Vous aviez des cheveux terriblement ; 
Moi je ramenais désespérément ; 
Quinze ans se sont passés, nous sommes chauves 
Avec, à tous crins, des barbes de fauves. 

La Barbe est une erreur de ces temps-ci 
Que nous voulons bien partager aussi ; 
Mais l’idéal serait des coups de sabres 
Ou même de rasoirs nous faisant glabres.

Voyez de Banville, et voyez Lecon-
Te de Lisle, et tôt pratiquons leur con-
Duite et soyons, tels ces deux preux, nature. 

Et quand dans Paris, tels que ces deux preux, 
Nous irons, fleurant de littérature. 
Le peuple, ébloui, nous prendra pour eux.

Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.