La colombe - Louis Bouilhet

Quand chassés, sans retour, des temples vénérables, Tordus au vent de feu qui soufflait du Thabor, Les grands olympiens étaient si misérables Que les petits enfants tiraient leur barbe d'or ; Durant ces jours d'angoisse où la terre étonnée Portait, comme un fardeau,...

À X - Louis Bouilhet

Artiste au front sacré, poète aux belles rimes, Voyageur attiré vers les songes vermeils, Toi qui portes aux pieds ces poussières sublimes Qu’on soulève, en marchant, au pays des soleils. Quand je t’ai vu passer, dans ta force et ton calme, Traînant, comme un manteau,...

Quand vous m’avez quitté - Louis Bouilhet

Quand vous m’avez quitté, boudeuse et mutinée Secouant mes baisers, comme un arbre ses fleurs, Je restai seul, debout, près de la cheminée, Me forçant au sourire, et me sentant des pleurs. C’était le premier doute et le premier nuage Dans ce beau ciel d’amour qu’un...

Vestigia Flammæ - Louis Bouilhet

Où donc es-tu partie, ô belle jeune fille ? Toi dont le doux regard et dont la voix, un jour, Comme un oiseau qu’éveille un bruit sous la charmille, À l’ombre de mon cœur ont fait chanter l’amour. Ange, te souvient-il que je t’aimai sur terre ? Que j’aurais tout donné...

Vesper - Louis Bouilhet

Écoutez, écoutez, sous les forêts profondes La cigale causeuse a fini son refrain ; Seuls, les lourds chariots traînant les gerbes blondes, Font tinter dans le vent leurs clochettes d’airain. Les hôtes écailleux de la mer taciturne Sur la vague d’azur montrent leurs...

Vers Paï-lui-chi - Louis Bouilhet

I L’écho douze fois frappé Par le vers sept fois coupé, C’est la cadence opportune D’un couplet bien échappé. Ce galop sans halte aucune Semble une bonne fortune À tout poëte trempé D’une façon peu commune. Et sur ce rhythme escarpé, L’oiseau, d’ombre enveloppé,...

Le Vieillard libre - Louis Bouilhet

Prêt, dès l’aube, à déloger, Je rentre avec la nuit noire. J’ai dans mon puits de quoi boire, Dans mon champ de quoi manger… À l’empereur suis-je pas étranger !… Louis Bouilhet

L’Hallali - Louis Bouilhet

Toutes les passions, comme une meute infâme, Ensemble, sur mon cœur, ont bondi par milliers : Molosses haletants, dogues à l’œil de flamme, Tout hurle et tout aboie à travers les halliers ; J’ai franchi les ravins, et, comme un cerf qui brame, J’ai rougi de mon sang...

Les Chevriers - Louis Bouilhet

L’Aube aux pieds d’argent descend des montagnes ; La Nuit s’est cachée au fond des grands bois ; Tous les nids d’oiseaux chantent à la fois. Hardis chevriers, quittons nos compagnes ! Les sentiers couverts de mousse et de thym Mettront sous nos pas un tapis superbe,...

Les Flambeaux - Louis Bouilhet

Du sage qui médite et pèse, en soupirant, Les choses de la vie, L’huile onctueuse, au bord du vase transparent, Éclaire l’insomnie. Couronné de verveine, et tout léger d’espoir, Entre ses mains joyeuses, L’hyménée, en chantant, secoue au vent du soir Les torches...

Les Larmes de la vigne - Louis Bouilhet

I Mars est venu, la vigne pleure : Le vent du nord, passant brutal, Fait, sur les branches qu’il effleure, Rouler des perles de cristal ; Et, peu sensible à tes alarmes, Au flanc des côtes sans chemins, La terre boit tes grandes larmes, Consolatrice des humains. Oh !...

Les Raisins - Louis Bouilhet

Dans la vigne, au mur étalée, La lune glisse lentement, Et, sous la feuille dentelée, Caresse le raisin dormant. Tout à coup la grappe en alerte S’éveille et croit le jour venu ; Chaque grain, gonflant sa peau verte, Frissonne au vent comme un sein nu. Chaque...

Les Zones de l’âme - Louis Bouilhet

L’âme ― ainsi que la terre ― a ses régions douces, Ses climats tempérés qu’effleure le soleil : Frais espoirs souriant comme un flot sur les mousses, Voluptés sans angoisse et bonheurs sans réveil. Elle a les passions de sa zone torride, Ses amours, épandus comme un...

Lied normand - Louis Bouilhet

Sous le chèvrefeuil, Je vidais bouteille. Trois amis en deuil M’ont dit à l’oreille : — Eh ! bon ! bon ! bon ! ― qu’on nous verse encor ! Le vin, c’est du sang ! ― le cidre, de l’or ! « prends bien garde à toi, On te fauche l’herbe. » — « Je n’ai pas d’effroi, J’ai...

L’Aloès - Louis Bouilhet

Il poussait, à l’écart, plein d’un immense ennui, Sinistre, hérissé, comme pour les querelles. L’abeille, en frissonnant, se détournait de lui ; Les fleurs le regardaient et chuchotaient entre elles. — « D’où vient qu’il est morose et n’épanouit pas Son calice odorant...

L’Esprit des Fleurs - Louis Bouilhet

Sylphe léger, fils des molles rosées, J’aime à bondir sur les gazons en fleurs, Et l’arc-en-ciel aux teintes irisées Fait à mon front chatoyer ses couleurs ; Sur un brin d’herbe, en passant, je me pose, Et, sous mes pieds, bourdonnent les sillons ; J’ai, pour tunique,...

Le barbier de Pékin - Louis Bouilhet

À mon ami Alfred Foulongne. Hao ! Hao ! c'est le barbier Qui secoue au vent sa sonnette ! Il porte au dos, dans un panier, Ses rasoirs et sa savonnette. Le nez camard, les yeux troussés, Un sarrau bleu, des souliers jaunes, Il trotte, et fend les flots pressés Des...

Le Tung-whang-fung - Louis Bouilhet

La fleur Ing-wha, petite et pourtant des plus belles, N'ouvre qu'à Ching-tu-fu son calice odorant ; Et l'oiseau Tung-whang-fung est tout juste assez grand Pour couvrir cette fleur en tendant ses deux ailes. Et l'oiseau dit sa peine à la fleur qui sourit, Et la fleur...

Le Secret - Louis Bouilhet

Parfois la terre, ouvrant son sein qui gronde, Heurte les monts l’un sur l’autre croulants, Elle s’agite et veut jeter au monde Le noir secret enfermé dans ses flancs ; Un jour, une heure, et les flots ruisselants Le vomiront sur la grève inféconde ; Il va sortir de...

Le Sang des Géants - Louis Bouilhet

Quand les Géants tordus sous la foudre qui gronde Eurent enfin payé leurs complots hasardeux, La terre but le sang qui stagnait autour d’eux Comme un linceul de pourpre étalé sur le monde. On dit que, prise alors d’une pitié profonde, Elle cria « Vengeance ! » et,...