Epître aux femmes - Constance de Théis

Ô femmes, c'est pour vous que j'accorde ma lyre ; Ô femmes, c'est pour vous qu'en mon brûlant délire, D'un usage orgueilleux, bravant les vains efforts, Je laisse enfin ma voix exprimer mes transports. Assez et trop longtemps la honteuse ignorance A jusqu'en vos vieux...