La Flourette. - Jean Aicard

La grappe belle et mûre et virginale encore Que baisent seulement la rosée et l'aurore, Garde sur sa peau rose un voile frais et blanc Aux vapeurs d'un miroir qu'on ternit ressemblant. Pour délicatement qu'on le cueille ou le touche, Dès qu'il est effleuré du doigt ou...

La grand'route. - Jean Aicard

A midi, la grand'route, éclatante, flamboie Sous l'éclat des rayons que sa blancheur renvoie, Et, miroir aveuglant, force à clore les yeux. Tous les jours, sous le feu qui ruisselle des cieux, Même à midi, l'on voit cheminer sur ces routes Le facteur du canton suant à...

L'aire. - Jean Aicard

Sur l'aire, dont on a brûlé l'herbe et les mousses Qui poussèrent, tout l'an, entre les briques rousses, Et dont un parapet décrépi fait le tour, Dès juillet, sous l'azur torride d'un beau jour, On étale l'amas des gerbes déliées, Et les pailles au loin brillent...

La jeunesse. - Jean Aicard

Oui, nous sommes les fiers, nous sommes la jeunesse ! Le siècle nous a faits tristes, vaillants et forts ; Condamnant sans pitié la peur et la faiblesse, Nous plaignons les vivants sans gémir sur les morts. S'il tombe de nos yeux quelques vains pleurs de femme, Nous...

La leçon de lecture. - Jean Aicard

« Monsieur Jean, vous lirez l'alphabet aujourd'hui. » J'entends encore ce mot qui faisait mon ennui. J'avais six ans, j'aimais les beaux livres d'images, Mais suivre ces longs traits qui noircissent des pages, Ce n'était point ma joie et je ne voulais pas. Pourtant,...

La Méditerranée. - Jean Aicard

La Méditerranée est couchée au soleil ; Des monts chargés de pins, d'oliviers et de vignes Qui font un éternel murmure au sien pareil, Voient dans ses eaux trembler leurs lignes. Elle est couchée aux pieds des pins aux sueurs d'or, Qui de leurs parfums d'ambre...

L'âme du blé. - Jean Aicard

En juin, on voit sortir de terre, germe obscur, Une larve bizarre et qu'étonne l'azur, Ayant l'aspect d'un ver et des rudiments d'ailes. Telles sont tout d'abord les cigales nouvelles. Mais bientôt, s'enfantant soi-même avec effort, De sa légère peau morte l'insecte...

La mer. - Jean Aicard

Concert prodigieux des ondes et des pierres ! Long retentissement des flots sur les galets ! Majesté de la mer débordant de lumières ! Fourmillement profond d'ombres et de reflets ! La mer, suprême tombe, est la source suprême ; Plongez dans ce soleil, vous trouverez...

La mort de l'aïeul. - Jean Aicard

Mon père est mort, voici vingt ans, à Vaugirard. Enfant, je n'ai pas vu partir le corbillard, Mais je sais la tristesse affreuse que dégage Ce char glacé portant les morts comme un bagage Au milieu des passants affairés, et du bruit Des fiacres et des vieux hôtels...

La moustouire. - Jean Aicard

« Holà, voisin ! ma vigne est mûre ; qu'on se prête : Aidez-nous, et demain, notre vendange faite, Nous irons vous aider de même à notre tour. » C'est pourquoi le coteau, dès la pointe du jour, Est plein d'éclats de rire et de chansons alertes ; Cachés jusqu'à...

L'ange et l'enfant. - Jean Aicard

Il lui disait : « Je suis ton frère ; Ne te souvient-il plus des cieux ? Leur doux reflet brille en tes yeux : Tu n'es pas l'enfant de la terre ! » Et l'ange souriait et lui tendait les bras ; L'enfant semblait dormir et ne répondait pas. « Déjà les portes éternelles,...

La Noël. - Jean Aicard

L'hiver resserre autour du foyer la famille. Voici Noël. Voici la bûche qui pétille ; Le « carignié », vieux tronc énorme d'olivier Conservé pour ce jour, flambe au fond du foyer. Ce soir, le « gros souper » sera bon, quoique maigre. On ne servira pas l'anchois rouge...

La ruche. - Jean Aicard

Mon compagnon de jeux me disait quelquefois : « Viens aux abeilles, viens ! » Et dans le petit bois Nous allions, curieux et troublés, en silence. Je vois encore le bois de pins qui se balance ; J'entends ses longs rameaux bercés dans l'air du ciel ; Puis le...

La Sainte-Baume. - Jean Aicard

A dos d'âne, on gravit la montagne où serpente Un chemin large, plein de rocs et dur de pente, Entre des buissons verts, sous un soleil brûlant. L'ânière en grand chapeau pousse l'âne indolent Dont le pas routinier vous berce sans secousse ; Chacun parle, et médit de...

La Saint-Éloi. - Jean Aicard

La grand'messe chantée, en pompe le curé Fait porter sous le porche un saint Eloi doré, Vieux buste aux yeux d'émail, à figure béate, Posé sur un brancard au tapis écarlate. Le vicaire l'assiste et deux enfants de chœur. Par avance, les deux abbés ont l'air moqueur...

Le bas. - Jean Aicard

Joanne a six ans. Hier c'était un ange encore ; Ce n'est plus qu'une enfant d'Ève. Le ciel colore Pourtant de son regard son regard caressant, Car Dieu regarde face à face l'innocent ; Elle est pauvre, elle est gaie, à la fois rose et blanche. Elle a les mouvements de...

Le laurier du pays natal. - Jean Aicard

Ô Provence natale, et toi, Toulon, ma ville, Interrogeons-les tous, de Ronsard à Banville : « Poètes, qu'êtes-vous ? » et tous vont s'écrier : « Des chercheurs qui vivons pour l'amour du laurier, Des marcheurs éternels, voilà ce que nous sommes, Et partout, dans les...

Le long de la rivière. - Jean Aicard

Le Gapeau chantait une chanson folle De joie et d'amours ; Son onde tordait sur l'arène molle Mille et un détours ; Et moi j'allais, triste, avec l'âme pleine De papillons noirs ; J'avais promené du val à la plaine De vieux désespoirs. Je songeais à tout ce qui fait...

Le mal du pays. - Jean Aicard

« On sait mieux le français au pays de la neige : Éloignons cet enfant de nous, se dirent-ils ; Il faut que les garçons apprennent les exils. » Et l'on m'envoya loin, à Mâcon, au collège. Oh ! comme je pleurais là-bas, pauvre petit ! Mes compagnons de classe en ont...

Le mistral. - Jean Aicard

Ce vent, qui jette aux flots les galets de la grève, Pour sortir de son outre avec de longs cris sourds, Brusquement, sans attendre aucun ordre, la crève ! Lors il souffle par trois, par six et par neuf jours, Car Trois étant sacré pour les dieux et les mondes Sur ce...