Adieu, toi dont la main sur ma pâle existence
De quelques jours heureux a répandu les fleurs,
Toi qui seul as voulu de mon adolescence
Plaindre et partager les douleurs !

Adieu ! Mais ton image en mon âme attendrie
Vivra malgré l'espace et les ans destructeurs ;
La mer peut t'éloigner du sol de ma patrie,
Mais ne peut séparer nos cœurs.

Ah ! de quoi sert d'aimer dans cette vie amère ?
Chaque jour quelques pleurs viennent mouiller nos yeux ;
Et trop souvent, hélas ! la voix qui nous est chère
Vient nous murmurer des adieux.

Mais en dépit des coups de mon destin rebelle
Qui me fait un tourment du besoin de t'aimer,
A ta douce amitié mon cœur simple et fidèle
Se laissera toujours charmer.

Et dans mon sein flétri, sur ce lointain rivage,
Ainsi qu'un pur rayon de l'astre de la nuit,
Souvent ton souvenir blanchira le nuage
Que ton absence produit,

Mais souviens-toi parfois qu'en ce triste silence,
Et l'étoile du soir et le flambeau du jour
Me verront supporter les ennuis de l'absence,
Dans le rêve de ton retour.


Auguste Lacaussade

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.