Un bien vieil habit - Jules Verne

O mes amis, ma douleur est extrême, Je ne puis plus porter ce vieil habit ! Lorsqu'on est noble, il est dur tout de même, En soi de voir un si grand déficit ! J'en suis, hélas ! au dernier exemplaire, Un grand malheur sur nous tous a fondu ! Notre tailleur ne peut...

Naissance de la corruption - Jules Verne

Le pouvoir appauvri, sans foyer, sans fortune, Réduit même à coucher au glacial clair de lune, Affaibli par la lutte, et le rude combat Des systèmes divers qui tracassaient l'Etat, Des desseins ténébreux, des sentiments contraires, De ces opinions tenaces,...

Plutus, premier roi de France - Jules Verne

Dans l'ancien temps, Plutus, le grand dieu des richesses, Ne portant ses faveurs qu'aux gens religieux, Afin de découvrir sans erreur les adresses, Chose possible alors, avait d'excellents yeux ; Plus tard, se laissant prendre aux trompeuses caresses, Des hommes...

Quel aveugle ! - Jules Verne

Si vous trouvez le dieu Mercure, Ami, dites-lui de ma part, Que contre tout vol il m'assure, Ce soir, je dois rentrer fort tard Et je craindrais quelque aventure ! Je sais que ce roi des voleurs Eût pu jadis vous satisfaire, Car il était souvent des leurs ; Mais...

Romance - Jules Verne

Ecoute-moi, Magdeleine, L'hiver a quitté la plaine Qu'hier il glaçait encor. Viens dans ces bois d'où ma suite Se retire, au loin conduite Par les sons errants du cor. Viens, on dirait, Magdeleine, Que le printemps, dont l'haleine Donne aux roses leur couleur A cette...

Rondeau redoublé - Jules Verne

Rondeau J'eus de l'amour bien vrai pour Herminie, Elle inspirait de tendres sentiments ; Si sa vertu ne se fût pas ternie, Elle entendrait encor mes doux serments ! J'ai bien passé d'agréables moments Dans son aimable et fine compagnie ; Lui confiant ma joie et mes...

Sonnet d'après Kerner - Jules Verne

Sur deux nobles cercueils deux noms se laissent lire ; Dans l'un Othmar le grand, Othmar roi tout-puissant, Se tient le sceptre en main, comme un roi qui descend Le front haut et superbe, au sein du noir empire ; Dans l'autre est endormi du sommeil pâlissant Un homme...

Lay - Jules Verne

Courir après la gloire, Ce fantôme illusoire, Ce pic, C'est bien follement croire Grimper une glissoire A pic ! C'est nier le purgatoire Au sein d'un consistoire Public ! C'est sans un vomitoire Le mortel poison boire D'aspic. C'est à son auditoire Souhaiter le...

Le cancan - Jules Verne

J'ai souvent du jeune homme admiré le cancan ; Je l'ai vu s'agiter à l'instar de la canne, Voler plus promptement que les soldats du Khan, Plus vite que le plomb fuyant la sarbacane ; J'ai souvent entendu des vieilles le cancan, Qui sournois dit son mot, ferme un œil...

Le coq - Jules Verne

C'est environ à trois cent vingt cinq pieds. Un vieux nid dont les petits sont épiés Par l'œil perçant de quelque oiseau de proie S'épanouit aux brises de suroïe, — Peut-être même à trois cent trente pieds. L'oiseau de proie, — un émouchet, sans doute, — A vu le nid...

Le jeudi saint a ténèbres - Jules Verne

J'aime d'un amour saint l'immense cathédrale Qui porte fièrement sa tête colossale, Lève sa tour altière où la cloche se plaint, Et fait frissonner l'air sous son marteau d'airain. Surtout au crépuscule, à ces heures funèbres, Lorsque le Jeudi saint nous appelle à...

