La chanson d'adieu - Antoine de Latour

Je cherche au firmament une étoile nouvelle, Celle qui me fut chère a disparu des cieux ; Je ne la maudis pas, sa clarté me fut belle, Et son dernier rayon est encore dans mes yeux. Peut-être un autre cœur, à mes vœux moins rebelle, En vers mieux inspirés ou plus...

L'automne - Antoine de Latour

Chaque jour, en tombant sur la terre glacée, Des feuilles de nos bois la dernière moisson Emporte de mon cœur la plus chère pensée, Quelque sonnet qui suit le pâle tourbillon. Et feuilles et sonnets, au gré de l'Aquilon, S'égarent un moment sur la foule insensée, Puis...

Les regrets de la jeune femme - Antoine de Latour

Les poètes ont vu dans le monde infernal Des âmes qui des dieux attendaient le signal Pour vivre de la vie humaine, Acteurs muets encore, mais qui devaient un jour, En des drames nouveaux apparaître à leur tour Héros ou peuple sur la scène. Vierges, c'est votre image,...

Un soir d'automne - Antoine de Latour

Une source à mes pieds roule son eau limpide, Et mêle son murmure à celui de mes vers, Tandis qu'autour de moi tombe la feuille humide Du saule qui déjà sent le froid des hivers. A l'autre bord du lac, une beauté timide Dessine, en se jouant, ces coteaux encor verts...

La convalescence d'un enfant - Antoine de Latour

— Réveillez-vous, ma sœur, votre enfant vous appelle ; Ses yeux se sont ouverts, et sa bouche a parlé ; Un Ange l'emportait vers la vie éternelle, Mais il a vu vos pleurs, et ses pleurs ont coulé. Trois fois l'enveloppant de ses divines ailes, Il a pris dans ses bras...

La vieille d'un mariage - Antoine de Latour

Il dormait, si l'on dort en ces nuits enflammées Où l'âme se repait d'un si divin espoir, Et devant lui, dans l'ombre, un magique miroir Évoquait tout le chœur des femmes trop aimées. Le regret entrouvrait leurs lèvres embaumées, Et dans leurs yeux pensifs il croyait...

L'heure de l'inspiration - Antoine de Latour

Aimez-vous ce moment où la brise repose Avec le bruit du jour par degrés endormi Dû l'insecte léger ne reconnaît la rose Qu’aux parfums qu'elle exhale, entr'ouverte à demi ? Aimez-vous ce moment où, la tête inclinée, Le laboureur pensif s'éloigne du vallon, Et pour...

La critique d'une femme - Antoine de Latour

Vos éloges sont doux, ils pénètrent mon âme, Mais, timide chanteur, j'aime aussi vos leçons ; Si quelque mot vous blesse ou quelques rudes sons, Dites, vous obéir me sera doux, Madame ! Et le soir, près du feu, reprenant mes chansons, Je chercherai le mieux, en...

La voix de la muse - Antoine de Latour

A ma mère Lorsque j'ai mis le pied dans le sombre chemin, Une voix du passé me suit et me rappelle, Voix faible en commençant, mais qui porte avec elle L'ineffable regret du rivage lointain. C'est la muse, et sa voix, comme une mer sans frein Qui s'enfle et qui menace...

L'hiver - Antoine de Latour

Ce qu'il faut au bonheur, lorsque souffle la bise, C'est une porte close, un livre, et dans un coin Une lampe qui brûle, et qui tout bas me dise Que, si l'ennui venait, la muse n'est pas loin. Il faut que d'heure en heure, et d'église en église, La voix de l'avenir me...

La famille - Antoine de Latour

Salut, bords où j'aimai ! Beaux arbres dont l'ombrage Me couvrit tant de fois, Quand j'allais, loin de tous emportant son image, L'adorer dans les bois ! Je vous revois sans trouble et sans mélancolie, Le chant de ma douleur, Comme un baume divin qui fait que l'on...

