Presque berger - Émile Nelligan

Les Brises ont brui comme des litanies Et la flûte s'exile en molles aphonies. Les grands bœufs sont rentrés. Ils meuglent dans l'étable Et la soupe qui fume a réjoui la table. Fais ta prière, ô Pan ! Allons au lit, mioche, Que les bras travailleurs se calment de la...

Rêve de Watteau - Émile Nelligan

Quand les pastours, aux soirs des crépuscules roux Menant leurs grands boucs noirs au râles d'or des flûtes, Vers le hameau natal, de par delà les buttes, S'en revenaient, le long des champs piqués de houx ; Bohêmes écoliers, âme vierges de luttes, Pleines de blanc...

Le Puits hanté - Émile Nelligan

Dans le puits noir que tu vois là Gît la source de tout ce drame. Aux vents du soir le cerf qui brame Parmi les bois conte cela. Jadis un amant fou, voilà, Y fut noyé par une femme. Dans le puits noir que tu vois là Gît la source de tout ce drame. Pstt ! n'y vient pas...

Automne - Émile Nelligan

Comme la lande est riche aux heure empourprées, Quand les cadrans du ciel ont sonné les vesprées  ! Quels longs effeuillements d'angelus par les chênes  ! Quels suaves appels des chapelles prochaines  ! Là-bas, groupes meuglants de grands bœufs aux yeux glauques Vont...

Bergère - Émile Nelligan

Vous que j'aimai sous les grands houx, Aux soirs de bohême champêtre, Bergère, à la mode champêtre, De ces soirs vous souvenez-vous ? Vous étiez l'astre à ma fenêtre Et l'étoile d'or dans les houx. Aux soirs de bohême champêtre Vous que j'aimai sous les grands houx,...

Les Petits Oiseaux - Émile Nelligan

Puisque Ruscrock m'enseigne À moi, dont le cœur saigne Sur tout ce qui se baigne Dans le malheur, À vous aimer, j'élève Ma pensée à ce rêve ; De nous faire une grève Avec mon cœur. Là donc, oiseaux sauvages, Contre tous les ravages, Vous aurez vos rivages Et vos abris...

La Passante - Émile Nelligan

Hier, j'ai vu passer, comme une ombre qu'on plaint, En un grand parc obscur, une femme voilée : Funèbre et singulière, elle s'en est allée, Recélant sa fierté sous son masque opalin. Et rien que d'un regard, par ce soir cristallin, J'eus deviné bientôt sa douleur...

La Romance du vin - Émile Nelligan

Tout se mêle en un vif éclat de gaîté verte. Ô le beau soir de mai ! Tous les oiseaux en choeur, Ainsi que les espoirs naguères à mon cœur, Modulent leur prélude à ma croisée ouverte. Ô le beau soir de mai ! le joyeux soir de mai ! Un orgue au loin éclate en froides...

Le Lac - Émile Nelligan

Remémore, mon cœur, devant l'onde qui fuit De ce lac solennel, sous l'or de la vesprée, Ce couple malheureux dont la barque éplorée Y vint sombrer avec leur amour, une nuit. Comme tout alentours se tourmente et sanglote ! Le vent verse les pleurs des astres aux...

Roses d'octobre - Émile Nelligan

Pour ne pas voir choir les roses d'automne, Cloître ton cœur mort en mon cœur tué. Vers des soirs souffrants mon deuil s'est rué, Parallèlement au mois monotone. Le carmin tardif et joyeux détonne Sur le bois dolent de roux ponctué… Pour ne pas voir choir les roses...

Sérénade triste - Émile Nelligan

Comme des larmes d'or qui de mon cœur s'égouttent, Feuilles de mes bonheurs, vous tombez toutes, toutes. Vous tombez au jardin de rêve où je m'en vais, Où je vais, les cheveux au vent des jours mauvais. Vous tombez de l'intime arbre blanc, abattues Ça et là, n'importe...

Sous les faunes - Émile Nelligan

Nous nous serrions, hagards, en silencieux gestes, Aux flamboyants juins d'or, plein de relents, lassés, Et tel, rêvassions-nous, longuement enlacés, Par les grands soirs tombés, triomphalement prestes. Debout au perron gris, clair–obscuré d'agrestes Arbres évaporant...

Ténèbres - Émile Nelligan

La tristesse a jeté sur mon cœur ses longs voiles Et les croassements de ses corbeaux latents ; Et je rêve toujours au vaisseau des vingt ans, Depuis qu'il a sombré dans la mer des Étoiles. Oh ! quand pourrais-je encor comme des crucifix Étreindre entre mes doigts les...

Christ en croix - Émile Nelligan

Je remarquais toujours ce grand Jésus de plâtre Dressé comme un pardon au seuil du vieux couvent, Échafaud solennel à geste noir, devant Lequel je me courbais, saintement idolâtre. Or, l'autre soir, à l'heure où le cri-cri folâtre, Par les prés assombris, le regard...

Les Carmélites - Émile Nelligan

Parmi l'ombre du cloître elles vont solennelles, Et leurs pas font courir un frisson sur les dalles, Cependant que du bruit funèbre des sandales Monte un peu la rumeur chaste qui chante en elles. Au séraphique éclat des austères prunelles Répondent les flambeaux en...

