En attendant qu’on m’enterre,
Aujourd’hui, j’veux êtr’ très gai.
Flon, flon flon, lariradondaire,
Gai, gai, gai, lariradondé.

Je n’fais pas beaucoup d’affaires ;
L’verr’ cassé n’est pas d’mandé.
Flon, flon, etc.

Ma pauvr’ femm’ non plus n’gagn’ guère ;
Lui faut trop d’litr’s dans l’gésier.
Flon, flon, etc.

Sa hott’, son croc d’chiffonnière,
Ell’ vend tout pour un d’mi-s’tier.
Flon, flon, etc.

Ell’ n’est pas belle, au contraire.
Il m’sembl’ bien qu’j’en ai assez.
Flon, flon, etc.

J’vas y emplir la gueule d’terre
Et lui mettre un’ corde aux pieds.
Flon, flon, etc.

J’vas la foutr’ dans la rivière
Et puis boire à sa santé.
Flon, flon, etc.

Il pleure.

Mais contr’ qui cogner mon verre ?
Quoiqu’ laid’ c’est un’ société !...
Flon, flon, etc.

J’la gard’ ! J’ai du temps à faire.
Ell’ soign’ra ma vétusté.
Flon, flon flon, lariradondaire,
Gai, gai, gai, lariradondé.


Charles Cros

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.