I

Le soleil va chasser la nuit ;
Pâle Phoebé, reine aux longs voiles,
Il est temps de rentrer, sans bruit,
Ton troupeau de blanches étoiles !

Déjà des bois silencieux
L’aube pénètre le mystère…
Que fais-tu si tard dans les cieux,
Quand nous t’attendons sur la terre ?

II

Elle vient ! Elle vient !… de son pied diligent
Entendez-vous, là-bas, le bruit léger dans l’herbe ?
Mais ce n’est plus Phoebé par les cieux voyageant…
C’est Diane au cœur dur, Diane au front superbe !
Elle a ses blonds cheveux liés comme une gerbe,
Et sur son dos bruni sonne un carquois d’argent.


III

À nous, déesse !… en chasse ! en chasse !
Le bois s’emplit de cris ardents.
Les chiens sont fous. Voici la trace
Des sangliers aux longues dents !…

Au galop, courbés sous les branches,
Plus vite, allons ! Plus vite encore !
La mince flèche aux ailes blanches
Siffle, comme le vent du nord.

Nous courons, nous volons ; ― victoire !
Les épieux et les javelots !…
La bête en tient ; ― la mousse noire
Boit, par les monts, son sang à flots.

Elle tombe, à bout de colères ;
Et sa blessure, en s’épanchant,
Rougit le lac aux ondes claires,
Comme fait un soleil couchant.


IV

Les cornets ont sonné, ― la nuit vient, ― qu’on se presse !
Amis, la route est longue après les durs combats.
Six chevaux traîneront, fiers et pleins d’allégresse,
Le monstre hérissé, trop pesant pour nos bras.
Diane ! En ton honneur nous brûlerons sa graisse !
Phoebé, remonte aux cieux pour éclairer nos pas !…


Louis Bouilhet

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.