Il ny à si grossier qui ne connoisse bien - Jean-Baptiste Chassignet

Il ny à si grossier qui ne connoisse bien Devoir un jour mourir, et toutefois quant l’heure De la mort est venue, il se tourmente, et pleure Desireus de sa perte, et jalous de son bien. N’a il pas bien faillu que pere et mere tien Homme sans jugement, auparavant toy...

Mortel pense quel est dessous la couverture - Jean-Baptiste Chassignet

Mortel pense quel est dessous la couverture D’un charnier mortuaire un cors mangé de vers, Descharné, desnervé, où les os descouvers, Depoulpez, desnouez, delaissent leur jointure : Icy l’une des mains tombe de pourriture, Les yeux d'autre costé destournez à l’envers...

À beaucoup de danger est sujette la fleur - Jean-Baptiste Chassignet

À beaucoup de danger est sujette la fleur, Ou l'on la foule aux pieds ou les vents la ternissent, Les rayons du soleil la brûlent et rôtissent, La bête la dévore, et s'effeuille en verdeur : Nos jours entremêlés de regret et de pleur À la fleur comparés comme la fleur...

Cet océan battu de tempête et d'orage - Jean-Baptiste Chassignet

Cet océan battu de tempête et d'orage Me venant à dédain et le dévoiement De mon faible estomac prompt au vomissement Me faisait déjà perdre et couleur et courage, Quand, pour me délivrer des périls du naufrage, D'un plus petit bateau je passai vitement Dans un...

Archimede abusé pendant que tu t’abuse - Jean-Baptiste Chassignet

Archimede abusé pendant que tu t’abuse A peindre sur la poudre, et d’un baston d’airain Tracer un cercle rond, l’exercite Romain Surprent, sans y penser, ta chere Syracuse. Homme mal advisé, pendant que tu t’amuse A mille fols pensers, le trespas incertain Meurdre,...

Sçais tu que cest de vivre ? - Jean-Baptiste Chassignet

Sçais tu que cest de vivre ? autant comme passer Un chemin tortueus, ore le pié te casse, Le genou s’afoiblist, le mouvement se lasse Et la soif vient le teint de ta levre effacer ; Tantost il t’y convient un tien ami laisser, Tantost enterrer l’autre, ore il faut que...

Ce monde composé d’un discordant accort - Jean-Baptiste Chassignet

Ce monde composé d’un discordant accort Fait toute chose humaine aller à son contraire, Et sous le mouvement du monde elementaire Il n’est rien de certain que le coup de la mort. La mort passe par tout, dez l’oëst jusqu’au Nort Des le Sus jusqu’à l’Est, le meurdrier...

J'ay voulu voyager, à la fin le voyage - Jean-Baptiste Chassignet

J'ay voulu voyager, à la fin le voyage M'a fait en ma maison mal content retirer. En mon estude seul j'ay voulu demeurer, En fin la solitude a causé mon dommage. J'ay volu naviguer, en fin le navigage Entre vie et trespas m'a fait desesperer. J'ay voulu pour plaisir...

Ce qui semble perir se change seulement - Jean-Baptiste Chassignet

Ce qui semble perir se change seulement L’Esté est il passé ? l’an suivant le rameine Voit on noircir la nuit ? la lumiere prochaine Redore incontinant l’azur du firmament : Le rayonnant Soleil d’un pareil mouvement Par l’escharpe du ciel tous les jours se promeine Et...

Le malade affligé de la palle jaunisse - Jean-Baptiste Chassignet

Le malade affligé de la palle jaunisse Treuve le miel amer, le fievreux tremblotant Au fort de son exces va le flot souhaitant. Preferant l'appetit à la santé propice : Ainsi le fol mondain corrompu en son vice De la loy du Seigneur l'amour ne va goustant : Il court à...

Desires-tu sçavoir à quoy je parangonne - Jean-Baptiste Chassignet

Desires-tu savoir à quoi je parangonne Le fuseau de tes ans ? Au savon blanchissant Soufflé par un tuyau de paille jaunissant, Dont un fol enfançon ses compagnons étonne ; En son lustre plus beau sa gloire l’abandonne, Au moindre choc de l’air, fragile, se froissant ;...