Le cygne, lorsqu’il sent venir l’heure suprême,
En chants mélodieux
À la blonde lumière, au beau fleuve qu’il aime,
Soupire ses adieux !

Ainsi cette pauvre âme, à la rive lointaine,
Lasse de trop souffrir,
S’exhalait en doux chants et déplorait sa peine
Au moment de mourir !


Théophile Gautier

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.