Feu follet - Jules Verne

Ce feu fantasque, insaisissable, Qui, dans l'ombre voltige et luit, Et qui, même pendant la nuit, Ni sur la mer, ni sur le sable, Ne laisse de traces après lui. Ce feu toujours prêt à s'éteindre, Tour à tour blanc, vert ou violet, Pour reconnaître ce qu'il est, Il...

John Playne - Jules Verne

John Playne, on peut l'en croire, Est complètement soûl ! Il n'a cessé de boire Jusqu'à son dernier sou ! Dam' ! deux heures de stage Au fond d'un cabaret, En faut-il davantage Pour absorber son prêt ? Bah ! dans une marée Il le rattrapera, Et brute invétérée, Il...

L'adieu a une dame - Jules Verne

Lorsqu'Adam fut chassé de l'Eden enchanteur, Il s'arrêta devant son entrée interdite, Puis il maudit son sort, sa faiblesse séduite : Ce qu'il voyait alors pressentait le malheur. En promenant au loin sa misère et sa fuite, Il apprit à porter son fardeau de douleur !...

L'attente - Jules Verne

Je suis dans la douce attente ; Au nocturne rendez-vous, Je guette ma belle amante ; La lune amoureuse argenté Le gazon flexible et doux ; Je suis dans la douce attente ; L'ombre tiède et frémissante Se prépare à point pour nous ; Je guette ma belle amante ; De sa...

L'hôpital - Jules Verne

L'hôpital ! sombre mot qui renferme malheurs ! Cercueil universel où, honteuse et souffrante, La misère roulant sur la rapide pente, Dans la mort qui la guette enterre ses douleurs ! Là l'égalité règne, et la tête savante, Vient avec l'ignorant mêler ses doctes pleurs...

L'oméopathie - Jules Verne

Les fougueux partisans du savant Hippocrate Voient avec trop d'horreur ces médecins nouveaux, Qui donnent pour guérir ce qui cause les maux, Et se sont décorés du mot : Oméopathe ! Les anciens médecins de colère ponceaux Veulent les transformer en sujets d'Harpocrate...

L'orpheline au couvent - Jules Verne

J'étais seule sur terre, encor bien jeune, hélas ! Faible fleur sans racine, Sans appui, sans parents que je ne connus pas. Je restais orpheline ! La mort avait frappé, comme frappe un faucheur Aveugle et sans clémence, Ceux que Dieu me donnait pour me former le...

La jeune fille - Jules Verne

Cachée au sein des nuits, des astres, qu'à foison Dieu sema dans le ciel pour sourire à la terre, Une étoile surtout, au seuil de la maison Luit, et répand sur elle une douce lumière ! C'est une jeune fille, à l'aimable raison. Elle est modeste, plaît, mais sans...

La sixième ville de France - Jules Verne

Un quartier neuf et présentable Entre bon nombre de hideux Des sots bâtissant sur le sable En affaire peu scrupuleux De science un peuple incapable, A son endroit toujours crasseux Quelques milliers de cerveaux creux D'une bêtise indécrottable De riz, sucre, un peuple...

La vie - Jules Verne

Le passé n'est pas, mais il peut se peindre, Et dans un vivant souvenir se voir ; L'avenir n'est pas, mais il peut se feindre Sous les traits brillants d'un crédule espoir ! Le présent seul est, mais soudain s'élance Semblable à l'éclair, au sein du néant ! Ainsi...

Conseils à un ami - Jules Verne

Vous qui, trop content de la noble figure Que le ciel partial, savant décorateur, Créa, pour défier le peintre et le sculpteur, Couronnant à ravir votre belle tonsure ! Vous qui, trop content de la cervelle pure Que le ciel partial, savant distributeur, Mit dans votre...

Damoiselle et damoiseau - Jules Verne

Gentille pastourelle Brillait comme une fleur ; Parfum s'exhalait d'elle, Mais parfum de fraîcheur. Simple par excellence, Depuis première enfance, Si belle, s'ignorait : De même, violette Se cache, mais rejette Cet arôme qui plaît ! Un jour, beau jour de fête, Passa...

