Soir religieux (VI) - Émile Verhaeren

L'averse a sabré l'air de ses lames de grêle,Et voici que le ciel luit comme un parvis bleu,Et que c'est l'heure où meurt à l'occident, le feuOù l'argent de la nuit à l'or du jour se mêle. A l'horizon, plus rien ne passe, si ce n'estUne allée invaincue et géante de...

Le Mont - Émile Verhaeren

Ce mont, Avec son ombre prosternée, Au clair de lune, devant lui, Règne, infiniment, la nuit, Tragique et lourd, sur la campagne lasse. Par les carreaux de leurs fenêtres basses, Les chaumières pauvres et vieilles De loin en loin, comme des gens, surveillent. Aux...

Les Hôtes - Émile Verhaeren

- Ouvrez, les gens, ouvrez la porte, je frappe au seuil et à l'auvent, ouvrez, les gens, je suis le vent qui s'habille de feuilles mortes. - Entrez, monsieur, entrez le vent, voici pour vous la cheminée et sa niche badigeonnée ; entrez chez nous, monsieur le vent. -...

La Lys - Émile Verhaeren

Lys tranquille, Lys douce et lente Dont le vent berce, aux bords, les herbes et les plantes, Vous entourez nos champs et nos hameaux, là-bas, De mille et mille méandres, Pour mieux tenir serrée, entre vos bras, La Flandre. Et vous allez et revenez, Sans angoisse et...

Les Fumeurs - Émile Verhaeren

« C'est aujourd'hui, Au cabaret du Jour et de la Nuit, Qu'on sacrera Maître et Seigneur des vrais fumeurs Celui Qui maintiendra Le plus longtemps, Devant les juges compétents, Une même pipe allumée. Or, qu'à tous soit légère La bière, Et soit docile la fumée.   » Ont...

Les Pas - Émile Verhaeren

L'hiver, quand on fermait, A grand bruit lourd, les lourds volets, Et que la lampe s'allumait Dans la cuisine basse, Des pas se mettaient à sonner, des pas, des pas, Au long du mur, sur le trottoir d'en face. Tous les enfants étaient rentrés, Rompant leurs jeux...

Les Tours au Bord de la Mer - Émile Verhaeren

Veuves debout au long des mers, Les tours de Lisweghe et de Furnes Pleurent, aux vents des vieux hivers Et des automnes taciturnes. Elles règnent sur le pays, Depuis quels jours, depuis quels âges, Depuis quels temps évanouis Avec les brumes de leurs plages ? Jadis,...

Liminaire - Émile Verhaeren

I … Ces souvenirs chauffent mon sang Et pénètrent mes moelles… Je me souviens du village près de l'Escaut, D'où l'on voyait les grands bateaux Passer, ainsi qu'un rêve empanaché de vent Et merveilleux de voiles, Le soir, en cortège, sous les étoiles. Je me souviens de...

La Foule - Émile Verhaeren

En ces villes d'ombre et d'ébène D'où s'élèvent des feux prodigieux ; En ces villes, où se démènent, Avec leurs chants, leurs cris et leurs blasphèmes, A grande houle, les foules ; En ces villes soudain terrifiées De révolte sanglante et de nocturne effroi, Je sens...

Les Saints, les Morts, les Arbres et le Vent - Émile Verhaeren

Les grand'routes tracent des croix A l'infini, à travers bois ; Les grand'routes tracent des croix lointaines A l'infini, à travers plaines ; Les grand'routes tracent des croix Dans l'espace livide et froid, Où voyagent les vents déchevelés A l'infini, par les allées....

Le Forgeron - Émile Verhaeren

Sur la route, près des labours, Le forgeron énorme et gourd, Depuis les temps déjà si vieux, que fument Les émeutes du fer et des aciers sur son enclume, Martèle, étrangement, près des flammes intenses, A grands coups pleins, les pâles lames Immenses de la patience....

Le Meunier - Émile Verhaeren

Le vieux meunier du moulin noir, On l'enterra, l'hiver, un soir De froid rugueux, de bise aiguë En un terrain de cendre et de ciguës. Le jour dardait sa clarté fausse Sur la bêche du fossoyeur ; Un chien errait près de la fosse, L'aboi tendu vers la lueur. La bêche, à...

Les Cordiers - Émile Verhaeren

Dans son village, au pied des digues, Qui l'entourent de leurs fatigues De lignes et de courbes vers la mer, Le blanc cordier visionnaire A reculons, sur le chemin, Combine, avec prudence, entre ses mains, Le jeu tournant de fils lointains Venant vers lui de l'infini....

Les Pêcheurs - Émile Verhaeren

Le site est floconneux de brume Qui s'épaissit en bourrelets, Autour des seuils et des volets, Et, sur les berges, fume. Le fleuve traîne, pestilentiel, Les charognes que le courant rapporte ; Et la lune semble une morte Qu'on enfouit au bout du ciel. Seules, en des...

L'Étal - Émile Verhaeren

Au soir tombant, lorsque déjà l'essor De la vie agitée et rapace s'affaisse, Sous un ciel bas et mou et gonflé d'ombre épaisse, Le quartier fauve et noir dresse son vieux décor De chair, de sang, de vice et d'or. Des commères, blocs de viande tassée et lasse,...

La Bourse - Émile Verhaeren

Comme un torse de pierre et de métal debout Le monument de l'or dans les ténèbres bout. Dès que morte est la nuit et que revit le jour, L'immense et rouge carrefour D'où s'exalte sa quotidienne bataille Tressaille. Des banques s'ouvrent tôt et leurs guichets, Où l'or...

Le Spectacle - Émile Verhaeren

Au fond d'un hall sonore et radiant, Sous les ailes énormes Et les duvets des brumes uniformes, Parfois, le soir, on déballe les Orients. Les tréteaux clairs luisent comme des armes ; De gros soleils en strass brillent, de loin en loin ; Des cymbaliers hagards...

L'Attente - Émile Verhaeren

Et c'est au long de ces pays de sépulture, En ces marais, qui sont bourbeux depuis mille ans, Que j'amarre, ce soir, mon désir d'aventure, Comme un brusque voilier fragile et violent. J'ai délaissé, là-bas, les quais lointains, D'où s'exaltait et naviguait, dans les...

Croquis de cloître - Émile Verhaeren

I Dans un pesant repos d'après-midi vermeil, Les stalles en vieux chêne éteint sont alignées, Et le jour traversant les fenêtres ignées Etale, au fond du choeur, des nattes de soleil. Et les moines dans leurs coules toutes les mêmes, - Mêmes plis sur leur manche et...

Soir Religieux - Émile Verhaeren

I Près du fleuve roulant vers l'horizon ses ors Et ses pourpres et ses vagues entre-frappées, S'ouvre et rayonne, ainsi qu'un grand faisceau d'épées, L'abside ardente avec ses sveltes contreforts. La nef allume auprès ses merveilleux décors : Ses murailles de fer et...