La mort de don Quichotte - Louis Duchosal

(extrait) ... Le chœur disait la mort des heures éphémères Et la fin du voyage épique de Jason Vers l'île où resplendit l'éternelle toison, Et la fuite éperdue et sombre des chimères. Le chœur disait le mal profond, l'esprit rendu, Le doute moissonnant le blé blanc...

Les Mains - Louis Duchosal

O mains que nous avons baisées, Mains de nos père et mère aux gestes triomphants, O mains qui sur nos fronts ensoleillés d’enfants. Tant de fois vous êtes posées ! Nous regrettons les bleus sommeils, La maison qu’on oublie au bord des eaux limpides Et qu’emplissaient...

Lied - Louis Duchosal

C’est le temps d’hiver, pauvre cœur ; Dans le ciel tendu de ténèbres Flotte un rais de lune moqueur ; C’est le temps d’hiver, pauvre cœur, Les glas tintent, lents et funèbres. C’est le temps d’hiver, pauvre cœur ; Au lointain, stridentes et brèves, Des voix graves...

L’Heure - Louis Duchosal

Si j’avais dans ma vie une heure, une seule heure, Où ce cœur, gémissant d’un souffle qui l’effleure. Eût joui d’un plaisir — si fugace fût-il, Pour ce furtif instant, pour cette brève joie, Je reprendrais, moins triste et plus vaillant, ma voie, Et, puisant de...

Posthuma - Louis Duchosal

Je ne commettrai pas le crime poétique De m'endormir parmi les parfums et les fleurs ; Les fleurs dont j'ai saisi le langage mystique Ont trop fait couler de mes pleurs. Ma mort sera plus lente et sera non moins sûre ; Il est d'autres moyens que la vague ou l'acier :...

Saint Sébastien - Louis Duchosal

Je suis l'enfant parti pour ramasser des fleurs, Qui s'est égaré dans la forêt des douleurs. Ma blouse d'écolier était pleine de roses, Et je ne pensais pas à regarder les choses. Mais, lorsque j'ai levé les yeux, j'ai vu la nuit, Comme un immense oiseau, qui...

Sur la première page de l'Imitation - Louis Duchosal

A Philippe Monnier. Je te dédie, ô Mort, le suprême désir De mon cœur dépouillé de la robe illusoire ; Il mettra tout le feu qu'il avait au plaisir A mériter ta grâce, à conquérir ta gloire. Il est mûr pour ta gerbe ; il ne veut plus de vin : De son trésor, il n'a...

Sur une ancienne estampe - Louis Duchosal

A Valentin Girod. Une confusion de sons, de feux et d'ailes, Où flottent des parfums de lys et d'orangers ; Une Vierge s'avance à pas fins et légers Sous un chapeau fleuri de claires asphodèles. Un doux peuple d'enfants heureux de se voir nus, S'ébat dans la rivière...

Intermède maternel - Louis Duchosal

Pour m’isoler un temps de l’angoisse hautaine, Mère, dont rien n’a su tarir le cœur aimant, Prends-moi sur tes genoux, berce-moi doucement, Comme aux jours lumineux de l’enfance lointaine. Roule, roule mon front las et décoloré Entre les seins bénis qui m’ont versé la...

La galère - Louis Duchosal

(extrait) ... J'ai dit à mon cœur désolé : Quittons cette tour de démence, Mêlons-nous à la vie immense, Soyons, dans l'ère qui commence, Parmi les moissonneurs du blé. Il est d'autres deuils que les nôtres Et le mot du problème humain, Trop grand pour une seule main,...