Soirs (I) - Albert Samain

Calmes aux quais déserts s'endorment les bateaux. Les besognes du jour rude sont terminées, Et le bleu Crépuscule aux mains efféminées Éteint le fleuve ardent qui roulait des métaux. Les ateliers fiévreux desserrent leurs étaux, Et, les cheveux au vent, les fillettes...

Réveil - Albert Samain

L’aube d’une clarté s’épanche dans mon âme. Au mur de l’horizon j’ai vu luire une flamme. Les lys soudain dans l’ombre ont frémi de ferveur Et j’ai senti passer la robe du sauveur. Je suis le voyageur endormi sur la route, Las et le cœur sinistre, au carrefour du...

Bacchante - Albert Samain

J’aime invinciblement. J’aime implacablement. Je sais qu’il est des cœurs de neige et de rosée ; Moi, l’amour sous son pied me tient nue et brisée ; Et je porte mes sens comme un mal infamant. Ma bouche est détendue, et mes hanches sont mûres ; Mes seins un peu...

Idéal - Albert Samain

Hors la ville de fer et de pierre massive, À l’aurore, le chœur des beaux adolescents S’en est allé, pieds nus, dans l’herbe humide et vive, Le cœur pur, la chair vierge et les yeux innocents. Toute une aube en frissons se lève dans leurs âmes. Ils vont rêvant de...

La Peau de bête - Albert Samain

Sous le premier péché courbant son front maudit, Adam, sur qui pesait la main toute-puissante, Avec Ève, à son bras défaite et languissante, S’éloignait à pas lents du Jardin interdit. Le jour allait finir ; à l’horizon livide L’œil rouge du soleil palpitait dans du...

Symphonie héroïque - Albert Samain

Nous sommes les Puissants - soldat, rhapsode ou mage, Nous naissons pour l’orgueil de voir, dompteurs altiers, Les siècles asservis se coucher à nos pieds ; Et c’est nous qui forgeons, surhumains ouvriers, Tour à tour, la vieille âme humaine à notre image. Nous sommes...

Forêts - Albert Samain

Vastes Forêts, Forêts magnifiques et fortes, Quel infaillible instinct nous ramène toujours Vers vos vieux troncs drapés de mousses de velours Et vos étroits sentiers feutrés de feuilles mortes ? Le murmure éternel de vos larges rameaux Réveille encore en nous, comme...

Les monts - Albert Samain

Épiques survivants des vieux âges que hante Une mystérieuse et lointaine épouvante, Les Monts dressent au ciel leur tumulte géant. La terre les vénère ainsi que ses grands prêtres, Et, dans la hiérarchie éternelle des êtres, Ils n’ont au-dessus d’eux, les augustes...

Le Fleuve - Albert Samain

Conçu dans l’ombre aux flancs augustes de la Terre, Le Fleuve prend sa vie aux sources du mystère. Il est le fils des monts déserts et des glaciers ; Et les vieux rocs pensifs, farouches nourriciers Du limpide cristal distillé par la voûte, Dans l’ombre, de longs...

Automne - Albert Samain

Le vent tourbillonnant, qui rabat les volets, Là-bas tord la forêt comme une chevelure. Des troncs entrechoqués monte un puissant murmure Pareil au bruit des mers, rouleuses de galets. L'Automne qui descend les collines voilées Fait, sous ses pas profonds, tressaillir...

Hyacinthe - Albert Samain

Pour la voir aussitôt m'apparaître, fidèle Je n'ai qu'à prononcer son nom mélodieux, Comme si quelque instinct miséricordieux D'avance lui disait l'heure où j'ai besoin d'elle. Je la trouve toujours, quand mon cœur contristé S'exile et se replie au fond de ses...

Incantation - Albert Samain

Ô nuit magicienne, ô douce, ô solitaire, Le paysage avec sa flûte de roseau T'accueille ; et tes pieds nus posés sur le coteau Font tressaillir le cœur fatigué de la terre. Laissant fuir de ses doigts sa guirlande de fleurs, Voici qu'en tes bras frais s'endort le soir...

Soir païen - Albert Samain

C’est un beau soir couleur de rose et d’ambre clair. Le temple d’Adonis, en haut du promontoire, Découpe sur fond d’or sa colonnade noire ; Et la première étoile a brillé sur la mer... Pendant qu’un roseau pur module un lent accord, Là-bas, Pan accoudé sur les monts...

Vocation - Albert Samain

Barbare et somptueux brasier de pierreries, Le sabre, recourbant sa lame d’acier fin, Fait luire sur la rouge extase d’un coussin L’efflorescent trésor de ses orfèvreries. Il chante l’allégresse atroce des tueries ; La guerre exalte en lui son orgueil assassin ; Et...