Le bonheur - Antoine de Latour

Du creux de la montagne où Dieu l'avait cachée, Une fleur est tombée, et je bénis la main Qui, recueillant sa tige à demi détachée, Devant vos pas, ami, l'apporte de si loin. Vous savez maintenant où croît le saint dictame Qui parfume la vie et rend l'homme meilleur ;...

L'idéal du poète - Antoine de Latour

Pour créer sa Vénus, le statuaire antique Aux vierges de son temps prenait ses traits divers, A l'une le sourire ou la grâce pudique, A l'autre le regard plein de tendres éclairs. Ainsi va le poète, au sein de l'univers, Cherchant de belle en belle, et sous un nom...

La fleur des poètes - Antoine de Latour

Chacun, comme un trésor, garde au fond de son ame Le parfum préféré de quelque chère fleur, Et dans tous nos pensers, sur le plus sombre drame Ce souvenir lointain épanche sa fraîcheur. Au lilas, confident de sa longue douleur, Valmore de son chant suspend l'aile de...

Le chemin de fer - Antoine de Latour

Quand l'homme avec le fer sur le champ des aïeux De ses nouveaux chemins aura tissu la trame, Et pour mettre à ses pieds les deux ailes de l'âme, Aura doué ses chars de magiques essieux, Au bas de ces coteaux où vous rêvez, Madame, Peut-être passera le sillon...

Notre-Dame de Paris - Antoine de Latour

Ce poème vivant, seconde Notre-Dame, Qui doit se voir encore debout à l'horizon, Quand l'autre qui l'inspire et dont il prend le nom, Aura dans la poussière exhalé sa grande âme ; Ce colosse qu'un soir de son rêve de flamme L'artiste a vu sortir, fait d'or et de...

La lampe du poète - Antoine de Latour

Abaissons nos yeux sur la ville : Comme son front luit et scintille Un soir d'hiver quand le jour fuit ! La jeune fille qui s'apprête Se promet tout bas la conquête Des adolescents que la fête Invite aux danses de la nuit. La fête, au loin, sous les portiques, Mêle...

L'écran - Antoine de Latour

Le soir, quand votre front s'incline sur la plage Où s'écrit, jour à jour, plus d'un rêve charmant, Devant votre foyer élevez prudemment Cet écran dont mon cœur vous adresse l'hommage. Quel que soit l'inventeur, je le bénis, et gage, Sans connaître son nom, que ce fut...

Regret - Antoine de Latour

Quand la flamme au foyer pâlissait vers le soir, C'était jadis pour moi votre heure de clémence ; Nous nous taisions tous deux, mais un rêve d'espoir Arrivait à mon âme à travers ce silence ; Sur mon front, où l'amour n'était plus une offense, Passait ce grand œil...

Adieu - Antoine de Latour

Tu pars !... deux jours hélas, et tu n'es plus pour nous Qu'un de ces souvenirs solitaires et doux Dont le cœur s'empare en silence. Pourquoi donc venais-tu si tu devais nous fuir ? Hélas ! mes jours sereins au nonchalant loisir Ne renaîtront pas de l'absence. Ah ! je...

La leçon maternelle - Antoine de Latour

A Saint-Cloud, sous le bois, tout rouge de colère, Un enfant poursuivait sa bonne en la frappant ; Une dame passait qui dit, le voyant faire : — « Ah ! c'est mal, et toujours du mal on se repent. » Et l'enfant, à ces mots, crut entendre sa mère, Et derrière un tilleul...

Le jeu - Antoine de Latour

Oh ! ne jouez jamais, laissez l'homme courir De l'or et du hasard cette chance vulgaire ; Les anges dans le ciel, les femmes sur la terre N'ont reçu du Seigneur des mains que pour bénir. Le jeu sauve d'aimer, ou, s'il nous faut subir Sans espérance hélas ! quelque...

Rencontre - Antoine de Latour

Dans ce monde parfois on trouve en son chemin Un être au front charmant dont la voix séduisante Fait naitre au cœur (hélas ! voilà le cœur humain !) Ce trouble précurseur qui se mêle à l'attente. On le laisse partir sans lui tendre la main, Mais, le songe envolé, la...

