Il s'en alloit prier - Jean de La Ceppède

Il s'en alloit prier quand la Parque complice Des Hebrieux, pour desja le traicter rudement, Porte devant les yeux de son entendement, Les outils rigoreux de son prochain supplice. Il voit tout ce que doit employer leur malice : Les cordes, les crachats, le rouge...

Un Ange avoit predit le temps de sa venuë - Jean de La Ceppède

Un Ange avoit predit le temps de sa venuë ; Au jeune enfant Prophete un Ange au temps promis L'annonça, la fit estre à cet esprit cognuë Qu'amour à son empire onques ne vid soubs-mis. Par un Ange il rendit les pensers affermis Qui troubloient de Joseph la vieillesse...

J'ay chanté le Combat, la Mort, la sepulture - Jean de La Ceppède

J'ay chanté le Combat, la Mort, la sepulture Du Christ qu'on a comblé de torts injurieux Je chante sa descente aux antres stygieux Pour tirer noz ayeulx de leur noire closture. Je chante (emerveillé) comme sans ouverture De sa Tombe, il en sort vivant, victorieux, Je...

Vers la plage rosine où le Soleil s'esleve - Jean de La Ceppède

Vers la plage rosine où le Soleil s'esleve Loin d'Acre et de Sion le chemin d'un Sabbath, Vis à vis du Calvaire un autre mont s'esleve Tousjours vert des honneurs du Minervé combat. Ces fueilleux arbrisseaux ennemis du debat, Ce mont qui dans Cedron ses racines...

L'Amour l'a de l'Olympe - Jean de La Ceppède

L'Amour l'a de l'Olympe icy bas fait descendre ; L'amour l'a fait de l'homme endosser le peché ; L'amour luy a des-jà tout son sang fait espandre ; L'amour l'a fait souffrir qu'on ait sur luy craché ; L'amour a ces haliers à son chef attaché ; L'amour fait que sa Mere...

Vexilla regis - Jean de La Ceppède

Les Cornettes du Roy volent par la campaigne, La Croix mysterieuse éclate un nouveau jour, Où l'Autheur de la chair, de sa chair s'accompaigne Et fait de son Gibet un Theatre d'Amour. Là pour nostre rachept, là, pour nostre doctrine Il tend ores ses mains, tend ses...

L'Oyseau dont l'Arabie a fait si grande feste - Jean de La Ceppède

L'Oyseau dont l'Arabie a fait si grande feste, Est de ce grand Heros le symbole asseuré. Le Phenix est tout seul. Le Christ est figuré Seul libre entre les morts par son Royal Prophete. Le Phenix courageux se porte à sa defaite Sur du bois parfumé : l'Amour demesuré...

Voicy l'homme, ô mes yeux - Jean de La Ceppède

Voicy l'homme, ô mes yeux, quel object déplorable ! La honte, le veiller, la faute d'aliment, Les douleurs, et le sang perdu si largement L'ont bien tant déformé qu'il n'est plus désirable. Ces cheveux (l'ornement de son chef vénérable) Sanglantez, herissez, par ce...

Psaume CI - Jean de La Ceppède

Non autrement qu'on voit d'une torche allumée Par le vague de l'air se perdre la fumée, Ainsi j'ai vu mes jours se perdre en un moment : Mes tristes os vidés d'humeurs et de mouëlles, Décharnés, et recuits au feu de mon tourment Sont prêts d'être allumés comme sèches...

Le Cerf que le veneur relance au bois sauvage - Jean de La Ceppède

Le Cerf que le veneur relance au bois sauvage Void un fleuve, s'y jette, nage et gaigne le bord. Christ poursuivy de Juifs, nage aux eaux de la mort, Les passe, et vient surgir à l'immortel rivage. Le Cerf hayt le serpent, l'attaque, le ravage, Le mord et l'engloutit...

Antithèses de la Croix à l'arbre deffendu - Jean de La Ceppède

Satan par le bois vert nostre aïeule ravit, Jesus par le bois sec à Satan l'a ravie ; Le bois vert à l'Enfer nostre aïeule asservit. Le bois sec a d'Enfer la puissance asservie Satan sur le bois vert vit sa rage assouvie, Jesus sur le bois sec son amour assouvit. Le...

Le torrent orageux entraine renversées - Jean de La Ceppède

Le torrent orageux entraine renversées Les maisons, qu'on assied sur le sable mouvant : Mais les autres qu'on a sur le rocher dressées Ne branslent point aux coups, ny des flots, ny du vent. Les flots de ces tormens que les Juifs vont pleuvant Sur le corps du Sauveur,...

Apres qu'il eut aux siens redit cette leçon - Jean de La Ceppède

Apres qu'il eut aux siens redit cette leçon, Il s'en esloigne un peu, met les genoux à terre, Tombe sur son visage, et prosterné desserre Quelques traits que la chair habille à sa façon. Abba Père (dit-il, tremblotant de frisson) Il n'est rien que ton vueil, que ta...

Les escadrons aislez du celestre pourpris - Jean de La Ceppède

Les escadrons aislez du celestre pourpris Par le Pere choisis des bandes Coronnelles, Jaloux d'executer les charges paternelles Accompagnent le Fils au voyage entrepris. Approchans les cachots des rebelles esprits Ils vont criant aux Roys des ombres criminelles,...

Mais qui vous meut, Seigneur - Jean de La Ceppède

Mais qui vous meut, Seigneur, de sortir à cette heure ? De passer ce torrent ? de gravir sur ce mont ? De revoir ce jardin où l'Apostre parjure Conduit mille assassins pour vous faire un affront ? Vous fuites l'autre jour pour ne voir vostre front, Ceint du bandeau...

Bel Arbre triomphant - Jean de La Ceppède

Bel Arbre triomphant, victorieux trophée, Qui pourroit dignement ta loüange entonner ? Au seul ozer je sens ma Muse s'étonner, Et ma voix au gosier de frayeur estouffée. Soy donq, ô digne Croix, toy-mesme ton Orphée, Et te plaise aujourd'huy piteuse me donner Qu'à...

Marie-Madeleine au Tombeau - Jean de La Ceppède

Elle exprimait encor la cause douloureuse De ses pleurs, quand elle oit un petit bruit léger A son dos ; et soudain cette aveugle amoureuse Se tourne et voit le Christ, mais c'est comme étranger. " Ô femme, lui dit-il, quel deuil te peut ranger A tant et tant de...

Blanc est le vestement du grand Pere sans age - Jean de La Ceppède

Blanc est le vestement du grand Pere sans age, Blancs sont les courtisans de sa blanche maison, Blanc est de son esprit l'étincelant pennage. Blanche est de son Agneau la brillante toison. Blanc est le crespe sainct dont (pour son cher blason) Aux Nopces de l'Agneau...

Ô Père dont jadis les mains industrieuses - Jean de La Ceppède

Ô Père dont jadis les mains industrieuses Cette vigne ont planté, vois comme au lieu du fruit Qu'elle dût rapporter, ingrate elle produit Pour couronner ton fils des ronces épineuses. Ces épines étaient les peines crimineuses Des révoltes de l'homme au paradis séduit...

Cependant le soleil fournissant sa journée - Jean de La Ceppède

Cependant le soleil fournissant sa journée Voit son maître à la croix de tourments foisonné, Ja prêt à rendre l'âme : il blêmit étonné, Et volontiers sa course eût ailleurs détourné. Il se fâche de voir sa tête environnée D'un brillant diadème, et dit passionné :...

Ô royauté tragique ! ô vêtement infâme ! - Jean de La Ceppède

Ô royauté tragique ! ô vêtement infâme ! Ô poignant diadème ! ô sceptre rigoureux ! Ô belle et chère tête ! ô l'amour de mon âme ! Ô mon Christ seul fidèle et parfait amoureux ! On vous frappe, ô saint chef, et ces coups douloureux Font que votre couronne en cent...

Cette rouge sueur goutte à goutte - Jean de La Ceppède

Cette rouge sueur goutte à goutte roulante Du corps de cet athlète en ce rude combat Peut être comparée à cette eau douce et lente Qui la sainte montagne en silence rebat. L'aveugle-né (qui mit tous les siens en débat Pour ses yeux) fut lavé de cette eau...

Pardonne, ô saint Prophete à ma temerité - Jean de La Ceppède

Pardonne, ô saint Prophete, à ma temerité, Tout autrement que toy j'interprète le songe Du Roy de Babylon. Tu dis la vérité : Et ce que je diray ne sera point mensonge. Ce songe matineux dont le soucy te ronge, O Monarque jaloux de ton authorité Ne peut trouver...

Prophanes Amphions qui n'employés la Muse - Jean de La Ceppède

Prophanes Amphions qui n'employés la Muse Qu'à chanter d'Helicon les honneurs mensongers ; Faites la despartir de ces tons estrangers, Afin qu'à ce beau mont plus sage elle s'amuse. Tymanthes malheureux, dont le pinceau s'abuse A peindre d'Amatonte, et d'Adon les...

Dez que cette oraison fut par luy prononcée - Jean de La Ceppède

Dez que cette oraison fut par luy prononcée, Il laisse un peu sa teste à main droite pancher : Non tant pour les douleurs dont elle est offensée Que pour semondre ainsi la Parque d'approcher. Voila soudain la peau de son front dessecher, Voila de ses beaux yeux tout à...

Quand Rachel s'accoucha - Jean de La Ceppède

Quand Rachel s'accoucha (pour son dernier mal-heur) Du petit Benjamin, les tranchées roulantes Par son ventre affligé, furent si violentes Qu'elle perdit en fin l'avivante chaleur. Sur le point que la mort abbatoit sa valeur, Qu'elle sentit en fin ses forces...

Heureuse fut, Seigneur, cettre troupe choisie - Jean de La Ceppède

Heureuse fut, Seigneur, cettre troupe choisie Qui vous vid à ce coup remonter dans les Cieux, Mais d'un bien plus grand heur est toute ame saisie Qui des yeux de la foy vous voit ore ez hauts lieux. Il vous a pleu, mon Christ, tirer de mes ans vieux Aux loisirs...