Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d'un seul housard qu'il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d'une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Il lui sembla dans l'ombre entendre un faible bruit.
C'était un Espagnol de l'armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu'à moitié.
Et qui disait : « À boire! à boire par pitié ! »
Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit : « Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. »
Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l'homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu'il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant: « Caramba ! »
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
« Donne-lui tout de même à boire », dit mon père.

Victor Hugo

Ce poème fait partie de notre sélection des plus beaux poèmes du 19e siècle et de celle des 100 plus beaux poèmes de l’histoire.

Découvrez les autres plus beaux poèmes de Victor Hugo.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriage pour Adultes et Écriture Créative

Chaque semaine, recevez votre feuille d’activité à imprimer et de la musique relaxante. Un moment de détente aux nombreux bienfaits : réduction du stress, amélioration du sommeil, amélioration des facultés cérébrales et motrices.

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes sans publicité et de la poésie sur YouTube !
Johann