Les Plus Beaux Poèmes d'Amour de Gérard de Nerval

Voici une petite sélection des plus beaux poèmes d'amour de Gérard de Nerval. Bien que l’art soit subjectif, j’ai tenté de sélectionner les poèmes les plus beaux et les plus connus en me basant sur mes préférences personnelles et leur présence dans plusieurs...

Prologue des Élégies nationales - Gérard de Nerval

Je ne suis plus enfant : trop lents pour mon envie, Déjà dix-sept printemps ont passé dans ma vie : Je possède une lyre, et cependant mes mains N'en tirent dès longtemps que des sons incertains. Oh ! quand viendra le jour où, libre de sa chaîne, Mon cœur ne verra plus...

Les écrivains - Gérard de Nerval

Où fuir ? Où me cacher ? Quel déluge d'écrits, En ce siècle falot vient infecter Paris, En vain j'ai reculé devant le Solitaire, Ô Dieu du mauvais goût ! Faut-il donc pour te plaire Entasser des grands mots toujours vides de sens, Chanter l'homme des nuits, ou...

Érythréa - Gérard de Nerval

Colonne de Saphir, d'arabesques brodée - Reparais ! - Les Ramiers pleurent cherchant leur nid : Et, de ton pied d'azur à ton front de granit Se déroule à longs plis la pourpre de Judée ! Si tu vois Bénarès sur son fleuve accoudée Prends ton arc et revifts ton corset...

Les Plus Beaux Poèmes de Gérard de Nerval 

Si vous souhaitez lire ou relire les poèmes les plus célèbres et les plus beaux de Gérard de Nerval, vous êtes au bon endroit. Bien que l’art soit subjectif, j’ai tenté de sélectionner des poèmes incontournables de ce poète en me basant sur mes préférences...

Horus - Gérard de Nerval

Le dieu Kneph en tremblant ébranlait l'univers : Isis, la mère, alors se leva sur sa couche, Fit un geste de haine à son époux farouche, Et l'ardeur d'autrefois brilla dans ses yeux verts. « Le voyez-vous, dit-elle, il meurt, ce vieux pervers, Tous les frimas du monde...

Épître à M. de Villèle - Gérard de Nerval

Ministre financier, que la France révère, Que les heureux aînés ont appelé leur père, Et qui, sachant que l'or pourrait nous pervertir, Cherche de tous côtés des gens à convertir ; Permets qu'émerveillé de tes talents sublimes, Un enfant d'Apollon t'adresse quelques...

Fontainebleau - Gérard de Nerval

I. Ô mes concitoyens, que notre histoire est belle ! De quels récits brillants elle enivre nos cœurs ! Que de fois elle y va, par ses accents vainqueurs, D'un courage endormi réveiller l'étincelle ! Dans ses feuillets brûlants si l'œil erre parfois, Un charme...

La gloire - Gérard de Nerval

Le temps, comme un torrent, roule sur les cités ; Rien n'échappe à l'effort de ses flots irrités : En vain quelques vieillards, sur le bord du rivage, Derniers et seuls débris qui restent d'un autre âge, Roidissant contre lui leur effort impuissant, S'attachent, comme...

La Russie - Gérard de Nerval

I. Arrête, esprit sublime ! arrête ! Du sort crains de braver les lois ! Dieu qui commande à la tempête L'agite sur le front des rois ; Son bras pourra réduire en poudre Ton laurier qu'on croit immortel,... Et tu t'approches de la foudre, En t'élançant aux champs du...

La victoire - Gérard de Nerval

I. Au sein des vastes mers, un aride rivage, Contre qui vient mugir la colère des flots, Se hérisse de rocs, effroi des matelots,... Du Corse belliqueux c'est le réduit sauvage : Là naguère le Sort, allumant un flambeau, Du bord presque ignoré consacra la mémoire ;...

L'Ile d'Elbe - Gérard de Nerval

Non loin des rivages de France, Il est une île au sein des mers : C'est là que veille l'espérance Et le fléau de l'univers ; Et c'est là, qu'abusant du droit de la victoire, On jeta le héros poudreux et renversé, Pour l'y laisser vieillir comme un glaive émoussé, Qui...

Sainte-Hélène - Gérard de Nerval

Au milieu de la mer qui sépare deux mondes, Un rocher presque nu s'élève sur les ondes, Et son sinistre aspect remplit l'âme de deuil : C'est là que tant de gloire est par la mort frappée ; Et l'on y voit un nom, une croix, une épée,... Tous trois jetés sur un...

Le Christ aux Oliviers - Gérard de Nerval

Dieu est mort ! le ciel est vide... Pleurez ! enfants, vous n'avez plus de père ! Jean Paul . I. Quand le Seigneur, levant au ciel ses maigres bras, Sous les arbres sacrés, comme font les poètes, Se fut longtemps perdu dans ses douleurs muettes, Et se jugea trahi par...

Sonnet - Gérard de Nerval

Il a vécu tantôt gai comme un sansonnet, Tour à tour amoureux insoucieux et tendre, Tantôt sombre et rêveur comme un triste Clitandre. Un jour il entendit qu'à sa porte on sonnait. C'était la Mort ! Alors il la pria d'attendre Qu'il eût posé le point à son dernier...

Talma - Gérard de Nerval

Oh ! De quelle splendeur brillaient nos jours passés, Quand un autre soleil échauffait la patrie ; Quand nos jeunes lauriers, vers le ciel élancés, Agitaient noblement leur tige refleurie ! Ces grands jours, déjà loin, ne vont plus s'éveiller : Notre avenir se...

Pensée de Byron - Gérard de Nerval

Par mon amour et ma constance, J'avais cru fléchir ta rigueur, Et le souffle de l'espérance Avait pénétré dans mon cœur ; Mais le temps, qu'en vain je prolonge, M'a découvert la vérité, L'espérance a fui comme un songe... Et mon amour seul m'est resté ! Il est resté...

Ode sur la Légion d’Honneur - Gérard de Nerval

TOI qui répandis tant de gloire Sur les vivans et sur les morts, Phare éclatant de la victoire, Qui long-temps brûlas sur nos bords, Aux feux de ta vive lumière, L’homme se rendait immortel ! Pourquoi retomber sur la terre Quand ton séjour était le ciel ? II Des héros...

Notre-Dame de Paris - Gérard de Nerval

Notre-Dame est bien vieille : on la verra peut-être Enterrer cependant Paris qu'elle a vu naître ; Mais, dans quelque mille ans, le Temps fera broncher Comme un loup fait un bœuf, cette carcasse lourde, Tordra ses nerfs de fer, et puis d'une dent sourde Rongera...

Nobles et valets - Gérard de Nerval

Ces nobles d'autrefois dont parlent les romans, Ces preux à fronts de bœuf, à figures dantesques, Dont les corps charpentés d'ossements gigantesques Semblaient avoir au soi racine et fondements ; S'ils revenaient au monde, et qu'il leur prît l'idée De voir les...