Arbres feuillus, dont la verdeur première
Ombrage l'huis du palais non pareil
Où le destin tient enclos ce bel œil
Qui me ravit de sa vive lumière,

Las ! plût au fils de la blonde Écumière,
Qu'un jour préfix, dès l'Aube au doigt vermeil,
Jusqu'au coucher des coursiers du Soleil,
Je fusse vif sous votre écorce ormière !

Depuis ce point, je verrais curieux
Ma belle Nymphe éclatante à mes yeux,
Sans offenser ses beautés que j'adore.

Ô grand Amour, des grands dieux le plus beau,
Pour exalter le brandon qui t'honore,
Fais qu'en ce lieu je ressemble un ormeau !


Joachim Bernier de La Brousse

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann