Qui es-tu ? - Alice de Chambrier

Je suis de ces rêveurs qui vont, l’âme joyeuse, Errer dans la forêt sombre et mystérieuse Où volent les oiseaux ; Qui voudraient s’arrêter devant chaque merveille. Devant chaque brin d’herbe, et qui prêtent l’oreille Aux chansons des ruisseaux. Je suis de ces rêveurs...

Les Victimes de la Jeannette - Alice de Chambrier

L’autre jour, par hasard, en ouvrant la gazette, Mes regards sont tombés sur ces mots : « La Jeannette. » La Jeannette !… Et longtemps je suis resté songeur, L’œil perdu dans le vague et la tristesse au cœur. Mon esprit, emporté loin des lieux où nous sommes, En un...

Lune d’été - Alice de Chambrier

Lune, toi qui franchis, pâle et silencieuse, L’azur plein d’astres d’or dont la foule te suit ; Qui jettes sur nos fronts ta clarté radieuse, Comme un rêve d’argent qui traverse la nuit ; Tes rayons égarés dans le cristal de l’onde Semblent des diamants entraînés par...

L’Aïeule - Alice de Chambrier

Tous les hôtes joyeux sont partis, et l’aïeule, Errant d’un pas distrait dans le logis désert, Se trouve tout à coup bien étrangement seule En ces lieux désolés, si pleins de vie hier. Car il lui semble encor, derrière chaque porte, Entendre un pas d’enfant ou quelque...

L’Atlantide - Alice de Chambrier

Quand le léger vaisseau, dans sa course rapide, Tendant sa voile au vent, fuit sur l’onde limpide, Et trace sur la mer un sillon lumineux, Il semble que l’on voit sous le flot écumeux Se dresser tout au fond de l’ancien Atlantique Les palais d’une ville étrange et...

L’Automne - Alice de Chambrier

L’automne nous arrive, et la nature entière Voyant, sombre et muet, son tombeau se rouvrir, Comprend qu’elle est tout près de son heure dernière Et, le cœur désolé, se prépare à mourir. Mais si d’après nos lois il faut qu’elle succombe Elle ne dira pas qu’elle se sent...

L’Énigme - Alice de Chambrier

J’aime à sonder l’azur, à poursuivre un nuage Qui vole dans les airs comme un cygne sauvage Regagnant vers le soir son nid dans les ajoncs ; Mon regard l’accompagne et je vais sur sa trace Jusqu’à ce qu’il s’arrête et lentement s’efface Dans le rayonnement des vastes...

L’Inaccessible - Alice de Chambrier

L’homme n’atteint jamais à l’idéal qu’il rêve : C’est en vain qu’ici-bas il cherche à le saisir ; Il ne peut y toucher, malgré tout son désir, Et devant lui, toujours, il le voit qui s’élève. Ainsi que Prométhée, à la terre fixé, Rongé par le désir qui le poursuit...

L’Inconnu - Alice de Chambrier

Hélas ! c’est donc ainsi que toute chose passe ! Chaque jour qui s’enfuit n’est jamais racheté, Et le temps qui s’en va sans laisser nulle trace Nous porte lentement jusqu’à l’éternité. Mais nul ne connaît l’heure où la course s’achève. Alcyons fugitifs sur l’écume...

L’Inscription - Alice de Chambrier

C’est bien loin, à Piora ; près du chemin sauvage Qui d’Airolo conduit à la verte hauteur, On voit sur un vieux roc qui date d’un autre âge Quelques mots de latin dont nul ne sait l’auteur. Les jours accumulés ont dégradé la pierre ; Depuis longtemps déjà tout est...

Maison abandonnée - Alice de Chambrier

Eux sont loin maintenant, et le logis demeure. On dit qu’il est humide et par le temps miné : Nul n’a compris, hélas ! qu’il se désole et pleure Tous les êtres chéris qui l’ont abandonné. Un lierre l’a couvert d’un manteau de verdure Comme pour en voiler l’éternelle...

Pourquoi mourir ? - Alice de Chambrier

La fourmi demanda quelque soir à la rose ; « Pourquoi faut-il mourir ? » La belle fleur frémit : « Je ne le sais, fourmi, lui dit-elle et je n’ose Songer à cet instant où tout sombre et finit. Va demander au chêne ; il te dira peut-être Pourquoi, s’il faut mourir, il...

Quand vient l’hiver - Alice de Chambrier

Sur sa tige la fleur se penche, L’herbe jaunit dans le sillon, La feuille tombe de la branche, Le soleil baisse à l’horizon ; Les bois ont perdu leur mystère, Les flots du lac leur bleu miroir, Et le sourire de la terre A disparu dans le ciel noir. Laissant à quelque...

Les Sphinx - Alice de Chambrier

Sur les larges degrés des terrasses antiques, Près des piliers de marbre et des riches portiques Que les reines foulaient de leur pas languissant, Les vieux sphinx de granit, aux ailes formidables, Se dressaient, regardant au delà des grands sables Où le rouge soleil...

Ruines - Alice de Chambrier

J’ai vu comme l’on voit quelquefois dans un rêve, Une immense Cité près d’une immense grève, Avec des dômes d’or et des palais géants, Des temples incrustés de mille diamants, Que quatre grands Lions aux roussâtres crinières, Menaçant le soleil de leur têtes altières,...

Sentier perdu - Alice de Chambrier

Sur la montagne étrange et sombre Il est un sentier attrayant, Que l’on voit serpenter dans l’ombre Sous le feuillage verdoyant ; Les pins aux aiguilles légères Lui font un dôme immense et frais ; Sur ses bords croissent les fougères, Ces dentelles de nos forêts. Mais...

Sérénade - Alice de Chambrier

S’il vous fallait un cœur, mignonne, Un cœur pour vous aimer beaucoup, Le mien n’appartient à personne, Il vous aime par dessus tout. S’il vous fallait un cœur, mignonne, Un cœur à vous, tout entier Le mien n’appartient à personne Un mot de vous peut le lier. S’il...

Soir au désert - Alice de Chambrier

Le désert est muet comme un sépulcre immense ; Pas un chant, pas un bruit ne trouble le silence ; Seuls quelques grands Chameaux marchent dans le lointain, Tandis que le soleil qui s’incline soudain, D’une étrange façon dilate leur grande ombre. L’air paraît enflammé...

Soir au village - Alice de Chambrier

Le village s’endort en son nid de verdure, Une vague fumée encor monte des toits, Un indicible calme envahit la nature Et gagne lentement la campagne et les bois. Un grand nuage rouge égaré dans l’espace Jette de longs reflets sur les cieux assombris, Puis...

Sur la hauteur - Alice de Chambrier

J’ai pris l’étroit sentier qui contourne l’arête Du grand mont incliné sur les flots clairs et bleus ; Je suis, au bout d’une heure, arrivé sur la crête, Et je me suis assis sur le sol onduleux. Puis j’ai prêté l’oreille aux murmures étranges Qui venaient lentement...