Chanson du soir - Alice de Chambrier

Sur nos fronts déployant ses ailes, La nuit aux yeux rêveurs étend Son voile émaillé d’étincelles Comme la robe d’un sultan. Le lac enveloppe ses grèves D’un long baiser rempli d’amour : Le monde s’abandonne aux rêves Qui naissent au déclin du jour. L’âme s’envole sur...

Les Ignorés - Alice de Chambrier

Les héros les plus grands, ce sont les moins connus, Ce sont ceux qui dans l’ombre accomplissent leur tâche ; Qui, sans murmures vains, travaillent sans relâche, Puis rentrent dans la nuit dont ils étaient venus. Nul n’en connaît le nombre, intrépide phalange Prête à...

Ruines - Alice de Chambrier

J’ai vu comme l’on voit quelquefois dans un rêve, Une immense Cité près d’une immense grève, Avec des dômes d’or et des palais géants, Des temples incrustés de mille diamants, Que quatre grands Lions aux roussâtres crinières, Menaçant le soleil de leur têtes altières,...

Confiance - Alice de Chambrier

Si tu sens vaciller ta foi Devant la tempête hagarde, Calme-toi, Dieu te garde. Si, d’après la commune loi, Dans le néant tombe chaque heure, Calme-toi, Dieu demeure. Si ton cœur est rempli d’émoi, Si le désespoir t’environne, Calme-toi, Dieu pardonne. Si la mort te...

Les Magots - Alice de Chambrier

Sur la console en bois de chêne Pleine de mille bibelots, Les doigts blancs de la châtelaine Avaient posé les deux magots. Elle était joyeuse et folâtre : Ses boucles d’or aux tons soyeux Sur son front pur comme l’albâtre Mettaient un nimbe radieux. Et les magots...

Sentier perdu - Alice de Chambrier

Sur la montagne étrange et sombre Il est un sentier attrayant, Que l’on voit serpenter dans l’ombre Sous le feuillage verdoyant ; Les pins aux aiguilles légères Lui font un dôme immense et frais ; Sur ses bords croissent les fougères, Ces dentelles de nos forêts. Mais...

Conte de fées - Alice de Chambrier

Tout près d’ici je sais un beau prince enchanté Qu’éveille quelquefois une fée à la brune En lui mettant au front un nimbe de clarté : Ce prince, c’est le lac, et la fée est la lune. La fée aime le prince, et le prince lui rend Cet amour qu’une nuit d’étoiles vit...

Les Sphinx - Alice de Chambrier

Sur les larges degrés des terrasses antiques, Près des piliers de marbre et des riches portiques Que les reines foulaient de leur pas languissant, Les vieux sphinx de granit, aux ailes formidables, Se dressaient, regardant au delà des grands sables Où le rouge soleil...

Sérénade - Alice de Chambrier

S’il vous fallait un cœur, mignonne, Un cœur pour vous aimer beaucoup, Le mien n’appartient à personne, Il vous aime par dessus tout. S’il vous fallait un cœur, mignonne, Un cœur à vous, tout entier Le mien n’appartient à personne Un mot de vous peut le lier. S’il...

David - Alice de Chambrier

David n’avait que sa fronde Pour lutter contre le géant ; Mais au fond de son cœur d’enfant Habitait une foi profonde : Il savait bien que l’Éternel Combattrait avec lui pour sauver Israël. Il avançait ferme et tranquille Contre le Philistin puissant, Qui, l’œil...

Les Victimes de la Jeannette - Alice de Chambrier

L’autre jour, par hasard, en ouvrant la gazette, Mes regards sont tombés sur ces mots : « La Jeannette. » La Jeannette !… Et longtemps je suis resté songeur, L’œil perdu dans le vague et la tristesse au cœur. Mon esprit, emporté loin des lieux où nous sommes, En un...

Soir au désert - Alice de Chambrier

Le désert est muet comme un sépulcre immense ; Pas un chant, pas un bruit ne trouble le silence ; Seuls quelques grands Chameaux marchent dans le lointain, Tandis que le soleil qui s’incline soudain, D’une étrange façon dilate leur grande ombre. L’air paraît enflammé...

Désir - Alice de Chambrier

Je voudrais dans un chant mettre toute mon âme, Le rayon du ciel bleu, le parfum des grands bois, La force du soleil, la chaleur de la flamme, Et toutes les beautés comme toutes les voix… Mais il faudrait un luth aux cordes plus puissantes : Devant ce grand désir le...

