La goutte de fiel. - Alphonse Beauregard

Le visage luisant, hâlé, plein de sueurs, Un journalier courbé sur le pavé rebelle Le défonce, et le pic, à chacun de ses heurts, Dans le trou noir, allume une blanche étincelle. Avec d'impérieux grondements, un auto Chargé d'éclats de rire et de claires toilettes,...

Nos œuvres. - Alphonse Beauregard

Si banals soyez-vous, maisons, meubles, habits, Engins accoutumés, nécessaires outils, Objets de formes innombrables, Que de pensée et de sueurs vous recélez ; Que d'hommes ont connu des moments affolés À vous rendre plus désirables ! Je vois ceux qui, ravis d'un...

Marine. - Alphonse Beauregard

L'eau terne enserre les dragues Dans un bassin de mercure Où nage, sombre teinture, La fumée aux gestes vagues. Régulière, la fumée Cherche à tâtons le ciel morne, S'arrête et crée une borne. C'est ma vue accoutumée. Les pinces des dragues plongent, Avec un bruit...

L'illusion. - Alphonse Beauregard

C'est un palais à trois tours, Jaune et rose tour à tour, D'améthyste, d'émeraude, De rubis, de marbre blanc, De glace ou de diamant, Où la flamme tourne et rôde. A de simulés assauts Le palais, lui-même faux, Répond par de fausses bombes, Puis, dans un bruit...

Le vieux. - Alphonse Beauregard

C'est un grand vieux au dos voûté – Figure osseuse et gros nez croche – Qui cherche, d'un air embêté, Quelque chose au fond de ses poches. Son œil s'illumine ; il s'assoit. Il a retrouvé sa torquette Et la coupe en tremblant des doigts. Sa face redevient muette. Il a...

Lettres. - Alphonse Beauregard

Simples ou parées, quelques qu'elles soient. Les lettres que nous envoyons aux femmes, Les lettres de désir et d'amour et d'espoir, C'est notre moi qui s'évade, Ce sont des êtres Qui, de toutes leurs cellules, les mots, Vont frapper les nerfs, le cœur, le cerveau,...

Les vieux canons. - Alphonse Beauregard

Ils sont là huit canons d'archaïque modèle, Placés négligemment, abandonnés, épars, Qui, sans s'apercevoir de ce manque d'égards, Méditent sur la guerre impitoyable et belle. Ces noirs tubes de bronze ont le tympan rebelle, L'enclouage brutal les a rendus hagards. Ils...

La sacrifiée. - Alphonse Beauregard

Le passé me disait : Laisse là cette femme Sinon tu connaîtras le dégoût de mentir, L'abjection de la querelle et du faux drame, La lutte entre l'esprit et la chair qui réclame, Et jusqu'aux bas calculs pour la faire souffrir. Ton âme qui pour croître a besoin de...

La raison parle. - Alphonse Beauregard

– N'aimes-tu pas ce temps de discrète clarté, Aube faite de grâce et de sérénité, Où, rêvant qu'une bouche appuiera sur la tienne, Tu marches au hasard, distrait quoi qu'il advienne, Tu parles et tu ris, l'esprit courant les bois, Et machinalement tu manges et tu bois...

Nuit suprême. - Alphonse Beauregard

Baisse la lampe. Il faut, les soirs de ferveur grave, Que nul geste, perçu distinctement, n'entrave Le cours harmonieux du songe intérieur. Viens là tout près de moi, blottis-toi sur mon cœur. Le vent charge au galop la neige sur la route Et la jette, claquante, aux...

Jours de souffrance. - Alphonse Beauregard

Ô les jours où le cœur broyé dans un étau Sent monter, comme une marée, La trahison de la femme adorée ; Où sans cesse l'on tourne et tourne en son cerveau La même torturante idée ; Où, des heures, l'on tend une oreille obsédée Par le pressentiment trompeur Qu'arrive...

Intermède. - Alphonse Beauregard

L'homme songeait : « Qui cherche attaque le granit, Mes victoires sont des désastres. Je suis cloué sous le zénith Et je voulais saisir, à l'horizon, des astres. « Tout m'échappe. Comment savoir Si le but du soleil est d'éclairer des mondes Ou de se préparer, dans la...

Incident banal. - Alphonse Beauregard

Comme je fus toujours un loyal serviteur, À mon maître j'ai dit : « L'homme à piteuse mine Qui laboure pour toi le flanc de la colline, Ne gagne pas l'argent promis à son labeur. » L'homme, affaibli par le travail et la misère, Fut chassé. Ses enfants retrouvèrent la...

Impuissance. - Alphonse Beauregard

Je ne sais pas si je sais vivre. Plusieurs fois chaque jour je devrais arrêter L'instant qui se faufile et fuit, Et désespérément me cramponner à lui. Je devrais serrer sur mon cœur Les voluptés que j'ai conquises Contre les hommes et la bise, Sentir en moi, autour de...

Elle et moi. - Alphonse Beauregard

Elle et moi tout en blanc, cheveux à l'air, bras nus, C'est peut-être le sport ardemment soutenu Qui nous fit rechercher à cet endroit de l'ombre. Ou c'est quelque savant et mystérieux nombre Qui dans le mois de juin, le plus vert de l'été, Attire l'un vers l'autre,...

Dans les parcs. - Alphonse Beauregard

Tant que dans les places publiques Les bancs remplissent leur devoir D'hôtels sans frais ni domestiques, Des gueux oisifs y viennent choir. Vieillards qu'a rejetés l'usine. Blêmes journaliers surmenés, Types d'incertaine origine, Anciens richards et pauvres nés, Ils...

Conscience. - Alphonse Beauregard

Ô Mort, j'ai connu la souffrance De sentir le vide et le noir Arracher d'un seul coup de gueule mon espoir. Alors dans la ville j'errai, Me demandant pourquoi le bruit et les lumières, Pourquoi la foule en mouvement, Et rien ne parvenait à mon entendement. J'étais...

Sonnet impressionniste (II). - Alphonse Beauregard

J'avance, la nuit vient ; tout le rouge et le vert, La gamme chromatique où le jaune domine, Se sont changés en noir depuis que je chemine, Et la brise s'exerce aux rafales d'hiver. Quel trou miraculeux pour bâtir un enfer ! Il a, plein de vapeur, déjà l'air d'une...

Volonté. - Alphonse Beauregard

Dans l'ébullition de mon âge indompté, J'allais droit à mon but, sûr que ma volonté, Ni du temps, ni du lieu, ni des êtres sujette, Me faisait à ma guise homme ou marionnette, Commandait mon élan, seule guidait ma main. Sachant que le bonheur conquis est parfois vain,...

Un corbillard passe. - Alphonse Beauregard

Voici la mort dans son faste lourd. Un corps de plus qu'il faut engloutir ! Et la coutume, avant d'en finir, Veut qu'on le traîne insensible et sourd, Vers l'ouragan des notes funèbres D'un orgue aveugle et fou de ténèbres. L'orgue gémit sous le noir velours, On...