Apres avoir d’un bras victorieux
Domté l’effort des superbes courages,
Aucuns jadis bastirent haulx ouvrages,
Pour se venger du temps injurieux.

Autres craignans leurs actes glorieux
Assujetir à flammes, et orages,
Firent ecriz, qui malgré telz outrages
Ont faict leurs noms voler jusques aux cieulx.

Maintz au jourdhuy en signe de victoire
Pendent au temple armes bien etophées,
Mais je ne veulx acquerir telle gloire.

Avoir esté par vous vaincu, et pris,
C’est mon laurier, mon triomphe, et mon prix,
Qui ma depouille egale à leurs trophées.

Joachim du Bellay

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.