Si la lune rose venait… - Cécile Sauvage

Si la lune rose venait En robe de petite fille Danser sur le foin nouveau-né Devant la source qui frétille, Elle aurait tes deux mollets ronds Et tes yeux argentés d'eau brune, Mon fils, poupée en court jupon, Au visage de clair de lune. 1908 Cécile...

Voici des enfants qui passent… - Cécile Sauvage

Voici des enfants qui passent Et qui gardent dans leurs cours Le trouble des doux espaces Où la nature est en fleurs. De la terre abstraite et pâle Auront-ils d'autres lueurs Que cette heure matinale Qui s'embrume dans leurs cours ? Plus tard à l'ombre assoupie...

L'azur d'un soir gris… - Cécile Sauvage

L'azur d'un soir gris. Un vague arc-en-ciel s'allonge et verdit Sur la côte obscure ; Sa courbe légère et rose grandit De plus en plus pure. À l'endroit où l'arc suave incliné Rejoint la colline, Les arbres d'hiver prennent sa clarté, Dans leurs branches fines. 1910...

La lune pâle, rêveuse… - Cécile Sauvage

La lune pâle, rêveuse Et transparente à demi, Glisse sur la vaporeuse Douceur d'un ciel endormi. Dans les branches dénudées Et si grêles d'un bouleau Une lueur irisée Incline ses calmes eaux. C'est l'hiver et sa tristesse Avec de muets oiseaux Se berçant à la...

La ville sous la fumée… - Cécile Sauvage

La ville sous la fumée Du soir et des cheminées Flotte en un rêve étranger Et s'efface. Son église De fines colonnes grises, Pareilles aux pins légers, Sur le fond de la colline Grandit, sans âge et divine Dans le soir désespéré. 1910 Cécile...

Le brouillard fondu… - Cécile Sauvage

Le brouillard fondu Prend les arbres nus Dans sa molle haleine. Le jardin frileux Sous un voile bleu Se devine à peine. Le soleil blafard Résout le brouillard En perles d'eau blanche Dont le tremblement Miroite et s'étend À toutes les branches. 1910 Cécile...

Marécageuse humanité… - Cécile Sauvage

Marécageuse humanité Dont la voix au loin murmure Pareille aux crapauds secrets De l'étang sous la verdure, Pince tes violons clairs ; Ton chant est vide et si triste D'être habituel dans l'air Comme un rythme qui persiste. 1910 Cécile...

Ne cherche pas de tes mains… - Cécile Sauvage

Ne cherche pas de tes mains À raccrocher la lumière, Personne ne te retient Et cette heure est la dernière. Ta mère est morte elle aussi. Te revois-tu tout petit ? Que la pelouse était verte Sous les fenêtres ouvertes ! 1910 Cécile...

Regarde sous ces rameaux… - Cécile Sauvage

Regarde sous ces rameaux Où murmurent les oiseaux Toutes ces croix alignées : Ce sont les tristes épées Qui nous fixeront au sol ; Et pourtant, ce rossignol… 1910 Cécile Sauvage

Le paysan vieux et cassé… - Cécile Sauvage

Le paysan vieux et cassé Rejoint son obscure chaumine Qui somnole sur la colline Dans le velours tendre d'un pré. Il voit d'en bas tourner le chien Et la lueur d'un jeune pin Se détacher doucement verte Dans l'ombre de la porte ouverte. 1910 Cécile...

Homme au grand chapeau tombant… - Cécile Sauvage

Homme au grand chapeau tombant, À la figure flétrie, Quelle étrange horlogerie Vous fait aller titubant ? Quel cœur dans votre poitrine Éveille des souvenirs ? Voyez-vous l'ombre divine De la lune revenir, Ou bien n'êtes-vous qu'un rêve Flottant en vagues habits À...

Ainsi, voilà l'espace où ma vie a tourné… - Cécile Sauvage

Ainsi, voilà l'espace où ma vie a tourné, Ces monts, ces arbres sombres. C'est pour ces incidents si vains et si légers Que je sortis des ombres, Pour cette humble fenêtre où l'azur assoupi Balance des abeilles, Pour ces rêves menus dont mon cœur endormi A caressé ses...

Âme profonde et tranquille… - Cécile Sauvage

Âme profonde et tranquille, Tu vois les monts et la ville D'un même grave regard. Dans la mousseline blanche, Rêveusement tu te penches Sur le fond gris du brouillard. La lune qui se balance Est partie avec silence De l'arbre humide et fumeux ; On n'entend rien de la...

C'est lorsque l'abeille… - Cécile Sauvage

C'est lorsque l'abeille Se balance sur les fleurs, C'est lorsque s'éveille Du silence et de l'odeur Une mélodie Fluide comme l'air pâli Où l'ombre et la vie S'assoupissent à demi… 1910 Cécile...

Donnez-moi le souvenir… - Cécile Sauvage

Donnez-moi le souvenir Des plus jeunes matinées, Grêles feuilles satinées Qui vous bercez à plaisir. Donnez-moi cette harmonie Où vos rameaux endormis Dans les brises assouplies Se réveillent à demi. Que ne suis-je l'oiseau calme Qui descend l'escalier vert De vos...

Ils vivent, Dieu, ils respirent… - Cécile Sauvage

Ils vivent, Dieu, ils respirent, Des femmes vont leur sourire. De quel pâle souvenir S'aideront-ils pour mourir ? Ah ! que le cœur enfantin Des hommes est tendre encore Quand monte l'aurore Du dernier matin ! Vers quel bercement de femme Se retournent-ils alors ? Ô...