Les Communiantes - Émile Nelligan

Calmes, elles s'en vont, défilant aux allées De la chapelle en fleurs, et je les suis des yeux, Religieusement joignant mes doigts pieux, Plein de l'ardent regret des ferveurs en allées. Voici qu'elles se sont toutes agenouillées Au mystique repas qui leur descend des...

Les Déicides - Émile Nelligan

Ils étaient là, les Juifs, les tueurs de prophètes, Quand le sanglant Messie expirait sur la croix ; Ils étaient là, railleurs et bourreaux à la fois ; Et Sion à son crime entremêlait des fêtes. Or, voici que soudain, sous le vent des tempêtes, Se déchira le voile...

Prières du soir - Émile Nelligan

Lorsque tout bruit était muet dans la maison, Et que mes sœurs dormaient dans les poses lassées Aux fauteuils anciens d'aïeules trépassées, Et que rien ne troublait le tacite frisson, Ma mère descendait à pas doux de sa chambre ; Et, s'asseyant devant le clavier noir...

Sainte Cécile - Émile Nelligan

La belle Sainte au fond des cieux Mène l'orchestre archangélique, Dans la lointaine basilique Dont la splendeur hante mes yeux. Depuis que la Vierge biblique Lui légua ce poste pieux, La belle Sainte au fond des cieux, Mène l'orchestre archangélique. Loin du monde...

Potiche - Émile Nelligan

C'est un vase d'Égypte à riche ciselure, Où sont peints des sphinx bleus et des lions ambrés : De profil on y voit, souple, les reins cambrés, Une immobile Isis tordant sa chevelure. Flambantes, des nefs d'or se glissent sans voilure Sur une eau d'argent plane aux...

Vieille armoire - Émile Nelligan

Dors, fouillis vénéré de vieilles porcelaines Froides comme des yeux de morts, tous clos, tous froids, Services du Japon qui disent l'autrefois De maints riches repas de belles châtelaines ! Ton bois a des odeurs moites d'anciennes laines, Parfums de choses d'or aux...

Billet Céleste - Émile Nelligan

Plein de spleen nostalgique et de rêves étranges, Un soir je m'en allai chez la Sainte adorée, Où se donnait, dans la salle de l'Empyrée, Pour la fête du Ciel, le récital des anges. Et nul garde pour lors ne veillant à l'entrée, Je vins, le corps vêtu d'une tunique à...

Chapelle ruinée - Émile Nelligan

Et je retourne encor frileux, au jet des bruines, Par les délabrements du parc d'octobre. Au bout De l'allée où se voit ce grand Jésus debout, Se massent des soupçons de chapelle en ruines. Je refoule, parmi viornes, vipérines, Rêveur, le sol d'antan où gîte le hibou...

Diptyque - Émile Nelligan

En une très vieille chapelle Je sais un diptyque flamand Où Jésus, près de sa maman, Creuse le sable avec sa pelle. Non peint par Rubens ou Membling, Mais digne de leurs galeries ; La Vierge, en blanches draperies, Au rouet blanc file son lin. La pelle verdelette...

La Mort du moine - Émile Nelligan

Voici venir les tristes frères Vers la cellule où tu te meurs. Ton esprit est plein de clameurs Et de musiques funéraires. Apportez-lui le Viatique. Saint Bénédict, aidez sa mort  ! Bien que faible, faites-le fort Sous votre sainte égide antique. Ainsi soit-il au cœur...

Paysage fauve - Émile Nelligan

Les arbres comme autant de vieillards rachitiques, Flanqués vers l'horizon sur les escarpements, Ainsi que des damnés sous le fouet des tourments, Tordent de désespoir leurs torses fantastiques. C'est l'Hiver ; c'est la Mort ; sur les neiges arctiques, Vers le bûcher...

Soirs d'octobre - Émile Nelligan

— Oui, je souffre, ces soirs, démons mornes, chers Saints. — On est ainsi toujours au soupçon des Toussaints. — Mon âme se fait dune à funèbres hantises. — Ah ! Donne-moi ton front, que je calme tes crises. — Que veux-tu ? je suis tel, je suis tel dans ces villes,...

Violon d'adieu - Émile Nelligan

Vous jouiez Mendelssohn ce soir-là ; les flammèches Valsaient dans l'âtre clair, cependant qu'au salon Un abat-jour mêlait en ondulement long Ses rêves de lumière au châtain de nos mèches. Et tristes, comme un bruit frissonnant de fleurs sèches Éparses dans le vent...

Éventail - Émile Nelligan

Dans le salon ancien à guipure fanée Où fleurit le brocart des sophas de Niphon, Tout peint de grands lys d'or, ce glorieux chiffon Survit aux bals défunt des dames de lignée. Mais, ô deuil triomphal ! l'autruche surannée S'effrange sous les pieds de bronze d'un...

Fantaisie créole - Émile Nelligan

Or, la pourpre vêt la véranda rose Au motif câlin d'une mandoline, En des sangs de soir, aux encens de rose, Or, la pourpre vêt la véranda rose. Parmi les eaux d'or des vases d'Égypte, Se fanent en bleu, sous les zéphirs tristes, Des plants odorants qui trouvent leur...

L'Antiquaire - Émile Nelligan

Entre ses doigts osseux roulant une ample bague, L'antiquaire, vieux Juif d'Alger ou de Maroc, Orfèvre, bijoutier, damasquineur d'estoc, Au fond de la boutique erre, pause et divague. Puis, les lampes de fer que frôle l'ombre vague S'approchant tout fiévreux, le...