Soir sur la plaine - Albert Samain

Vers l’occident, là-bas, le ciel est tout en or ; Le long des prés déserts où le sentier dévale La pénétrante odeur des foins coupés s’exhale, Et c’est l’heure émouvante où la terre s’endort. Las d’avoir, tout un jour, penché mon front qui brûle, Comme on pose un...

Watteau - Albert Samain

Au-dessus des grands bois profonds L’étoile du berger s’allume... Groupes sur l’herbe dans la brume... Pizzicati des violons... Entre les mains, les mains s’attardent, Le ciel où les amants regardent Laisse un reflet rose dans l’eau ; Et dans la clairière indécise,...

Soirs - Albert Samain

Calmes aux quais déserts s’endorment les bateaux. Les besognes du jour rude sont terminées, Et le bleu Crépuscule aux mains efféminées Éteint le fleuve ardent qui roulait des métaux. Les ateliers fiévreux desserrent leurs étaux, Et, les cheveux au vent, les fillettes...

Xanthis - Albert Samain

Au vent frais du matin frissonne l’herbe fine ; Une vapeur légère aux flancs de la colline Flotte ; et dans les taillis d’arbre en arbre croisés Brillent,, encore intacts, de longs fils irisés. Près d’une onde ridée aux brises matinales, Xanthis, ayant quitté sa robe...

Soirs (II) - Albert Samain

Le Séraphin des soirs passe le long des fleurs... La Dame-aux-Songes chante à l'orgue de l'église ; Et le ciel, où la fin du jour se subtilise, Prolonge une agonie exquise de couleurs. Le Séraphin des soirs passe le long des cœurs... Les vierges au balcon boivent...

Soirs (III) - Albert Samain

Le ciel comme un lac d'or pâle s'évanouit, On dirait que la plaine, au loin déserte, pense ; Et dans l'air élargi de vide et de silence S'épanche la grande âme triste de la nuit. Pendant que çà et là brillent d'humbles lumières, Les grands bœufs accouplés rentrent par...

Son rêve fastueux - Albert Samain

Son rêve fastueux, seul, lui donnait des fêtes ; Il avait son orgueil intime pour ami. Grave, pour dérider un peu son front blêmi, Il regardait ses fleurs et caressait ses bêtes. Soumis à ses grands yeux étranges de prophète, De beaux désirs pareils à des tigres parmi...

Ténèbres - Albert Samain

Les heures de la nuit sont lentes et funèbres. Frère, ne trembles-tu jamais en écoutant, Comme un bruit sourd de mer lointaine qu’on entend, La respiration tragique des ténèbres’ Les heures de la nuit sont filles de la peur ; Leur souffle fait mourir l’âme humble des...

Retraite - Albert Samain

Remonte, lent rameur, le cours de tes années, Et, les yeux clos, suspends ta rame par endroits... La brise qui s’élève aux jardins d’autrefois Courbe suavement les âmes inclinées. Cherche en ton cœur, loin des grand’routes calcinées, L’enclos plein d’herbe épaisse et...

Rhodante - Albert Samain

Dans l’après-midi chaude où dorment les oiseaux Au fond de l’antre empli d’un clair murmure d’eaux Rhodante, nue, a fui les champs où luit la flamme ; Et sa ceinture gît sur ses voiles de femme. Rhodante est fine et chaude avec des flancs légers ; Le fruit brun de son...

Vague et noyée - Albert Samain

Vague et noyée au fond du brouillard hiémal, Mon âme est un manoir dont les vitres sont closes, Ce soir, l'ennui visqueux suinte au long des choses, Et je titube au mur obscur de l'animal. Ma pensée ivre, avec ses retours obsédants S'affole et tombe ainsi qu'une...

Silence ! - Albert Samain

Le silence descend en nous, Tes yeux mi-voilés sont plus doux ; Laisse mon cœur sur tes genoux. Sous ta chevelure épandue De ta robe un peu descendue Sort une blanche épaule nue. La parole a des notes d'or ; Le silence est plus doux encor, Quand les cœurs sont pleins...

Versailles - Albert Samain

I Ô Versailles, par cette après-midi fanée, Pourquoi ton souvenir m'obsède-t-il ainsi ? Les ardeurs de l'été s'éloignent, et voici Que s'incline vers nous la saison surannée. Je veux revoir au long d'une calme journée Tes eaux glauques que jonche un feuillage roussi,...

Soir - Albert Samain

C’est un soir tendre comme un visage de femme. Un soir étrange, éclos sur l’hiver âpre et dur, Dont la suavité, flottante au clair-obscur, Tombe en charpie exquise aux blessures de l’âme. Des verts angélisés... des roses d’anémie... L’Arc-de-Triomphe au loin s’estompe...

