À Alfred Tattet (II) - Alfred de Musset

Non, mon cher, Dieu merci ! pour trois mots de critique Je ne me suis pas fait poète satirique ; Mon silence n'est pas, quoiqu'on puisse en douter, Une prétention de me faire écouter. Je puis bien, je le crois, sans crainte et sans envie, Lorsque je vois tomber la...

Béatrix Donato - Alfred de Musset

Sonnet. Béatrix Donato fut le doux nom de celle Dont la forme terrestre eut ce divin contour. Dans sa blanche poitrine était un coeur fidèle, Et dans son corps sans tache un esprit sans détour. Le fils du Titien, pour la rendre immortelle, Fit ce portrait, témoin d'un...

Quand on perd par triste occurrence - Alfred de Musset

(Chanson.) Quand on perd, par triste occurrence, Son espérance Et sa gaieté, Le remède au mélancolique, C'est la musique Et la beauté ! Plus oblige et peut davantage Un beau visage Qu'un homme armé, Et rien n'est meilleur que d'entendre Air doux et tendre Jadis aimé !...

À la Malibran - Alfred de Musset

Stances I Sans doute il est trop tard pour parler encor d'elle ; Depuis qu'elle n'est plus quinze jours sont passés, Et dans ce pays-ci quinze jours, je le sais, Font d'une mort récente une vieille nouvelle. De quelque nom d'ailleurs que le regret s'appelle, L'homme,...

Charles-Quint au monastère de Saint-Just - Alfred de Musset

L'empereur vit, un soir, le soleil s'en aller ; Il courba son front triste, et resta sans parler. Puis, comme il entendit ses horloges de cuivre, Qu'il venait d'accorder, d'un pied boiteux se suivre, Il pensa qu'autrefois, sans avoir réussi, D'accorder les humains il...

Silvia - Alfred de Musset

Il est donc vrai, vous vous plaignez aussi, Vous dont l'oeil noir, gai comme un jour de fête, Du monde entier pourrait chasser l'ennui. Combien donc pesait le souci Qui vous a fait baisser la tête ? C'est, j'imagine, un aussi lourd fardeau Que le roitelet de la fable...

À la mi-carême - Alfred de Musset

I Le carnaval s'en va, les roses vont éclore ; Sur les flancs des coteaux déjà court le gazon. Cependant du plaisir la frileuse saison Sous ses grelots légers rit et voltige encore, Tandis que, soulevant les voiles de l'aurore, Le Printemps inquiet paraît à l'horizon....

Dans dix ans d'ici seulement - Alfred de Musset

Dans dix ans d'ici seulement, Vous serez un peu moins cruelle. C'est long, à parler franchement. L'amour viendra probablement Donner à l'horloge un coup d'aile. Votre beauté nous ensorcelle, Prenez-y garde cependant : On apprend plus d'une nouvelle En dix ans. Quand...

Stances - Alfred de Musset

Je méditais, courbé sur un volume antique, Les dogmes de Platon et les lois du Portique. Je voulus de la vie essayer le fardeau. Aussi bien, j'étais las des loisirs de l'enfance, Et j'entrai, sur les pas de la belle espérance, Dans ce monde nouveau. Souvent on m'avait...

À Lydie - Alfred de Musset

Imitation. Horace. Du temps où tu m'aimais, Lydie, De ses bras nul autre que moi N'entourait ta gorge arrondie ; J'ai vécu plus heureux qu'un roi. Lydie. Du temps où j'étais ta maîtresse, Tu me préférais à Chloé ; Je m'endormais à ton côté Plus heureuse qu'une déesse...

Fut-il jamais douceur de coeur - Alfred de Musset

Rondeau. Fut-il jamais douceur de coeur pareille À voir Manon dans mes bras sommeiller ? Son front coquet parfume l'oreiller ; Dans son beau sein j'entends son coeur qui veille. Un songe passe, et s'en vient l'égayer. Ainsi s'endort une fleur d'églantier, Dans son...

Stances - Que j'aime à voir - Alfred de Musset

Que j'aime à voir, dans la vallée Désolée, Se lever comme un mausolée Les quatre ailes d'un noir moutier ! Que j'aime à voir, près de l'austère Monastère, Au seuil du baron feudataire, La croix blanche et le bénitier ! Vous, des antiques Pyrénées Les aînées, Vieilles...

À Madame ... - Alfred de Musset

Jeune ange aux doux regards, à la douce parole, Un instant près de vous je suis venu m'asseoir, Et, l'orage apaisé, comme l'oiseau s'envole, Mon bonheur s'en alla, n'ayant duré qu'un soir. Et puis, qui voulez-vous après qui me console ? L'éclair laisse, en fuyant,...

Idylle - Alfred de Musset

A quoi passer la nuit quand on soupe en carême ? Ainsi, le verre en main, raisonnaient deux amis. Quels entretiens choisir, honnêtes et permis, Mais gais, tels qu'un vieux vin les conseille et les aime ? Rodolphe Parlons de nos amours ; la joie et la beauté Sont mes...

Sur la naissance du comte de Paris - Alfred de Musset

De tant de jours de deuil, de crainte et d'espérance, De tant d'efforts perdus, de tant de maux soufferts, En es-tu lasse enfin, pauvre terre de France, Et de tes vieux enfants l'éternelle inconstance Laissera-telle un jour le calme à l'univers ? Comprends-tu tes...

À Madame H. F - Alfred de Musset

Rondeau. Il est aisé de plaire à qui veut plaire. D'un ignorant un bavard écouté, D'un journaliste un rimailleur vanté, Sans nulle peine y trouvent leur affaire. Louer un sot, c'est pure charité. Une Araminte à demi centenaire Dans son miroir voit un portrait flatté....

La nuit d'août - Alfred de Musset

La muse Depuis que le soleil, dans l'horizon immense, A franchi le Cancer sur son axe enflammé, Le bonheur m'a quittée, et j'attends en silence L'heure où m'appellera mon ami bien-aimé. Hélas ! depuis longtemps sa demeure est déserte ; Des beaux jours d'autrefois rien...

Sur trois marches de marbre rose - Alfred de Musset

Depuis qu'Adam, ce cruel homme, A perdu son fameux jardin, Où sa femme, autour d'une pomme, Gambadait sans vertugadin, Je ne crois pas que sur la terre Il soit un lieu d'arbres planté Plus célébré, plus visité, Mieux fait, plus joli, mieux hanté, Mieux exercé dans...

À Madame M. N - Alfred de Musset

Sonnet. Je vous ai vue enfant, maintenant que j'y pense, Fraîche comme une rose et le cœur dans les yeux. Je vous ai vu bambin, boudeur et paresseux ; Vous aimiez lord Byron, les grands vers et la danse. Ainsi nous revenaient les jours de notre enfance, Et nous...

La nuit de décembre - Alfred de Musset

Le poète. Du temps que j'étais écolier, Je restais un soir à veiller Dans notre salle solitaire. Devant ma table vint s'asseoir Un pauvre enfant vêtu de noir, Qui me ressemblait comme un frère. Son visage était triste et beau : À la lueur de mon flambeau, Dans mon...