Aux mânes de Joseph Delorme - Émile Deschamps

J'ai beau me rappeler... Joseph Delorme... non ; Nul écho dans mon cœur ne s'éveille à ce nom. Joseph !... Lisons toujours. - Ah ! jeune aiglon sauvage, Cygne plaintif, amour des eaux et du rivage, Pour souffrir et chanter, sur la terre venu, Tu meurs enfin......

Prière Secrète - Émile Deschamps

(Traduit du Russe, de la comtesse Ropstochin.) Mon Dieu ! toi qui sais tout, oh ! ne m'ordonne pas D'atteindre aux sombres jours de la froide vieillesse ; De voir mon corps s'user, et tomber pièce à pièce, Et la destruction me gagner pas à pas ; D'être un morne objet...

Rome - Émile Deschamps

Quand la Rome d'orgie, après le moindre choc, Tombait de pourriture, ayant au cœur son chancre, Ou comme un vieux vaisseau, désarmé de son ancre, Sur une mer de sang sombrait de roc en roc ; Guettant mourir la ville, enfoui sous son froc, Un sale Juif, avec ses...

À une mère qui pleure - Émile Deschamps

Comme un voleur de nuit, chez vous la mort avide S’est glissée ; et voilà qu’il dort sous le gazon Le beau petit enfant, lui qui, dans la maison, Tenait si peu de place… et laisse un si grand vide ! Quand le fil de nos jours lentement se dévide Sur le fuseau fatal, et...

Aux orphéonistes - Émile Deschamps

Quoi ! les fils de Paris, qu’on disait si barbares, Comme les instruments d’un orchestre accompli, De leurs dix mille voix accordent les fanfares, Et l’espace autour d’eux par l’extase est rempli ! … Hubert après Wilhem nous a fait ce prodige ; Tant un mortel est fort...