Lune d’été - Alice de Chambrier

Lune, toi qui franchis, pâle et silencieuse, L’azur plein d’astres d’or dont la foule te suit ; Qui jettes sur nos fronts ta clarté radieuse, Comme un rêve d’argent qui traverse la nuit ; Tes rayons égarés dans le cristal de l’onde Semblent des diamants entraînés par...

Soir au village - Alice de Chambrier

Le village s’endort en son nid de verdure, Une vague fumée encor monte des toits, Un indicible calme envahit la nature Et gagne lentement la campagne et les bois. Un grand nuage rouge égaré dans l’espace Jette de longs reflets sur les cieux assombris, Puis...

Et sais-tu que toi-même - Alice de Chambrier

... Et sais-tu que toi-même aussi, nocturne reine, Tu cesseras un jour de briller dans les cieux ? Tu mourras comme doit mourir la race humaine, Et l'ombre habitera les airs silencieux. Alice de Chambrier

L’Aïeule - Alice de Chambrier

Tous les hôtes joyeux sont partis, et l’aïeule, Errant d’un pas distrait dans le logis désert, Se trouve tout à coup bien étrangement seule En ces lieux désolés, si pleins de vie hier. Car il lui semble encor, derrière chaque porte, Entendre un pas d’enfant ou quelque...

Sur la hauteur - Alice de Chambrier

J’ai pris l’étroit sentier qui contourne l’arête Du grand mont incliné sur les flots clairs et bleus ; Je suis, au bout d’une heure, arrivé sur la crête, Et je me suis assis sur le sol onduleux. Puis j’ai prêté l’oreille aux murmures étranges Qui venaient lentement...

Feuilles d’automne - Alice de Chambrier

J’aime entendre le vent qui sanglote dans l’ombre Durant les soirs brumeux de l’automne pâli, Lorsqu’il erre plaintif dans la campagne sombre Où le joyeux été repose enseveli. Fuyant de ses baisers les mortelles atteintes, Toutes les feuilles d’or quittent, d’un vol...

L’Atlantide - Alice de Chambrier

Quand le léger vaisseau, dans sa course rapide, Tendant sa voile au vent, fuit sur l’onde limpide, Et trace sur la mer un sillon lumineux, Il semble que l’on voit sous le flot écumeux Se dresser tout au fond de l’ancien Atlantique Les palais d’une ville étrange et...

Vie fortunée - Alice de Chambrier

Heureux le paysan à l’existence austère, Qui vit dans sa chaumière et cultive ses prés, Qui jette avec espoir la semence en la terre Et recueille la gerbe et les épis dorés. Il sait qu’il ne dépend ici-bas de personne : La pluie et le soleil lui sont donnés à tour ;...

Fugitive - Alice de Chambrier

Nous sommes étrangers et passons sur la terre Comme un esquif léger qui fuit en se jouant Sous les furtifs baisers d’une brise légère, Et dans l’horizon bleu disparaît lentement ; Heureux si le sillon qu’il marque dans sa fuite Demeure quelque temps après qu’il a...

L’Automne - Alice de Chambrier

L’automne nous arrive, et la nature entière Voyant, sombre et muet, son tombeau se rouvrir, Comprend qu’elle est tout près de son heure dernière Et, le cœur désolé, se prépare à mourir. Mais si d’après nos lois il faut qu’elle succombe Elle ne dira pas qu’elle se sent...

À quoi bon revenir - Alice de Chambrier

A quoi bon revenir encore avec envie Au souvenir des lieux que nous avons quittés ! Que nous fait le pays où coule notre vie ? La nature partout a les mêmes beautés. Pourvu qu’un coin du ciel sur notre tête brille, Pourvu qu’un arbre vert ombrage notre seuil, Que le...

Heure sainte du soir - Alice de Chambrier

Heure sainte du soir, que j’aime ton mystère, Où l’on sent palpiter quelque chose d’austère, Quelque chose qui touche à la divinité ! La terre est près du ciel, dans ces heures dernières, A ce moment auguste où les grandes lumières Se fondent au couchant avec...

