Ballade en vieil langage françois - François Villon

Car, ou soit ly sains appostolles D'aubes vestuz, d'amys coeffez, Qui ne seint fors saintes estolles Dont par le col prent ly mauffez De mal talant tous eschauffez, Aussi bien meurt que filz servans, De ceste vie cy brassez : Autant en emporte ly vens. Voire, ou soit...

Quand je considère ces têtes - François Villon

Quand je considère ces têtesEntassées en ces charniers,Tous furent maitres des requêtes,Au moins de la Chambre aux Deniers,Ou tous furent portepaniers :Autant puis l’un que l’autre dire,Car d’évêques ou lanterniers,Je n’y connois rien à redire. François...

Les regrets de la belle heaumière - François Villon

Advis m’est que j’oy regretterLa belle qui fut heaulmière,Soy jeune fille souhaitterEt parler en ceste manière : « Ha ! vieillesse felonne et fière,Pourquoy m’as si tost abatue ?Qui me tient que je ne me fière,Et qu’à ce coup je ne me tue ? « Tollu m’as ma haulte...

Les Plus Beaux Poèmes de François Villon

Si vous souhaitez lire ou relire les poèmes les plus célèbres et les plus beaux de François Villon, vous êtes au bon endroit. Bien que l’art soit subjectif, j’ai tenté de sélectionner des poèmes incontournables de ce poète en me basant sur mes préférences personnelles...

Ballade des dames du temps jadis (modernisé) - François Villon

La Ballade des dames du temps jadis, du recueil Le Testament, est un des plus beaux poèmes de François Villon. Cette ballade lyrique et mélancolique, composée de trois huitains et un quatrain en octosyllabes, évoque le temps qui passe au travers des destins de 12...

Chanson - François Villon

Au retour de dure prison Où j'ai laissé presque la vie, Se Fortune a sur moi envie Jugez s'elle fait méprison ! Il me semble que, par raison, Elle dût bien être assouvie Au retour. Se si pleine est de déraison Que veuille que du tout dévie Plaise à Dieu que l'âme...

Belle leçon aux enfants perdus - François Villon

" Beaux enfants, vous perdrez la plus Belle rose de vo chapeau ; Mes clercs près prenant comme glus, Se vous allez à Montpipeau Ou à Ruel, gardez la peau : Car, pour s'ébattre en ces deux lieux, Cuidant que vausît le rappeau, Le perdit Colin de Cayeux. " Ce n'est pas...

Double ballade - François Villon

Pour ce, aimez tant que voudrez, Suivez assemblées et fêtes, En la fin ja mieux n'en vaudrez Et n'y romperez que vos têtes ; Folles amours font les gens bêtes : Salmon en idolatria, Samson en perdit ses lunettes. Bien heureux est qui rien n'y a ! Orpheüs le doux...

Épitaphe et rondeau - François Villon

Ci gît et dort en ce solier, Qu'amour occit de son raillon, Un pauvre petit écolier Qui fut nommé François Villon. Oncques de terre n'eut sillon. Il donna tout, chacun le sait : Table, tréteaux, pain, corbillon. Pour Dieu, dites-en ce verset : Repos éternel donne à...

Épître à mes amis - François Villon

Ayez pitié, ayez pitié de moi, A tout le moins, s'il vous plaît, mes amis ! En fosse gis, non pas sous houx ne mai, En cet exil ouquel je suis transmis Par Fortune, comme Dieu l'a permis. Filles aimant jeunes gens et nouveaux, Danseurs, sauteurs, faisant les pieds de...

Ballade des pendus - François Villon

La Ballade des pendus est un poème célèbre de François Villon. Cette grande ballade macabre aurait été écrite en prison lorsque le poète, condamné à la suite d’une rixe, attendait son exécution par pendaison. Ce poème médiéval sur le thème de la rédemption est surtout...

Le débat du cœur et du corps de Villon - François Villon

Qu'est ce que j'oi ? - Ce suis-je ! - Qui ? - Ton cœur Qui ne tient mais qu'à un petit filet : Force n'ai plus, substance ne liqueur, Quand je te vois retrait ainsi seulet Com pauvre chien tapi en reculet. - Pour quoi est-ce ? - Pour ta folle plaisance. - Que t'en...

Les contredits de Franc Gontier - François Villon

Ballade Sur mol duvet assis, un gras chanoine, Lez un brasier, en chambre bien nattée, A son côté gisant dame Sidoine Blanche, tendre, polie et attintée, Boire hypocras, à jour et à nuitée, Rire, jouer, mignonner et baiser, Et nu à nu, pour mieux des corps s'aiser,...

Problème ou Ballade de la Fortune - François Villon

Fortune fus par clercs jadis nommée, Que toi, François, crie et nomme murtrière, Qui n'es homme d'aucune renommée. Meilleur que toi fais user en plâtrière, Par pauvreté, et fouir en carrière ; S'à honte vis, te dois-tu doncques plaindre ? Tu n'es pas seul ; si ne te...

Question au clerc du Guichet ou ballade de l'appel - François Villon

Que vous semble de mon appel, Garnier ? Fis-je sens ou folie ? Toute bête garde sa pel ; Qui la contraint, efforce ou lie, S'elle peut, elle se délie. Quand donc par plaisir volontaire Chantée me fut cette homélie, Etoit-il lors temps de moi taire ? Se fusse des hoirs...

Requête à monseigneur de Bourbon - François Villon

Le mien seigneur et prince redouté Fleuron de lys, royale géniture, François Villon, que Travail a dompté A coups orbes, par force de bature, Vous supplie par cette humble écriture Que lui fassiez quelque gracieux prêt. De s'obliger en toutes cours est prêt, Si ne...

Rondeau (Mort, j'appelle de ta rigueur) - François Villon

Mort, j'appelle de ta rigueur, Qui m'as ma maîtresse ravie, Et n'es pas encore assouvie Si tu ne me tiens en langueur : Onc puis n'eus force ni vigueur ; Mais que te nuisoit-elle en vie, Mort ? Deux étions et n'avions qu'un cœur ; S'il est mort, force est que dévie,...

Ballade des femmes de Paris - François Villon

Quoiqu'on tient belles langagères Florentines, Vénitiennes, Assez pour être messagères, Et mêmement les anciennes, Mais soient Lombardes, Romaines. Genevoises, à mes périls, Pimontoises, savoisiennes, Il n'est bon bec que de Paris. De beau parler tiennent chaïères, Ce...