A la potence ! - Jules Verne

A la potence où tant de gens hideux Qui pour le crime avaient fait parler d'eux Ont terminé leur vie ithyphallique Pour honorer la morale publique Ne faut-il pas les pendre deux par deux, Ces haut placés, corrupteurs monstrueux, Et faire aller ce ministère affreux Qui...

Acrostiche - Jules Verne

Hélas ! je l'ai donné mon cœur faible et sans armes, Et j'ai fié mon âme entière en ta bonté : Regarde : je n'ai plus que la joie et les larmes, Marques d'amour, hélas ! ou d'infidélité. Il te faut décider ce que ton cœur t'inspire ; Ne va plus épargner ma joie ou mes...

Affaire Praslin - Jules Verne

Un crime sans pareil vient défrayer la terre De ses affreux détails, lugubre vérité ! La France, son théâtre, épanchant sa colère Sur ce forfait tout plein de sang, de lâcheté ! Un grand ! un pair ! un duc ! scélérat, adultère, A, par sa concubine à ce meurtre excité,...

Au général cambronne - Jules Verne

Gloire au héros soldat, au général, au brave Qui fait de la victoire une éternelle esclave, Quand son cœur est français, Quand il est si fidèle à sa noble devise, Qu'il réponde : toujours ! à l'honneur, et qu'il dise A la honte : jamais ! Le sabre vaut le sceptre, et...

Bonheur domestique - Jules Verne

Il est des gens pour qui le bonheur est sur terre Ils font notre malheur, vivant gais et contents ! J'aimais, comme l'on aime aux âges innocents, Une charmante fille, à la prunelle altière ! Un noble, un gentleman, par ses écus sonnants, A ravi cette fille à mon amour...

La fille de l'air - Jules Verne

A Herminie. Je suis blonde et charmante, Ailée et transparente, Sylphe, follet léger, je suis fille de l'air, Que puis-je avoir à craindre ? Une nuit de m'éteindre ? Qu'importe de mourir comme meurt un éclair ! Je vole sur la nue ; Aux mortels inconnue, Je dispute en...

La nuit - Jules Verne

Le soleil entraînant dans sa course lointaine Les brûlantes vapeurs, vers d'autres horizons, Ne dorait déjà plus la neige des tisons Que les brebis laissaient aux buissons de la plaine. L'âme était plus tranquille, et l'air était plus doux ! Loin du regard de feu du...

Tempête et calme - Jules Verne

L'ombre Suit Sombre Nuit ; Une Lune Brune Luit. Tranquille L'air pur Distille L'azur ; Le sage Engage Voyage Bien sûr ! L'atmosphère De la fleur Régénère La senteur, S'incorpore, Évapore Pour l'aurore Son odeur. Parfois la brise Des verts ormeaux Passe et se brise Aux...

La Mort - Jules Verne

Dans ce pauvre village où la vie est amère, Le triste champ de mort, à l'aspect maladif, Vient étaler les pleurs du cyprès et de l'if A l'âme du passant qui pâlit et se serre ! Là, point de ces tombeaux, au chapiteau plaintif, Où des riches s'endort la gloire...

La Vapeur - Jules Verne

Maintenant la vapeur est à l'ordre du jour. Tout marche par son aide ! Est-ce un bien pour le monde ? Pour bien choisir sur terre où toute chose abonde, Faut-il donc se hâter, lorsqu'on en fait le tour. On vole désormais sur la terre et sur l'onde ; On fait sans y...

Le génie - Jules Verne

Comme un pur stalactite, œuvre de la nature, Le génie incompris apparaît à nos yeux. Il est là, dans l'endroit où l'ont placé les Cieux, Et d'eux seuls, il reçoit sa vie et sa structure. Jamais la main de l'homme assez audacieuse Ne le pourra créer, car son essence...

