A Dieu vous dy, Muses Aoniennes,
Vos musemens m'ont par trop arresté.
Vos beaux guerdons sont-ce pas pauvreté,
Langueur, soucy, ennuys, travaux et peines 7

Et puis vantez vos eaux Pegasiennes !
Puis promettez une immortalité !
A Dieu, à Dieu : je n'ay que trop esté
Repeu du vent de vos promesses vaines.

Las ! qu'ay je dit ? ô Muses, revenez,
Et avecq'moy, s'il vous plaist, vous tenez,
Car desormais vous seules je veux suivre :

Sçachant très-bien qu'au monde tout perit,
Fors seulement les seuls biens de l'esprit,
Que l'homme mort après la mort faict vivre.


Jean de La Peruse

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.