plaisant.
Morin, tu m’as emply ma chambre
D’une odeur douce comme l’ambre ;
Et je puis dire, en verité,
Qu’en un bouquet de fleurs nouvelles,
Toutes aussi rares que belles,
A la fois tu m’as apporté
Le Printemps et sa gayeté,
Des jardins, des champs, des prairies,
De l’esmail et des pierreries ;
Enfin tu m’as faict un present
Musqué, riche, rare et plaisant.


Paul Scarron

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.