L’Énigme - Alice de Chambrier

J’aime à sonder l’azur, à poursuivre un nuage Qui vole dans les airs comme un cygne sauvage Regagnant vers le soir son nid dans les ajoncs ; Mon regard l’accompagne et je vais sur sa trace Jusqu’à ce qu’il s’arrête et lentement s’efface Dans le rayonnement des vastes...

J’aurai vingt ans demain - Alice de Chambrier

J’aurai vingt ans demain ! Faut-il pleurer ou rire ? Saluer l’avenir, regretter le passé, Et tourner le feuillet du livre qu’il faut lire, Qu’il intéresse ou non, qu’on aime ou soit lassé ? Vingt ans, ce sont les fleurs toutes fraîches écloses, Les lilas parfumés dans...

Jour triste - Alice de Chambrier

Il faisait gris dans ma demeure J’ai dit : « Dehors luit le soleil, Mon âme a besoin à cette heure De clartés et d’éclats vermeil ! » Il faisait triste dans la plaine ; J’ai dit : « Quittons l’obscurité ! » Et sur la sommité lointaine Avec espoir je suis monté. La...

L’Inaccessible - Alice de Chambrier

L’homme n’atteint jamais à l’idéal qu’il rêve : C’est en vain qu’ici-bas il cherche à le saisir ; Il ne peut y toucher, malgré tout son désir, Et devant lui, toujours, il le voit qui s’élève. Ainsi que Prométhée, à la terre fixé, Rongé par le désir qui le poursuit...

Lorsque le soir descend - Alice de Chambrier

Lorsque le soir descend, j’aime entendre les vagues Expirer sur la grève avec des sanglots vagues, Tandis qu’un rayon pâle égaré dans les cieux Mêle son reflet clair au bleu triste des ondes Et brode un ourlet d’or sur les nappes profondes Qui jettent leur chanson...

Adieux de Socrate à Platon - Alice de Chambrier

Adieu, j’entends la mort qui s’approche et m’appelle ; Mon âme est sur le seuil de l’immortalité ; Encor quelques instants, et déployant son aile, Elle découvrira ce qu’est l’éternité. Elle découvrira ce qu’elle est elle-même, Et faisant à la terre un solennel adieu...

La Lune rouge - Alice de Chambrier

C’est le soir ; la bataille est enfin terminée : Le vaincu s’est enfui, le vainqueur est lassé, Et la fleur du pays, en un jour moissonnée, Jonche tous les replis du sol dur et glacé. Ils sont là tout raidis et la tête inclinée, Adolescent joyeux, d’une balle percé,...

L’Inconnu - Alice de Chambrier

Hélas ! c’est donc ainsi que toute chose passe ! Chaque jour qui s’enfuit n’est jamais racheté, Et le temps qui s’en va sans laisser nulle trace Nous porte lentement jusqu’à l’éternité. Mais nul ne connaît l’heure où la course s’achève. Alcyons fugitifs sur l’écume...

Oh ! Laissez-moi chanter ! - Alice de Chambrier

Oh ! laissez-moi chanter ! La nature est si belle Dans sa diversité toujours jeune et nouvelle Que nul chef-d’œuvre humain ne pourrait supplanter ! De l’insecte à l’étoile, elle charme mon être ; Avec le renouveau mon cœur se sent renaître : La nature est si belle, ah...

Amitié - Alice de Chambrier

Peut-être existe-t-il une âme sur la terre Pour la mienne créée, et dont elle est la sœur : Heureuse et fortunée, ou pauvre et solitaire, Elle me comprendrait et lirait dans mon cœur. Elle partagerait mes secrètes pensées, Elle aurait mon amour, j’aurais toute sa foi...

La Mare - Alice de Chambrier

Dans le couchant aux tons d’opale Où scintille l’éther doré, Un nuage d’un rose pâle Vole ainsi qu’un cygne égaré. Le lac est comme de la moire Sous les derniers feux du soleil ; Il reflète toute la gloire Du ciel éclatant et vermeil. Dans une vallée âpre et sombre...

L’Inscription - Alice de Chambrier

C’est bien loin, à Piora ; près du chemin sauvage Qui d’Airolo conduit à la verte hauteur, On voit sur un vieux roc qui date d’un autre âge Quelques mots de latin dont nul ne sait l’auteur. Les jours accumulés ont dégradé la pierre ; Depuis longtemps déjà tout est...

