Le Plus Beau Poème de Catulle Mendès

Voici le meilleur de la poésie de Catulle Mendès. Reste. N’allume pas la lampe - Catulle Mendès Reste. N'allume pas la lampe. Que nos yeuxS'emplissent pour longtemps de ténèbres, et laisseTes bruns cheveux verser la pesante mollesseDe leurs ondes sur nos baisers...

Spleen d'été - Catulle Mendès

L'orageux crépuscule oppresse au loin la mer Et les noirs sapins. L'ombre, hélas ! revient toujours. Ah ! je hais les désirs, les espoirs, les amours, Autant que les damnés peuvent haïr l'enfer. Car je n'étais point né pour vivre : j'étais né Pour végéter, pareil à la...

Salëun ou le Petit Ermite - Catulle Mendès

Quand il avait grand'faim, ayant longtemps mangé De l'herbe comme un faon, des mûres comme un geai, Le petit Salëun s'en allait à l'aumône. A Dol, à Saint-Briac, dès qu'on sortait du prône, Lui, comme un passereau qui quête un grain de mil, « Maria ! Maria ! Maria ! »...

Reste. N'allume pas la lampe - Catulle Mendès

Reste. N'allume pas la lampe. Que nos yeux S'emplissent pour longtemps de ténèbres, et laisse Tes bruns cheveux verser la pesante mollesse De leurs ondes sur nos baisers silencieux. Nous sommes las autant l'un que l'autre. Les cieux Pleins de soleil nous ont trompés....

Penthésilée - Catulle Mendès

La reine au cœur viril a quitté les cieux froids De la Scythie. Avec ses sœurs vierges comme elle, Elle gagne la plaine où la bataille mêle Les courages sanglants et les blêmes effrois. Qu'une autre en son logis file les lentes laines ! Elle, un désir la mord,...

Paysage de neige - Catulle Mendès

Au dedans, le silence et la paix sont profonds ; De froides pesanteurs descendent des plafonds, Et, miroirs blanchissants, des parois colossales Cernent de marbre nu l'isolement des salles. De loin en loin, et dans les dalles enchâssé, Un bassin de porphyre au rebord...

Parvulus - Catulle Mendès

Le Seigneur enseignait le peuple au bord des mers. Sa voix douce apaisait les ouragans amers Et sa parole ôtait l’amertume des âmes, Versant la joie aux bons et l’espoir aux infâmes, « Quiconque d’un cœur vrai, disait-il, m’aimera, Dans la gloire verra mon Père, et me...

Oubli - Catulle Mendès

Allez, vieilles amours, chimères, Caresses qui m'avez meurtri, Tourments heureux, douceurs amères, Abandonnez ce cœur flétri ! Sous l'azur sombre, à tire-d'ailes, Dans l'espoir d'un gîte meilleur, Fuyez, plaintives hirondelles, Le nid désormais sans chaleur ! Tout...

L’Enfant et l’Étoile - Catulle Mendès

Un astre luit au ciel et dans l’eau se reflète. Un homme qui passait dit à l’enfant-poète : « Toi qui rêves avec des roses dans les mains Et qui chantes, docile au hasard des chemins, Tes vains bonheurs et ta chimérique souffrance, Dis, entre nous et toi quelle est la...

Les Fils des Anges - Catulle Mendès

Un jour, les fils du Ciel, bravant la règle austère, S'unirent clandestins aux filles de la Terre, Pendant que celles-ci dormaient leur doux sommeil. « Qui nous à mis, Seigneur, ces flammes de soleil Et ces nimbes parmi nos longues chevelures ? Quels étaient ces...

Les Deux Évêques - Catulle Mendès

Les fidèles priaient, prosternés sur les dalles : Manants, reîtres, bourgeois venus de la cité, Et seigneurs descendus des aires féodales. Près d'eux, sur un drap noir de larmes argenté, Un cadavre portant la mitre pastorale Semblait, rigide et blême, un évêque...

Le Vaincu - Catulle Mendès

Tout ce que la clarté peut engendrer de foudre, Tout ce que l'Eternel a de colère en lui, Dans un immense éclair venait de se résoudre. Champ des premiers combats, le chaos ébloui Avait porté le duel resplendissant des Anges, Et Lucifer tombait pour n'avoir pas dit :...

Le rossignol - Catulle Mendès

C'était un soir du mois où les grappes sont mûres, Et celle que je pleure était encore là. Muette, elle écoutait ton chant sous les ramures, Élégiaque oiseau des nuits, Philoméla ! Attentive, les yeux ravis, la bouche ouverte, Comme sont les enfants au théâtre...

Le Mendiant de son honneur - Catulle Mendès

Devant Bivar. Le fils et les petits-fils île Diego Laynez parlent entre eux, ignorant encore que le comte Gomez de Gormaz a frappé au visage le chef de leur maison. Un Mendiant monte la côte. BERMUDO Vois donc, frère, sur le chemin Ce mendiant qui tend la main. Qu'il...

Ballade de l'âme de Paul Verlaine - Catulle Mendès

Bien qu'il ait l'âme sans rancune, Pierrot dit en serrant le poing : " Mais, sacrebleu, je n'ai nul point De ressemblance avec la lune ! " Ô faux sosie aérien ! Mon nez s'effile, elle est camuse ; Elle a l'air triste ! Je m'amuse De tout, un peu, beaucoup, de rien. "...

Le marché de la Madeleine - Catulle Mendès

Debout ! le soleil caresse nos draps. Que ne suis-je né près de Mytilène ! Allons respirer l'odeur des cédrats Au marché qu'on tient à la Madeleine. J'ai rêvé d'un grand château dans la plaine. Nous étions (hélas ! tu me comprendras !) Moi, l'hôte d'un soir, vous, la...

La Patrie - Catulle Mendès

Ces Juifs criaient vers Dieu dans l'Ile de l'exil. Car, pareil au boucher sanglant jusqu'au nombril Qui s'assied n'ayant pu saigner toutes les bêtes, L'affreux Titus, campé sur des monceaux de têtes, N'acheva point le reste éperdu des Hébreux ; Et les uns avaient fui...