Adieu à l'enfance - Antoine de Latour

Quand l'aube vient toucher mon chevet solitaire, Mon œil, sans soulever sa pesante paupière, Sent vaguement le jour poindre sur l'horizon, Et la nuit, en fuyant, emporte sur son aile Les songes sur mon front descendus avec elle De leur magique région. Ainsi quand la...

L'âme du purgatoire - Antoine de Latour

Avant d'aller au paradis Dont vos chants m'ouvrent les parvis, Je viens vous bénir, ô poète ! Depuis que votre Muse en pleurs Prêta sa lyre à mes douleurs, Mon ami prie et me regrette... Hélas ! Hélas ! Celle qui mourut dans ses bras Par vous est heureuse, ô poète !...

Le jour des morts - Antoine de Latour

Voici le jour des morts, l'âme croit les entendre ; Mais au lieu d'un jour sombre et d'un ciel attriste, Une heure de printemps se lève sur leur cendre, Comme un signe de paix et d'immortalité. Vers les champs du repos, autour de la cité, La foule des vivants commence...

Résignation - Antoine de Latour

Maintenant que ma vie est une vaine cendre Que le souffle du vent dissipe jour à jour ; Maintenant que mon cœur se laisse encore surprendre Aux tièdes voluptés de quelque fol amour ; Maintenant que du ciel j'ai voulu redescendre Dans la foule où tout va se perdre sans...

A un astronome - Antoine de Latour

Ami, si dans le ciel, sur ces pages d'azur Dont votre œil lit d'en bas les sublimes merveilles, Vous savez une étoile où, pour ses longues veilles, La couche du poète est un chevet moins dur, Un monde où le poète, en charmant les oreilles, Puisse au cœur préféré...

L'amitié - Antoine de Latour

Oh ! le charmant tableau, la suave peinture Que celle où vers saint Jean, Jésus, le Dieu martyr, Tend ses deux petits bras ! à cette image pure Les mères dans leurs yeux sentent des pleurs venir. C'est là de l'amitié la divine figure : Deux enfants dont les mains se...

Le livre perdu - Antoine de Latour

Si vous l'avez trouvé, rapportez-moi mon livre, L'hôte consolateur de mon obscur foyer, Un de ces doux amis qui nous aident à vivre, Et nous font oublier. Comme un sage modeste en son âme sereine Cache de sa vertu le précieux trésor, Il était sans parure et sur sa...

Retour - Antoine de Latour

Ô muse, avais-je dit, que me font tes merveilles ? Elles n'enchantent plus la scène où nous passons. Pour consoler du jour le ciel a fait les veilles, Laisse-moi le plaisir et garde tes chansons ! Et je livrais mon cœur, et j'ouvrais mes oreilles Aux lyres de la...

A un enfant - Antoine de Latour

Laisse en tes yeux si purs et si beaux d'innocence Tristes plonger mes yeux, Car j'ai besoin de voir aux regards de l'enfance Se réfléchir les cieux. L'aspect doux et serein de ta naïve joie Calmera pour un jour Ces orages brûlants qui me livrent en proie Aux...

La moisson des roses - Antoine de Latour

C'était durant les mois où le soir et l'aurore Ont de si doux moments ; Votre âme en vos regards ne faisait que d'éclore, Vous n'aviez pas seize ans. Un jour, parmi les fleurs vous étiez descendue, Et je suivais de loin Votre trace vingt fois retrouvée ou perdue, Aux...

Le pays natal - Antoine de Latour

L'automne a ses heures oisives Pleines des choses d'autrefois, Les yeux ont des larmes furtives Qu'ils n'osent confier qu'aux bois. Là, chaque plume que l'orage Détache du nid de l'oiseau M'apporte un rêve du jeune âge, Un souvenir de mon berceau. Dans chaque feuille...

Sigalon - Antoine de Latour

« — Viens, laisse-là ces morts, lui disait Michel-Ange, » Et son doigt dédaigneux montrait le Jugement ; « Sur ces murs où tout passe, en ce monde où tout change, L'œuvre s'use, et le nom ne survit qu'un moment. Viens, tu verras là-haut la beauté sans mélange, Celle...

