Adieu, mon joli cœur de rêve !
Souvenez-vous du Val-André
Et de l'heure exquise et trop brève
Où le soir mourait sur la grève
Comme un andante de Fauré.

D'où veniez-vous, mon gentil page ?
De Criquetot… ou de Paris ?
Moi j'arrivais d'un long voyage
Au pays des cœurs en veuvage,
Au pays des cœurs défleuris.

C'est là-bas sur une âpre côte,
Chez un vieux peuple aux yeux d'enfant.
À basse mer comme à mer haute,
L'amour à toute heure y sanglote :
Rien qu'à l'ouïr, le cœur se fend.

Avant que le ciel ne se brouille,
Partez, mon cœur, mon cœur joli.
La brume file sa quenouille ;
Craignez l'automne aux doigts de rouille,
Tisseurs de silence et d'oubli.


Charles Le Goffic

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.