ARTISTE consommé, ton crayon immortel
À Rogers, le classique, improvise un autel,
Qu’il reste ton chef d’œuvre ! – Il m’en souvient encore
Dans ces temps déjà loin où pointait mon aurore
Que de fois n’ai-je pas, admirateur naïf,
Dévoré du regard, ton faire intellectif ?
Le précieux Grandison, et la triste Clarisse,
Les héros de Fielding, de Smollet, Vertu, Vice,
S’offraient à mes regards, réalisés par toi ;
Mais ce qui fit surtout impression sur moi,
Ce fut l’étrangeté, les bizarres figures
Qui de Peter Wilkins illustrent les gravures.
L’âge qui rend moins prompt, surtout moins positif
Le crayon de l’artiste – il rend le tien plus vif,
Plus délicat, plus doux ; tes ombres, ta lumière
Te rendent Titianesque – Ah ! puisse ta carrière
Se prolonger longtemps, rival de Raphaël,
Aussi beau que Watteau, tout comme eux immortel !


Charles Lamb

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.