Au printemps qui ne vient pas - Antoine de Latour

Où donc est le printemps ? Endormi sous la nue Le soleil ne luit pas ou brille sans chaleur, Et dans les champs, la neige, aux arbres suspendue, Tient la sève captive et dévore la fleur. Tout frissonne et se tait ; le pauvre laboureur S'assied morne et pensif sur...

La neige - Antoine de Latour

J'aime la neige éblouissante Qui couronne les vieilles tours, Et sur les arbres qu'elle argente : Courbe la feuille jaunissante, Dernier souvenir des beaux jours. Ses blancs flocons avec mystère Reposent au toit des maisons, Et d'une tunique légère Voilent la face de...

Le repos est plus loin - Antoine de Latour

Quand mon doigt, au hasard, tournait la blanche page Du livre où votre cœur se recueille et s'endort, Et qui mêle sans cesse à son doux chant de mort Le souvenir plus doux de votre premier âge, Je ne sais quelle grave et consolante image De ce monde où notre âme...

Souvenir - Antoine de Latour

Que voulez-vous de moi, sylphe de ma colline ? A mes tristes combats venez-vous m'arracher ? Ah ! ce n'est plus l'enfant que votre main divine Berçait déjà rêveur, au pied de son rocher. Depuis que loin de vous mon pied, hélas ! chemine, Si longtemps et si loin je...

Combats - Antoine de Latour

D'où nous viennent parfois ces heures de détresse Où l'homme s'abandonne et retourne à son mal, Où la main qui brisa l'idole enchanteresse En cherche les débris autour du piédestal ? N'est-ce rien, ô mon Dieu ! que toute une jeunesse Liée au même joug par un instinct...

L'ange - Antoine de Latour

Il est, au pied du Christ, à côté de sa mère, Un ange, le plus beau des habitants du ciel, Un frère adolescent de ceux que Raphaël Entre ses bras divins apporta sur la terre. Un léger trouble effleure à demi sa paupière, Sa voix ne s'unit pas au cantique éternel, Mais...

Le réveil de la muse - Antoine de Latour

Muse, réveille-toi, voici les fleurs écloses ! C'est la saison des chants, c'est la saison des roses : Je souffre à t'entendre parfois Te plaindre à mon foyer, amante délaissée, Quand l'étude sévère égare ma pensée Parmi les peuples et les rois. J'ai besoin de te voir...

Souvenir de mai - Antoine de Latour

Un matin que, troublé de sa mélancolie, Mon cœur péniblement portait le poids du jour, Je suivais le chemin, méditant la folie A qui nous avons fait ce beau nom de l'amour. Et je me demandais si jusqu'à la dernière Elle tourmenterait mes heures, ici-bas, Comme ce vent...

dégoût - Antoine de Latour

Il est des jours ingrats où tout est triste et noir, Où de ce qu'on attend rien n'arrive à son heure, Où la lyre se tait sous la main qui l'effleure, Où l'autel ment au prêtre et l'amour à l'espoir ; De ces jours où tout livre exhale un chant qui pleure, Où l'esprit...

La Pensée et la Rêverie - Antoine de Latour

Viens, recueillons, ami, ce double écho d'un monde Où l'âme tour à tour s'éclaire et se féconde, Rêverie et pensée, oracles immortels ! La pensée ! Oh ! salut, sœur des jours éternels, Toi par qui devant nous se courbent sans murmure Ces animaux pétris d'une argile...

Les autographes - Antoine de Latour

On dit que le poète en son œuvre chantante N'épuise pas toujours le souffle inspirateur, Qu'en se laissant courir sa main insouciante Revêt les moindres mots de force ou de douceur. De ces mots au hasard échappés de son cœur, Moi, je poursuis sans bruit la conquête...

Sur un livre renvoyé - Antoine de Latour

Vous m'avez renvoyé ce livre sans le lire, Et sans être écouté son chant m'est revenu ; Il est beau cependant, et j'aurais bien voulu Le voir aimé de vous, et vous l'entendre dire. Mais simple que je suis, et quel est mon délire ! Lorsqu'au souffle de mai dans les...