Le silence dans une église - Jules Verne

Au levant de la nef, penchant son humide urne, La nuit laisse tomber l'ombre triste du soir ; Chasse insensiblement l'humble clarté diurne ; Et la voûte s'endort sur le pilier tout noir ; Le silence entre seul sous l'arceau taciturne, L'ogive aux vitraux bruns ne se...

Lorsque la douce nuit - Jules Verne

Lorsque la douce nuit, comme une douce amante, S'avance pas à pas, à la chute du jour, S'avance dans le ciel, tendre, timide et lente, Toute heureuse d'un fol amour ; Lorsque les feux muets sortent du ciel propice, Pointillent dans la nuit, discrets, étincelants,...

Ô toi, que mon amour profond - Jules Verne

Ô toi, que mon amour profond et sans mélange Formé de ton image et de ton souvenir, Avait su distinguer en l'auguste phalange Des jeunes beautés dont nous faisons notre ange Pour nous guider dans l'avenir, Toi que tout rappelait à mon âme inquiète, Et dont l'âme sans...

Quand par le dur hiver - Jules Verne

Quand par le dur hiver tristement ramenée La neige aux longs flocons tombe, et blanchit le toit, Laissez geindre du temps la face enchifrenée. Par nos nombreux fagots, rendez-moi l'âtre étroit ! Par le rêveur oisif, la douce après-dinée ! Les pieds sur les chenets, il...

Vous êtes jeune et belle - Jules Verne

Sonnet Vous êtes jeune et belle, et vos lèvres rieuses N'ont que charmants souris tout fraîchement éclos ; Le temps sonne pour vous ses heures folles, joyeuses Qui vont se succédant comme les flots aux flots. L'amour pour vos plaisirs rend plus voluptueuses Ces...

À la morphine - Jules Verne

Prends, s’il le faut, docteur, les ailes de Mercure Pour m’apporter plus tôt ton baume précieux ! Le moment est venu de faire la piqûre Qui, de ce lit d’enfer, m’enlève vers les cieux. Merci, docteur, merci ! qu’importe que la cure Maintenant se prolonge en des jours...

Connaissez-vous mon Andalouse - Jules Verne

Connaissez-vous mon Andalouse, Plus belle que les plus beaux jours, Folle amante, plus folle épouse, Dans ses amours, toute jalouse, Toute lascive en ses amours ! Vrai dieu ! de ce que j'ai dans l'âme, Eussé-je l'enfer sous mes pas, Car un mot d'amour de ma dame A...

Hésitation - Jules Verne

A une jeune personne à la noble tournure, aux yeux grands et noirs. Celle que j'aime a de grands yeux Sous de brunes prunelles ; Celle que j'aime sous les cieux Est la belle des belles. Elle dore, embellit mes jours, Oh ! si j'étais à même, Mon Dieu, je voudrais voir...

J'aime ces doux oiseaux - Jules Verne

J'aime ces doux oiseaux, qui promènent dans l'air Leur vie et leur amour, et plus prompts que l'éclair, Qui s'envolent ensemble ! J'aime la fleur des champs, que l'on cueille au matin, Et que le soir, au bal, on pose sur son sein Qui d'enivrement tremble ! J'aime les...

La cloche du soir - Jules Verne

La barque s'enfuyait sur l'onde fugitive ; La nuit se prolongeant comme un paisible soir A la lune du ciel pâle, méditative, Prêtait un doux abri dans son vêtement noir ; Dans le lointain brumeux une cloche plaintive Soupire un son pieux au clocher du manoir ; Le...

La Lune - Jules Verne

Bien des gens en ce monde ont une humeur bizarre, Et dont on cherche en vain la cause et le secret ; Sans qu’on sache pourquoi, leur esprit douceret En un instant hargneux, coléreux se déclare ; L’un défend une chose, et puis il la permet ; L’autre Anglais le matin,...