Résignée et soumise au Dieu de l’univers,
La Nature en silence adore, vit et prie ;
Sur le sol riche ou nu qui lui sert de patrie
L’animal suit la loi de ses instincts divers.

Les printemps alternés succèdent aux hivers,
La terre est tour à tour fécondée et fleurie
Et le bon Dieu sourit aux fleurs de la prairie
Qui regardent le ciel comme des yeux ouverts.

Tout se tait, la servante obéit à son maître
Et, soit qu’il faille aimer, vivre, mourir ou naître,
Tout conserve son rang, son ordre et son milieu.

L’homme seul, affirmant sa naissance et sa gloire,
A le devoir de dire et dit : JE CROIS EN DIEU ;
Car seul il peut fermer les yeux et ne pas croire.


Gustave Le Vavasseur

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.