Le chant du grillon - Jacques Prevel

J'ai tué la petite bête noire qui chantait comme un grelot Je suis voué à la réprobation J'ai supprimé la Vie D'un coup de talon j'ai brisé une espérance de mille années J'ai accompli ce crime sans rien savoir de la lumière Il ne reste qu'une aile brillante sur ma...

Nuit du 24 juillet - Jacques Prevel

Le monde renversé avait doublé l'exil Le visage de la douleur avait les lèvres closes Et moi j'étais venu homme de tant de jours Hommes de tant d'années Vous retrouver avec l'amère douleur de mes Blasphèmes Vous retrouver signant la nuit défaite Signant la nuit de...

Pour Rolande - Jacques Prevel

La puissance désir d'une naissance inconnue Qui me plaquerait comme un coup de vent Possible confondant l'éternel La puissance je ne sais plus pourqupi je l'avais rêvée Enfant perdu pierraille à même un sol laissé pour compte A l'herbe folle laissé pour compte à...

A Roger Bésus - Jacques Prevel

J'ai divagué aux antipodes De toutes les littératures Et je songe à la vie future Comme un bien inutile exode Un grand voyage est en moi-même Qui me conjure à chaque automne De laisser là tout ce qui m'aime Tout ce que j'aime, et qui m'étonne De partir comme feuille...

Testament - Jacques Prevel

I Je lègue à Jany de Ruy Mon grand portrait celui Où il est dit que le fou que Satan le fou fut partout Je lègue à Jany de Ruy la folle La joie perdue la joie féroce de vivre Et de haïr le monde La joie d'exterminer le monde II Je lègue à ma folle aimée Mon sexe ma...

A Val Constantine - Jacques Prevel

Chemins de passe hôpital et linceul Exil décapitant sa tête Ses paroles étaient d'un enfant Ses larmes étaient d'un enfant Je ne sais plus pourquoi l'eau coule torrentielle L'eau coule et ses yeux sont noyés L'amour et la misère le rêve et l'indifférence Car la haine...

Claude - Jacques Prevel

Claude je ne suis pas né pour mourir J'ai sacrifié ta gloire à de mortels désirs Claude tu seras bientôt presque morte Douloureuse et perdue dans ma mémoire J'ai sacrifié ta gloire à de mortels désirs Et tu seras bientôt presque morte Vivante et morte dans mon délire...

Comme cette pierre - Jacques Prevel

Comme cette pierre Ma face a été battue et rougie Mais elle se maintient silencieuse et comme cette pierre Ses meurtrissures révèlent une histoire qui la garde Et ma face où elle avait pressenti je ne sais quelles paroles S'était penchée sur ses lèvres mais elle s'est...

Délire sans nom - Jacques Prevel

Délire sans nom fantastique bonheur Je reste seul quand ta voix s'est tue Immobile et malade le visage abîmé par la nuit Mes oreilles assourdies par ta voix Délire sans nom mes bras sont retombés Et je suis à nouveau comme celui qui a peur Des êtres et des formes Ma...

Ils sont trop… - Jacques Prevel

Ils sont trop. je ne comprends pas ce qu'ils disent Leurs visages me font peur et je suis perdu d'avance Ils parlent, ils s'agitent, je ne les comprends pas Et je suis comme un coupable car je sais qu'ils me jugeront Je ne peux rien dire pour ma défense Je suis...

J'ai été lâche - Jacques Prevel

J'ai été lâche et j'ai mesuré la vie Comme un Démon j'ai mesuré la douleur Et maintenant que je suis vaincu Et que tout cela me semble inutile Je suis comme un avare dans la nuit Avec ces pauvres choses leurs larmes et leur désespoir La pluie tombe et je suis presque...

A Antonin Artaud - Jacques Prevel

Et si un jour un homme se levait parmi les hommes Et si un jour un homme s'avançait parmi les hommes Pour être mon ami Un homme assez pur pour m'éprouver tout entier Un homme assez fou et vide de sens pour Me comprendre Un homme de ma race Mais ayant brisé les échecs...

Des ailes de pierre - Jacques Prevel

Des ailes de pierre Et des oiseaux de chair brisant ces formes sacrilèges Pétrifiées sous le ciel en marche Le ciel décoloré comme ta mémoire Le ciel qui sait pleurer et rire comme tes yeux Et l'espoir insensé montant en tourbillon Comme ces oiseaux brisant le vol de...

Dévoré par le feu - Jacques Prevel

Dévoré par le feu, dévoré par mes ombres Ville ! par tes douleurs articulées Tes douleurs prometteuses de visages Eborgnés par le rire de mes désastres Aveuglés par mes yeux aveuglés Ville ! mes jours éclatés sont tes jours Mes jours profanés cimentés par tes ruines...