Ville morte - Albert Samain

Vague, perdue au fond des sables monotones, La ville d'autrefois, sans tours et sans remparts, Dort le sommeil dernier des vieilles Babylones, Sous le suaire blanc de ses marbres épars. Jadis elle régnait ; sur ses murailles fortes La Victoire étendait ses deux ailes...

Soir d'empire - Albert Samain

Parfois la mort passant devant l’auberge infâme Cogne ; et la peur gargouille au ventre des laquais... Les grands vaisseaux d’orgueil pourrissent près des quais. Et nous n’attendons plus le Dieu né d’une femme. Orphelins du passé, nous avons tous dans l’âme, Désertes...

Viole - Albert Samain

Mon cœur, tremblant des lendemains, Est comme un oiseau dans tes mains Qui s'effarouche et qui frissonne. Il est si timide qu'il faut Ne lui parler que pas trop haut Pour que sans crainte il s'abandonne. Un mot suffit à le navrer, Un regard en lui fait vibrer Une...

Soir de Printemps - Albert Samain

Premiers soirs de printemps : tendresse inavouée... Aux tiédeurs de la brise écharpe dénouée... Caresse aérienne... encens mystérieux... Urne qu'une main d'ange incline au bord des cieux... Oh ! Quel désir ainsi, troublant le fond des âmes, Met ce pli de langueur à la...

Vision - Albert Samain

Le soir tombe ; la nuit millénaire descend... Sur le temple écroulé pullulent les théâtres ; Et les villes de feu, les villes idolâtres Brûlent - rouges au loin - dans le soir saisissant. L’or-soleil s’est couché dans un marais de sang ; Et l’âme, sous son fard, suant...

En printemps - Albert Samain

En printemps, quand le blond vitrier Ariel Nettoie à neuf la vitre éclatante du ciel, Quand aux carrefours noirs qu’éclairent les toilettes En monceaux odorants croulent les violettes Et le lilas tremblant, frileux encor d’hier, Toujours revient en moi le songe...

Les Constellations - Albert Samain

Clydie, au crépuscule assise dans les fleurs, Regarde, à l’orient, de ses beaux yeux rêveurs Les constellations, claires géométries, Au velours bleu du soir fixer leurs pierreries. Mélanthe les indique et, le doigt vers les cieux, Les nomme par leurs noms doux et...

Nyza chante - Albert Samain

La famille nombreuse, et par les dieux comblée, Tout autour de la table est encor rassemblée : Elyone au long col, Lydie aux seins naissants, Nyza dont la voix triste a de si purs accents, Myrte agile et robuste, Ixène douce et blanche. La mère aux lourds bandeaux sur...

Ermione - Albert Samain

Le ciel suave était jonché de pâles roses... Tes yeux tendres au fond de ton large chapeau Rêvaient : tu flottais toute aux plis d'un grand manteau, Et ton cœur, qu'inclinaient d'inexprimables choses, Le ciel suave était jonché de pâles roses... Se penchait sur mon...

Keepsake - Albert Samain

Sa robe était de tulle avec des roses pâles, Et rose pâle était sa lèvre, et ses yeux froids, Froids et bleus comme l'eau qui rêve au fond des bois. La mer Tyrrhénienne aux langueurs amicales. Berçait sa vie éparse en suaves pétales. Très douce elle mourait, ses...

Larmes - Albert Samain

Larmes aux fleurs suspendues, Larmes de sources perdues Aux mousses des rochers creux ; Larmes d'automne épandues, Larmes de cors entendues Dans les grands bois douloureux ; Larmes des cloches latines, Carmélites, Feuillantines... Voix des beffrois en ferveur ;...

Les sirènes - Albert Samain

Les Sirènes chantaient... Là-bas, vers les îlots, Une harpe d'amour soupirait, infinie ; Les flots voluptueux ruisselaient d'harmonie Et des larmes montaient aux yeux des matelots. Les Sirènes chantaient... Là-bas, vers les rochers, Une haleine de fleurs alanguissait...

Octobre est doux - Albert Samain

Octobre est doux. - L'hiver pèlerin s'achemine Au ciel où la dernière hirondelle s'étonne. Rêvons... le feu s'allume et la bise chantonne. Rêvons... le feu s'endort sous sa cendre d'hermine. L'abat-jour transparent de rose s'illumine. La vitre est noire sous l'averse...

Chanson d'été - Albert Samain

Le soleil brûlant Les fleurs qu'en allant Tu cueilles, Viens fuir son ardeur Sous la profondeur Des feuilles. Cherchons les sentiers A demi frayés Où flotte, Comme dans la mer, Un demi-jour vert De grotte. Des halliers touffus Un soupir confus S'élève Si doux qu'on...