A sa Sainte - Guillaume Des Autelz

Je fais sepulchre à ton loz de mes vers, Vers, qu'Amour mesme ha pour nous fait si fors, Qu'ilz ne craindront de la mort les effors, Quand nous serons tous deux rongez des vers : Tant que la vive ame de l'Univers, Fera tourner la roue des sept corps, Qui l'harmonie...

D'une faveur - Guillaume Des Autelz

Beauté premiere, admirable ornement, Vie, clarté, nourriture du monde, Pere Apollon, dont la sainte faconde A enyvré mon jeune entendement, Soit qu'esclairer tu voyses promtement L'autre moytié de cette terre ronde : Soit que laver veuilles ta teste blonde Au grand...

De la persévérance de son amour - Guillaume Des Autelz

Ce grand Amour qui au beau de ma dame, De mon esprit les yeux va conduisant, Est un Soleil, chauld, clair et reluisant C'est proprement le Soleil de mon ame, Ce beau Soleil de sa tresclaire flamme, Me fait tout voir un univers plaisant : Mais de son feu cruellement...

De sa juste amour et estrange peine - Guillaume Des Autelz

Je reconnois en elle mon courage Car le sien mesme estre le mien je croy. J'y reconnois de Nature la loy, Qui de nous deux n'ha fait qu'un mesme ouvrage. Je reconnois encores d'avantage : Je suis en elle, et je la sens en moy. Pour le moins donq aux signes que je voy...

De sa Sainte - Guillaume Des Autelz

Un jour ma Sainte au temple saint oroit. Au ciel estoit le bruit de son silence, Comme un Soleil reluisoit sa presence, Et tout le lieu de son ombre doroit. L'image en Croix de cil qu'elle adoroit, Signes monstroit de grand' benivolence Saintes et Saints luy faisoient...

Du merveilleux effet de son amour - Guillaume Des Autelz

De moy elle a, et d'elle j'ay la vie, La vie moy ? mais, las, j'ay la mort d'elle, Qui toutesfois auray vengeance telle Que par sa mort ma mort sera suyvie : L'on diroit bien qu'elle a brulante envie De m'estre douce, autant qu'elle est rebelle, Car si je ris, elle...

Du nom de sa Sainte, imitation de Pétrarque - Guillaume Des Autelz

Quand à mes vers je veux matiere élire Ma fantaisie au fin commencement Du nom, lequel je ly devotement DE ce saint nom me commende d'ecrire : Mais quand je vien à un peu apres lire Elle me chante alors tout autrement, N'y touche pas (dit elle) follement, N'Y touche...