Le Rouge-gorge - Alphonse Daudet

I Un soir que je rêvais dans ma chambre, déserte Depuis sa mort, Un oisillon s’en vint de la fenêtre ouverte Raser le bord. Il s’en vint, secouant du bec sa robe grise ; Et sans effroi, Sans façon, je le vis, à ma grande surprise, Entrer chez moi. C’était un...

Les Prunes - Alphonse Daudet

I Si vous voulez savoir comment Nous nous aimâmes pour des prunes, Je vous le dirai doucement, Si vous voulez savoir comment. L’amour vient toujours en dormant, Chez les bruns comme chez les brunes ; En quelques mots voici comment Nous nous aimâmes pour des prunes. II...

Nature impassible - Alphonse Daudet

Lorsque l’homme pleura sa première chimère, Moins impassible qu’aujourd’hui, La nature sentit frémir ses flancs de mère Et voulut pleurer avec lui. Tout s’assombrit. Les cieux n’eurent plus une étoile, La terre n’eut plus une fleur. Le soleil se cloîtra, la lune prit...

À Célimène - Alphonse Daudet

Je ne vous aime pas, ô blonde Célimène, Et si vous l’avez cru quelque temps, apprenez Que nous ne sommes point de ces gens que l’on mène Avec une lisière et par le bout du nez ; Je ne vous aime pas… depuis une semaine, Et je ne sais pourquoi vous vous en étonnez. Je...

À Clairette - Alphonse Daudet

Croyez-moi, mignonne, avec l’amourette Que nous gaspillons à deux, chaque jour (Ne vous moquez pas trop de moi, Clairette), On pourrait encore faire un peu d’amour. On fait de l’amour avec l’amourette. Qui sait ? connaissons un peu mieux nos cœurs. Qui sait ?...

Autre Amoureuse - Alphonse Daudet

Lorsque je vivais loin de vous, Toujours triste, toujours en larmes, Pour mon cœur malade et jaloux Le sommeil seul avait des charmes. Maintenant que tu m’appartiens Et que mon cœur a sa pâture, – Il ne m’est plus qu’une torture, Le sommeil cher aux jours anciens....

Aux Petits Enfants - Alphonse Daudet

Enfants d’un jour, ô nouveau-nés, Petites bouches, petits nez, Petites lèvres demi-closes, Membres tremblants, Si frais, si blancs, Si roses ! Enfants d’un jour, ô nouveaux-nés, Pour le bonheur que vous donnez, À vous voir dormir dans vos langes, Espoir des nids Soyez...

Dernière Amoureuse - Alphonse Daudet

A l’heure d’amour, l’autre soir, La Mort près de moi vint s’asseoir ; S’asseoir, près de moi, sur ma couche. En silence, elle s’accouda. Sur mes yeux clos elle darda Son grand œil noir, lascif et louche ; Puis, comme l’amante à l’amant, Elle mit amoureusement Sa...

Fanfaronnade - Alphonse Daudet

Je n’ai plus ni foi ni croyance ! Il n’est pas de fruit défendu Que ma dent n’ait un peu mordu Sur le vieil arbre de science : Je n’ai plus ni foi ni croyance. Mon cœur est vieux ; il a mûri Dans la pensée et dans l’étude ; Il n’est pas de vieille habitude Dont je ne...

La Rêveuse - Alphonse Daudet

Elle rêve, la jeune femme ! L’œil alangui, les bras pendants, Elle rêve, elle entend son âme, Son âme qui chante au dedans. Tout l’orchestre de ses vingt ans, Clavier d’or aux notes de flamme, Lui dit une joyeuse gamme Sur la clef d’amour du printemps… La rêveuse leva...

Le Croup - Alphonse Daudet

I Dans son petit lit, sous le rayon pâle D’un cierge qui tremble et qui va mourir, L’enfant râle. Quel est le bourreau qui le fait souffrir ? Quel boucher sinistre a pris à la gorge Ce pauvre agnelet que rien ne défend ? Qui l’égorge ? Qui sait égorger un petit enfant...

Les Bottines - Alphonse Daudet

I Moitié chevreau, moitié satin, Quand elles courent par la chambre, Clic ! clac ! Il faut voir de quel air mutin Leur fine semelle se cambre. Clic ! Clac ! Sous de minces boucles d’argent, Toujours trottant, jamais oisives, Clic ! clac ! Elles ont l’air intelligent...

Les Cerisiers - Alphonse Daudet

I Vous souvient-il un peu de ce que vous disiez, Mignonne, au temps des cerisiers ? Ce qui tombait du bout de votre lèvre rose, Ce que vous chantiez, ô mon doux bengali, Vous l’avez oublié, c’était si peu de chose, Et pourtant, c’était bien joli… Mais moi je me...

L’Oiseau bleu - Alphonse Daudet

J’ai dans mon cœur un oiseau bleu, Une charmante créature, Si mignonne que sa ceinture N’a pas l’épaisseur d’un cheveu Il lui faut du sang pour pâture. Bien longtemps, je me fis un jeu De lui donner sa nourriture : Les petits oiseaux mangent peu. Mais, sans en rien...