Couplets - Alexandre Pouchkine

Quand un poète en son extase Vous lit son ode ou son bouquet, Quand un conteur traîne sa phrase, Quand on écoute un perroquet, Ne trouvant pas le mot pour rire, On dort, on baille en son mouchoir, On attend le moment de dire : Jusqu'au plaisir de nous revoir. Mais...

La Chanson - Alexandre Pouchkine

L’oiselet du bon Dieu ne connaît ni souci ni travail. Pourquoi se fatiguerait-il à tresser un lit solide et durable ? La nuit est longue, un rameau lui suffit pour dormir. Vienne le soleil en sa gloire, l’oiselet entend la voix de Dieu. Il secoue ses plumes et chante...

Le Cavalier de bronze - Alexandre Pouchkine

Oui je t'aime, cité, création de Pierre ; J'aime le morne aspect de ta large rivière, J'aime tes dômes d'or où l'oiseau fait son nid, Et tes grilles d'airain et tes quais de granit. Mais ce qu'avant tout j'aime, ô cité d'espérance, C'est de tes blanches nuits la molle...

Le Démon - Alexandre Pouchkine

Dans les jours où étaient nouvelles pour moi Toutes les impressions de l'Être — Et les regards des jeunes filles, Et le bruissement des forêts, Et le chant du rossignol la nuit, — Où les hauts sentiments, La liberté, la gloire et l'amour, Et l'inspiration des arts...

Le Prophète - Alexandre Pouchkine

Tourmenté d’une soif spirituelle, j’allais errant dans un sombre désert, et un séraphin à six ailes m’apparut à la croisée d’un sentier. De ses doigts légers comme un songe, il toucha mes prunelles. Mes prunelles s’ouvrirent voyantes Comme celles d’un aiglon...

L’Antchar - Alexandre Pouchkine

Dans un désert avare et stérile, Sur un sol calciné par le soleil, L’antchar, tel une vedette menaçante, Se dresse unique dans la création. La nature, dans ces plaines altérées, Le planta au jour de sa colère, Abreuvant de poison ses racines Et la pâle verdure de ses...

Mon portrait - Alexandre Pouchkine

Vous me demandez mon portrait, Mais peint d'après nature : Mon cher, il sera bientôt fait Quoiqu'en miniature. Je suis un jeune polisson Encore dans les classes ; Point sot, je le dis sans façon Et sans fades grimaces. Oui, il ne fut babillard, Ni docteur en Sorbonne,...

Stances - Alexandre Pouchkine

Avez-vous vu la tendre rose, L'aimable fille d'un beau jour, Quand au printemps à peine éclose, Elle est l'image de l'amour ? Telle à nos yeux, plus belle encore, Parut Eudoxie aujourd'hui : Plus d'un printemps la vit éclore, Charmante et jeune comme lui. Mais, hélas...