Je triomphe et j’ai ce Schiedam,
(Qui ne me vient point d’Amsterdam,
Mais de la Haye),
Et j’en ai bu beaucoup, beaucoup,
Trop peut-être et j’ai vu le loup 
Sauter la haie. 

La haie, hélas ! de ma raison 
Sauter et fuir à l’horizon,
Tel un cortège,
À lui tout seul, ce loup, de loups 
Et jadis : il me serait doux,
Puisque m’assiège 

Le remords — car c’est du remords,
Et le remords c’est des rats morts 
Dont l’odeur pue,
De n’avoir encor partagé 
Ce Schiedam ô si fort que j’ai !
Avec tel dont la note est due,
— De partager (un peu) ce fier Schiedam que j’ai.

Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.