Paysages métaphysiques – Vespera - Armand Silvestre

À Philothée Oneddy. I LE soleil, déchiré par les rocs ténébreux, Tombe, comme César, dans sa robe sanglante, Avant de nous quitter, l'heure se fait plus lente, Et de confuses voix murmurent des adieux C'est le soir ! — L'horizon se remplit de lumière, Et la pourpre...

Paysages métaphysiques – Tableautins - Armand Silvestre

I – Le Pêcheur Comme un pêcheur debout sur la rive profonde, Dieu, sur le bord du ciel devançant le matin, Jette, — immense filet, — chaque jour sur le monde Et l'entraîne, le soir, plein d'un sombre butin. Ceux-là que nous aimons, ce sont ceux qu'il emporte : Ce...

Les Vestales - Armand Silvestre

Introduction Cherchant plus haut que moi l'espoir de ma pensée, J'ai trouvé la douleur dont je voulais mourir ; Puisque je porte au cœur ta blessure insensée, O volupté sans nom de l'amour sans désir ! — J'ai trouvé la douleur dont je voulais mourir. — Si tu vis sous...

La Vie des Morts – Le Rêve – 01 – Mémento - Armand Silvestre

À Frédéric Dillaye. Souvent, à la clarté qui tremble Sur l'âtre en feu je les revois, Les amoureuses d'autrefois ! — Je les revois toutes ensemble. Elles gravissent lentement Le coteau fleuri de mon rêve, Dans mon cœur réveillant sans trêve Le remords du dernier...

La Vie des Morts – Le Doute - Armand Silvestre

À Leconte de Lisle. I La forme a des splendeurs où trébuche la foi : Quelle immortalité vaudra jamais la tienne, Matière que revêt la beauté souveraine, Nature à qui sourit une éternelle loi ? Tout est saint, tout est dieu, tout est vivant en toi ! Quand notre âme se...

Les Fils de Prométhée - Armand Silvestre

« Eripuit cælo fulmen. » I Devant les splendeurs d'un autre-âge, Les siècles longtemps prosternés Tendaient vainement leur courage Vers la gloire de leurs aînés. Les spectres de Rome et d'Athènes Voilaient, de leurs ailes lointaines, La route à la postérité Et...

Hosanna mélancolique - Armand Silvestre

I J'adore ta Beauté, pour ce qu'elle est pareille A mon Rêve immortel et me parle des cieux, Comme un hymne lointain qui chante à mon oreille. Elle évoque les jours longs et délicieux Que j'ai vécus, sans doute, en attendant la vie, Dans quelque monde obscur où mon...

Je sais au profond de mon être… - Armand Silvestre

Je sais, du profond de mon être, Un coin plein d'immortelles fleurs, Oasis où nul ne pénètre Que le soleil et l'aube en pleurs. Je sais un jardin plein de roses Au cœur comme le mien ouvert, Et qui, dans les hivers moroses, Gardent un printemps toujours vert. Elles...

Quam pulchra es, amica ! - Armand Silvestre

I Comme l'ombre d'un vol d'oiseau Sur la neige d'une colline, Sur ton front blanc, double réseau, L'ombre de tes cheveux s'incline Pareille à l'écume d'argent Du flot qui sur les bords s'apaise. Montant vers elle et la frangeant, La candeur de ton front la baise. Tant...

Sonnets d'amour - Armand Silvestre

I Ne crains plus rien d'un cœur qu'a trahi sa fierté : J'ai descendu la cime éclatante du Rêve. Pour m'apporter l'oubli l'ivresse fut trop brève : Mais si je me souviens, tout espoir m'a quitté. Ne crains plus rien d'un cœur que les jours ont dompté. L'homme abjure...

Offrande - Armand Silvestre

A vous s'en vont mes vers tremblants S'abattre devant vos pieds blancs Comme des colombes blessées ; Vous êtes ce qu'ils ont chanté, L'espoir, la grâce, la beauté, Toutes mes chimères passées Tous mes rêves me sont rendus ; L'ange des paradis perdus A leur seuil sous...

À travers l'âme – Impressions - Armand Silvestre

Prologue Poursuivre ce qui fuit, rêver ce qu'on ignore, S'ouvrir une blessure impossible à guérir, Hâter la trahison que garde l'avenir A ceux que l'idéal implacable dévore ; Fuir ce qu'on peut aimer, chercher ce qu'on adore, Ce qui peut-être est mort ou vous fera...

À travers l'âme – Le passé - Armand Silvestre

À Alexandre Babille. I Sur l'amant et sur la maîtresse, L'Aube épanche un jour enchanté, Et le temps semble à leur ivresse Le seuil d'or d'une éternité. Et le premier frisson des brises, Baisant leurs fronts silencieux, Emporte leurs âmes surprises, D'une aile égale...

Amour d'hiver - Armand Silvestre

Prologue Êtes-vous femme, êtes-vous ange ? Ou votre nom mentit deux fois, O charmeresse dont la voix Tinte avec une grâce étrange ? Vos yeux dont le bleu divin change Comme celui des fleurs des bois Jettent, dans les cœurs aux abois, De crainte et d'espoir un mélange....

À Victor Hugo - Armand Silvestre

I Quatre-vingts ans déjà, qu'au ciel de la Patrie, Ployante sous le joug et par le fer meurtrie. Un astre se leva, pâlissant les flambeaux, Comme fait le matin les lampes des tombeaux. Comme une rose teinte au sang de la victoire, A l'horizon brumeux où fumait le...