Dieu, qu'il la fait bon regarder - Charles d'Orléans

Dieu, qu'il la fait bon regarder, La gracieuse, bonne et belle ! Pour les grans biens qui sont en elle, Chascun est prest de la louer. Qui se pourroit d'elle lasser ? Tousjours sa beauté renouvelle, Dieu, qu'il la fait bon regarder, La gracieuse, bonne et belle ! Par...

En faictes vous doubte - Charles d'Orléans

En faictes vous doubte Que vostre ne soye ? Se Dieu me doint joye Au cueur, si suis toute. Rien ne m'en deboute, Pour chose que j'oye. En faictes vous doubte Que vostre ne soye ? Dangier et sa route S'en voisent leur voye, Sans que plus les voye ! Tousjours il...

Bien moustrez, Printemps gracieux - Charles d'Orléans

Bien moustrez, Printemps gracieux, De quel mestier savez servir, Car Yver fait cueurs ennuieux, Et vous les faictes resjouir. Si tost comme il vous voit venir, Lui et sa meschant retenue Sont contrains et prestz de fuir A vostre joyeuse venue. Yver fait champs et...

En acquittant nostre temps vers jeunesse - Charles d'Orléans

En acquittant nostre temps vers jeunesse, Le nouvel an et la saison jolie, Plains de plaisir et de toute liesse - Qui chascun d'eulx chierement nous en prie -, Venuz sommes en ceste mommerie, Belles, bonnes, plaisans et gracieuses, Prestz de dancer et faire chiere lie...

En la forest d'Ennuyeuse Tristesse - Charles d'Orléans

En la forest d'Ennuyeuse Tristesse, Un jour m'avint qu'a par moy cheminoye, Si rencontray l'Amoureuse Deesse Qui m'appella, demandant ou j'aloye. Je respondy que, par Fortune, estoye Mis en exil en ce bois, long temps a, Et qu'a bon droit appeller me povoye L'omme...

En la nef de bonne nouvelle - Charles d'Orléans

En la nef de bonne nouvelle Espoir a chargié Reconfort Pour l'amener, de par la belle, Vers mon cueur qui l'ayme si fort. A joye puist venir au port De desir et, pour tost passer La mer de Fortune, trouver Un plaisant vent venant de France Ou est a present ma...

En regardant vers le païs de France - Charles d'Orléans

En regardant vers le païs de France, Un jour m'avint, a Dovre sur la mer, Qu'il me souvint de la doulce plaisance Que souloye oudit pays trouver ; Si commençay de cueur a souspirer, Combien certes que grant bien me faisoit De voir France que mon cueur amer doit. Je...

Escollier de Merencolie - Charles d'Orléans

Escollier de Merencolie, A l'estude je suis venu, Lettres de mondaine clergie Espelant a tout ung festu, Et moult fort m'y treuve esperdu. Lire n'escripre ne sçay mye, Dez verges de Soussy batu, Es derreniers jours de ma vie. Pieça, en jennesse fleurie, Quant de vif...

J'ay fait l'obseque de ma dame - Charles d'Orléans

J'ay fait l'obseque de ma dame Dedens le moustier amoureux, Et le service pour son ame A chanté Penser doloreux. Mains cierges de soupirs piteux Ont esté en son luminaire ; Aussi j'ay fait la tombe faire De regrez, tous de larmes pains, Et tout entour moult richement...

Je fu en fleur ou temps passé d'enfance - Charles d'Orléans

Je fu en fleur ou temps passé d'enfance Et puis après devins fruit en jeunesse ; Lors m'abaty de l'arbre de plaisance, vert et non meur, Folie ma maistresse. Et pour cela Raison, qui tout redresse A son plaisir, sans tort ou mesprison, M'a a bon droit, par sa...

Je meurs de soif en couste la fontaine - Charles d'Orléans

Je meurs de soif en couste la fontaine ; Tremblant de froit ou feu des amoureux ; Aveugle suis, et si les autres maine ; Povre de sens, entre saichans l'un d'eulx ; Trop negligent, en vain souvent songneux ; C'est de mon fait une chose faiee, En bien et mal par...

Je n'ay plus soif, tairie est la fontaine - Charles d'Orléans

Je n'ay plus soif, tairie est la fontaine ; Bien eschauffé, sans le feu amoureux ; Je voy bien cler, ja ne fault qu'on me maine ; Folie et Sens me gouvernent tous deux ; En Nonchaloir resveille sommeilleux ; C'est de mon fait une chose meslee, Ne bien, ne mal,...

Quand je considère ces têtes - François Villon

Quand je considère ces têtesEntassées en ces charniers,Tous furent maitres des requêtes,Au moins de la Chambre aux Deniers,Ou tous furent portepaniers :Autant puis l’un que l’autre dire,Car d’évêques ou lanterniers,Je n’y connois rien à redire. François...

Les regrets de la belle heaumière - François Villon

Advis m’est que j’oy regretterLa belle qui fut heaulmière,Soy jeune fille souhaitterEt parler en ceste manière : « Ha ! vieillesse felonne et fière,Pourquoy m’as si tost abatue ?Qui me tient que je ne me fière,Et qu’à ce coup je ne me tue ? « Tollu m’as ma haulte...

En la forêt d'Ennuyeuse Tristesse - Charles d'Orléans

En la forest d'Ennuyeuse Tristesse,Un jour m'avint qu'a par moy cheminoye,Si rencontray l'Amoureuse DeesseQui m'appella, demandant ou j'aloye.Je respondy que, par Fortune, estoyeMis en exil en ce bois, long temps a,Et qu'a bon droit appeller me povoyeL'omme esgaré qui...

En regardant vers le Pays de France - Charles d'Orléans

En regardant vers le pays de France,Un jour m’advint, à Douvres sur la mer,Qu’il me souvint de la douce plaisanceQue je soulais au dit pays trouver ;Si commençai de cœur à soupirer,Combien certes que grand bien me faisoitDe voir France que mon cœur aimer doit Je...

En faites-vous doute - Charles d'Orléans

En faites-vous douteQue vôtre ne soie?Ce Dieu me doint joieAu cœur, si suis toute. Rien ne m'en déboutePour chose que j'oye :En faites-vous douteQue vôtre ne soie? Danger et sa routeS'en voisent leur voie,Sans que plus les voie;Toujours il m'écoute,En faites-vous...

Les 21 Plus Beaux Poèmes du Moyen Âge et de la Renaissance

Les Plus Beaux Poèmes du Moyen Âge François Villon (1431-1463), Rutebeuf (1230-1285), Charles d’Orléans (1394-1465) et Marie de France (1160-1210) sont les poètes les plus connus du Moyen Âge. La poésie, principalement des épopées ou de la poésie lyrique sous forme de...

Dedans mon Livre de Pensée - Charles d'Orléans

Dedans mon Livre de Pensée, J'ai trouvé écrivant mon cœur La vraie histoire de douleur, De larmes toute enluminée, En effaçant la très aimée Image de plaisante douceur, Dedans mon Livre de Pensée, J'ai trouvé écrivant mon cœur. Hélas ! où l'a mon cœur trouvée ? Les...

En hiver, du feu, du feu - Charles d'Orléans

En yver, du feu, du feu ! Et en esté, boire, boire ! C'est de quoy on fait memoire, Quant on vient en aucun lieu. Ce n'est ne bourde, ne jeu, Qui mon conseil vouldra croire : En yver, du feu, du feu ! Et en esté, boire, boire ! Chaulx morceaulx faiz de bon queu Fault...