Stances à l'Inconstance - Etienne Durand

Esprit des beaux-esprits, vagabonde Inconstance, Qu'Éole roi des vents avec l'onde conçut Pour être de ce monde une seconde essence, Reçois ces vers sacrés à ta seule puissance, Aussi bien que mon âme autrefois te reçut. Déesse qui partout et nulle part demeure, Qui...

Stances de l'absence - Etienne Durand

En vain par les destin, redoutables enfers, Vos cachots sont remplis de supplices divers Pour punir les forfaits des criminelles âmes, Étant comme elles sont absentes de leur dieu, Cette absence les doit tourmenter en ce lieu Plus rigoureusement que vos fouets ni vos...

Stances sur des fleurs - Etienne Durand

Belles fleurs que la lune en croissant fait paraître, Vous vous rapportez fort avec les autres fleurs, Car l'excès des humeurs comme vous les fait naître, Et vous tombez aussi par l'excès des chaleurs. Comme les fleurs nous font aimer le jardinage, Nous tirant par les...

Voici des vers mourants et des plaintes de cygne - Etienne Durand

Voici des vers mourants et des plaintes de cygne Qui sont de mon trépas et la borne et le signe, Un cri de Philomèle, un langoureux ennui Qui prend son origine aux cruautés d'autrui, Bref un funeste amas de soupirs que je pense Par les lois du respect être dus au...

Dieux, que le songe fait de travaux ressentir - Etienne Durand

Dieux, que le songe fait de travaux ressentir ! J'ai cru voir en dormant un jardin plein de roses, Qui n'étaient point si tôt apparemment écloses Que mon œil les voyait en soucis convertir. J'ai cru voir deux soleils leurs rayons départir Sur ces mêmes soucis, y...

Geler dedans les feux, et brûler dans la glace - Etienne Durand

Geler dedans les feux, et brûler dans la glace, Ne pouvoir à mes yeux accorder le sommeil, Vivre de désespoir attendant le cercueil, Effroyable porter la mort dessus ma face ; Verser, non pas des pleurs, mais du sang de mon œil, Mêler la joie aux pleurs, et la crainte...

J'ai passé maintes nuits à me plaire en ces larmes - Etienne Durand

J'ai passé maintes nuits à me plaire en ces larmes, Ne trouvant rien plus doux ni plus délicieux, Pendant qu'Amour faisait la garde avec ses armes, De peur que le sommeil ne coulât en mes yeux. Mais si parfois ce dieu pour t'aller voir, ma Belle, Cessait de me garder,...

Je voudrais bien être vent quelquefois - Etienne Durand

Je voudrais bien être vent quelquefois Pour me jouer aux cheveux d'Uranie, Puis être poudre aussitôt je voudrais, Quand elle tombe en sa gorge polie. Soudain encor je me souhaiterais Pouvoir changer en cette toile unie Qui va couvrant ce beau corps que je dois Nommer...

Laissez couler, mes yeux, laissez couler vos pleurs - Etienne Durand

Laissez couler, mes yeux, laissez couler vos pleurs, Donnez nouvelles eaux à leur source lassée, Mon cœur, ouvrez la porte aux plus vives douleurs, Ma sentence de mort vient d'être prononcée ! Cette belle qui tient mon esprit attaché D'un lien qui me fait adorer mon...

Mes pleurs qui sur mon teint distillez si souvent - Etienne Durand

Mes pleurs qui sur mon teint distillez si souvent, Pensant caver le cœur de ma fière inhumaine, Il vous faut mettre au rang de ces eaux d'Eurimène, Qui changent en rochers ceux qu'elles vont lavant. Vous empierrez son cœur que je vais poursuivant, Vainement je lui dis...

Ô bois qui du soleil accusez l'impuissance - Etienne Durand

Ô bois qui du soleil accusez l'impuissance, Recevant de ses traits la chaude violence Sans en être percé, Que n'ai-je comme vous fortifié mon âme Pour recevoir les coups du bel œil qui m'enflamme Sans en être offensé ! Que n'ai-je comme vous une écorce sauvage...

Ombres qui dans l'horreur de vos nuits éternelles - Etienne Durand

Ombres qui dans l'horreur de vos nuits éternelles Gémissez sans repos vos fautes criminelles, Quittez pour un petit vos manoirs gémissants, Et venez assurer qu'en sa peine fatale L'Enfer n'a point de peine à mes peines égale, Ni point de feux aussi comme ceux que je...

Pourquoi pour mon malheur eus-je l'œil si léger - Etienne Durand

Pourquoi pour mon malheur eus-je l'œil si léger ? Pourquoi le sens si prompt, et l'esprit si fragile, Que de voir, que d'aimer, et que de m'engager A servir un bel œil d'un labeur inutile ? Pour avoir vu je meurs, mais d'une mort subtile Qui renaît d'elle-même et ne...

Chanson - Etienne Durand

C'est assez soupirer pour un sujet pipeur Qui tourne à mon malheur ses amours en coutume, Pour aimer plus longtemps cette légère humeur Il me faudrait avoir un courage de plume. Elle a déjà cent fois mon amour délaissé, D'un mépris supposé déguisant son courage, Mais...