Le poète, mourant de faim 
Suivant l’immuable légende,
S’en alla frapper à la fin 
Chez un éditeur de sa bande. 

— Sa bande, car ce sont bandits 
Que tels éditeurs et poètes — 
A l’effet d’un maravédis 
Ou deux, pour rompre ses diètes. 

L’éditeur qui venait de ne 
Vendre… qu’une édition toute,
Bref, répondit : « Mon vieux, vous me 
Volez comme sur la grand’route. »

Le poète, toujours serein,
Et toujours serin, lui réplique :
Des voleurs comme moi, je crains 
Qu’il n’en soit pas assez pour le bien de la République.

Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.