Dernier effort - Antoine de Latour

Encore quelques efforts, encore un seul peut-être, Et vous serez, amis, contents de ma vertu ; J'ai, depuis bien des jours, vaillamment combattu, Encore un jour de lutte, et je serai le maître. Que l'aube seulement éclaire ma fenêtre, Et de ce fol amour rien n'aura...

La place vide - Antoine de Latour

Vous avez près de vous une mère adorée, Esprit jeune et charmant, indulgente raison, Et que dans votre cœur, comme dans sa maison, La douleur et le temps ont faite plus sacrée, Mais dans votre jardin, devant le frais gazon, Une place déserte entre vous demeurée D'un...

Les autographes (II) - Antoine de Latour

Ce jour est un beau jour, et je bénis cette heure, Car des hôtes divins qui m'étaient inconnus Sous mon toit solitaire aujourd'hui sont venus, Et c'est vous dont le doigt leur montra ma demeure. Béranger dont le chant rend au soldat qui pleure L'image du héros qu'il...

Une fleur - Antoine de Latour

Hier, lorsqu'au matin sonnait la dixième heure, J'allais, et je ne sais comment il arriva Que je me retrouvai devant votre demeure, Je ne sais où j'allais, mais je me trouvai là. Et de tristes pensers dans mon sein murmurèrent, Tristesses que le cœur exhale en les...

Dix ans d'absence - Antoine de Latour

Dix ans se sont passés, dix ans ! je l'ai revue Grande, elle que jadis enfant j'avais connue, Non plus vive et légère et souriant toujours, Mais grave et qui semblait déjà compter les jours Sa bouche avait encore cet éclat de l'enfance, Mais ne souriait plus et...

L'arche invisible - Antoine de Latour

Où va cette arche à qui les ondes Ouvrent leur sein obéissant ? Au vaste naufrage des mondes Elle dérobe l'innocent. De cette merveilleuse tombe Va sortir, après la colombe, Le genre humain ressuscité, Et du haut de chaque colline Monter vers la cité divine L'hymne de...

Le siècle - Antoine de Latour

A une femme poète. I Vos lèvres ont un chant pur et grave comme elles... Il atteint donc aussi les jeunes et les belles Ce glaive de tristesse et d'intime douleur Qui frappe, de nos jours, les plus fermes au cœur ! La femme a retrouvé son instinct prophétique ; Fixant...

Une larme - Antoine de Latour

Quand sous les lèvres de ta mère Ton front, ô jeune fille, est venu se placer, J'ai vu languissamment tes longs cils s'abaisser, Et même j'ai cru voir une larme glisser Et luire au bord de ta paupière. Le jour à ton chaste sommeil A-t-il ravi trop tôt quelque...

Douleur - Antoine de Latour

Voici le temps passé de cette sombre lutte ; Vivant, mais épuisé, mais meurtri par la chute, A la taille de l'homme enfin redressons-nous ! Si l'avenir nous garde encore quelque disgrâce, Demeurons invincible à sa froide menace, Le regardant en face, Pour attendre ses...

L'aumône - Antoine de Latour

Louise, le matin, à l'heure du réveil, Lorsque par un baiser votre mère adorée Vous invite à bénir dans la langue sacrée Le Dieu qui des enfants enchante le sommeil, Pensez-vous quelquefois que sur cette humble terre D'autres enfants, hélas ! comme vous bons et doux,...

Les petits enfants - Antoine de Latour

Le jour se lève triste, et chaque heure, en silence, Tombe dans le passé pour ne plus revenir ; L'hiver a sur les bois jeté son deuil immense, Et jusques au printemps la terre va languir. Notre âme aussi languit, et l'humaine croyance A de mornes hivers qui semblent...

Un soir - Antoine de Latour

Laissez-moi retrouver, là-haut, sur la colline, Dans les sentiers qu'hier nous avons parcourus, L'enivrant souvenir de cette heure divine Qui ne reviendra plus ; Heure délicieuse, où, sur l'herbe foulée Nous nous sommes assis, pour écouter tous deux Les légers bruits...