Aux enfants - Alice de Chambrier

Lorsque durant l’hiver, dans les soirs de tempêtes, Sur l’oreiller moelleux posant vos blondes têtes, Vous fermez vos grands yeux aux terrestres clartés, Ne songez-vous jamais, enfants joyeux et roses, Auxquels le ciel clément prodigue toutes choses, A ceux qu’il a...

La Plume - Alice de Chambrier

J’ai vu dans la fange jaunâtre, Au bord du trottoir ruisselant, Une plume au reflet d’albâtre Qu’avait perdue un pigeon blanc. L’oiseau, dans un essor rapide, Avait passé devant mes yeux, Laissant après lui dans le vide Cette plume au reflet soyeux. Pendant une courte...

Maison abandonnée - Alice de Chambrier

Eux sont loin maintenant, et le logis demeure. On dit qu’il est humide et par le temps miné : Nul n’a compris, hélas ! qu’il se désole et pleure Tous les êtres chéris qui l’ont abandonné. Un lierre l’a couvert d’un manteau de verdure Comme pour en voiler l’éternelle...

Captif - Alice de Chambrier

Le poëte jamais n’est maître de sa lyre, Dont les cordes souvent éclatent sous ses doigts ; C’est lorsqu’il sent le plus qu’il peut le moins décrire, Et que, voulant chanter, il demeure sans voix. Lorsqu’à l’entour de lui tout n’est que poésie, Que la nature en fête...

Lamartine devant l’émeute - Alice de Chambrier

… Alors j’ouïs le bruit d’un océan qui roule Sous le fouet terrible des vents, Et je vis s’agiter une innombrable foule Toute pareille aux flots mouvants. Et les cœurs frémissaient d’une horrible colère, Pâmés en des transports ardents ; Et, dans les rangs pressés, le...

Pourquoi mourir ? - Alice de Chambrier

La fourmi demanda quelque soir à la rose ; « Pourquoi faut-il mourir ? » La belle fleur frémit : « Je ne le sais, fourmi, lui dit-elle et je n’ose Songer à cet instant où tout sombre et finit. Va demander au chêne ; il te dira peut-être Pourquoi, s’il faut mourir, il...

Chaînes - Alice de Chambrier

L’aigle, malgré l’ardeur qui fait mouvoir son aile, N’atteint pas le soleil que cherche sa prunelle, Et l’astre d’or s’en va dans l’abîme inconnu, Comme un roi qui descend les marches de son trône, Le front ceint d’une immense et superbe couronne, Avant que jusqu’à...

Le Progrès - Alice de Chambrier

Nous avons beau mêler tous les arts aux sciences, Nous n’atteignons jamais à tes magnificences, O nature, si grande et si simple à la fois ! Nous demeurons vaincus par tes divins modèles ; Nos temples, nos palais, nos œuvres immortelles Ne valent pas le dôme immense...

Quand vient l’hiver - Alice de Chambrier

Sur sa tige la fleur se penche, L’herbe jaunit dans le sillon, La feuille tombe de la branche, Le soleil baisse à l’horizon ; Les bois ont perdu leur mystère, Les flots du lac leur bleu miroir, Et le sourire de la terre A disparu dans le ciel noir. Laissant à quelque...

Chanson du printemps - Alice de Chambrier

Sais-tu, mignonne ! la pervenche Émaille déjà les buissons, Et les oiseaux de branche en branche Disent tout joyeux leurs chansons. Partout se réveille la vie Sous les chauds rayons du soleil : C’est le printemps, il nous convie Ensemble à fêter son réveil. Viens !...

Le Soir d’un jour de pluie - Alice de Chambrier

Il a plu toute la journée ; Les arbres rêvent tristement, Et sur chaque feuille inclinée, On voit trembler un diamant. Mais au milieu du jour qui baisse, Devant le grand ciel assombri, Je sens une vague tristesse Qui s’empare de mon esprit. Au delà de la voûte grise,...

Qui es-tu ? - Alice de Chambrier

Je suis de ces rêveurs qui vont, l’âme joyeuse, Errer dans la forêt sombre et mystérieuse Où volent les oiseaux ; Qui voudraient s’arrêter devant chaque merveille. Devant chaque brin d’herbe, et qui prêtent l’oreille Aux chansons des ruisseaux. Je suis de ces rêveurs...