Quelques-uns dans tout ce Paris 
Nous vivons d’orgueil et de dèche. 
D’alcool encore qu’épris 
Nous buvons surtout de l’eau fraîche 
En cassant la croûte un peu sèche. 
À d’autres fins mets et grands vins 
Et la beauté jamais revêche ! 
Nous sommes les bons écrivains.

Phœbé, quand tous les chats sont gris, 
Effile d’une pointe rêche 
Nos corps par la gloire nourris 
Dont l’enfer, au guet, se pourlèche, 
Et Pœbus nous lança sa flèche, 
La nuit nous berce en songes vains 
Sur des lits de noyaux de pêche. 
Nous sommes les bons écrivains.

Beaucoup de beaux esprits ont pris 
L’enseigne de l’Home qui bêche,
Et Lemerre tient les paris,
Plus d’un encor se dépêche
El tâche d’entrer par la brèche ;
Mais Vanier à la fin des fins 
Seul eut de la chance à la pêche. 
Nous sommes les bons écrivains.

ENVOI

Bien que la bourse chez nous pèche,
Princes, rions, doux et divins. 
Quoi que l’on dise ou que l’on prêche. 
Nous sommes les bons écrivains.

Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.