Vivere memento - Louisa Siefert

La vie est si souvent morne et décolorée, A l'ennui l'heure lourde est tant de fois livrée Que le corps s'engourdit, Et que l'âme, fuyant les épreuves amères, S'envole et vient saisir à travers les chimères L'idéal interdit. On trouve ainsi l'oubli des autres, de...

Souvenirs d'enfance - Louisa Siefert

Plus ne suis ce que j'ai été. Marot. Il me semble parfois que ma plaie est guérie : Et, souriant encore, je regarde au miroir Revenir doucement mon enfance fleurie. Je ne sais pas comment, mais je crois la revoir Ce qu'elle était hier, toute rose et paisible, Avec son...

Soleil couchant - Louisa Siefert

Car ils savent qu'ils vont au rivage éternel. Sainte-Beuve. Chancelants et courbés sous le poids des années, Par l'ouragan d'hiver plantes déracinées, Ils sont vieux tous les deux. L'un près de l'autre assis Ils écoutent au loin des chansons et des rondes, Et...

Quand même - Louisa Siefert

Deux hommes sont en lui, deux hommes bien distincts, L'homme des préjugés et celui des instincts : L'un fantasque, inquiet, irritable, sceptique, Volontaire, dur même et quelquefois cynique ; L'autre tout dévoûment et générosité, Patience, douceur, délicate bonté,...

Promenade - Louisa Siefert

Mon Dieu ! n'est-il donc pas de chemin qui ramène Au bonheur d'autrefois regretté si souvent ? Théophile Gautier. Il faisait un jour blanc et tout chargé d'orage, Les oiseaux accablés se taisaient sous l'ombrage, Les herbes se tordaient au baiser du soleil ; Dans les...

Préface - Louisa Siefert

I. Quand, au bord de chemin, vient la biche craintive, Elle hésite un instant avant de le passer ; Elle voudrait cacher sa course fugitive, Redoutant le chasseur qui la pourrait blesser. Dans ses grands yeux scintille une larme captive, Sur sa robe soyeuse un frisson...

Morte ! - Louisa Siefert

Morte ! oh ! serait-il vrai ? Morte, pleine de vie ! A son calme avenir quel mal l'a donc ravie ? Qui donc l'a pu frapper avant qu'elle eût vingt ans ? Dans la fraîche candeur de ses premiers printemps, Quand elle n'était pas au tiers de sa journée, Quel souffle,...

Marguerite - Louisa Siefert

C'était un soir de juin paisible. Du midi Le vent soufflait chargé d'un parfum attiédi, Et les deux vieilles tours massives et carrées D'un rayon de soleil couchant étaient dorées. Le ciel d'un bleu d'opale avait des tons charmants ; Les arbres et les fleurs...

Tous les rires d'enfant - Louisa Siefert

Vos visages sont doux, car douce est votre voix. ANDRÉ CHENIER Tous les rires d'enfant ont les mêmes dents blanches ; Comme les rossignols dans les plus hautes branches, Les moineaux dans les trous du mur, Au rebord des longs toits comme les hirondelles, Leur céleste...

Angoisse - Louisa Siefert

Il est malade, il souffre et je ne puis rien faire, Rien pour le soulager, rien même pour lui plaire. Je n'ose m'informer tout haut de sa santé ; L'intérêt que j'y prends serait interprété. J'ai peur de l'irriter par ma sollicitude, Et Dieu sait cependant si mon...

Anniversaire - Louisa Siefert

Voici venir le jour où mourut mon grand-père. Hélas ! c'est pour mon cœur encor tout éperdu Un de ces souvenirs sur lesquels rien n'opère, Et qui, toujours vivant, tantôt me désespère, Tantôt brille à mes yeux comme un rayon perdu. Dans la coupe secrète où mes larmes...

Aujourd'hui, hier, demain - Louisa Siefert

I. AUJOURD'HUI En larges nappes d'or la lumière s'épanche : Le soir viendra bientôt, six heures ont sonné. L'ouvrier se revêt de sa chemise blanche Et lustre de la main son chapeau fané. Enfin, voilà le jour de fête, le dimanche ! Il peut sortir : il est haletant,...

Enfantines - Louisa Siefert

I « Elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. » I Corinthiens, XIII, 7. La grand'mère s'était assise, avait tiré Le saint livre du vieil étui tout déchiré, Avait pris dans saint Paul à la première Épître Dite « aux Corinthiens » le...

Inquiétude - Louisa Siefert

Vous voulez à tout prix fuir la mélancolie, Votre rire fait peur, il donne le frisson ; Celui du désespoir, celui de la folie N'ont pas un plus étrange son. Quel sera votre sort ? L'horizon devient sombre Et je tremble pour vous, moi qui vous aime tant ! Tout est...

Intérieur - Louisa Siefert

La voix haute et profonde Qu'au loin jette le monde Ne parvient pas ici. Théophile Gautier. La maison est petite et de peu d'apparence, Le soleil en hiver ne la visite pas Et du nord ou du sud ne fait point différence. Le toit d'en face est haut et celui-ci très bas....

Les Papiers de famille - Louisa Siefert

Comme le vent d'automne emporte, Pour les ranimer un instant, Fleur desséchée et feuille morte, En son tourbillon inconstant, Dans ces lettres, tristes trophées, Pauvre tas de papier jauni, Vibre aussi par molles bouffées Le grand souffle de l'infini. O spectres...

Les Remembrances - Louisa Siefert

Il n'est si triste amour qui n'ait son souvenir. A. de Musset. Quel glas de désespoir résonne à mon oreille ? Je souffre ; mon front brûle et mon corps est transi. N'aura-t-il point pitié de mes trois ans de veille, D'angoisse et de souci ? Depuis trois ans, je crains...

Exil - Louisa Siefert

Enfin j'ai cédé, je me plie Encor cette fois sous ta main. Ta volonté s'est accomplie : Me voilà hors de ton chemin. Pourtant, parce que trop docile Et trop faible, je me soumets Au cruel arrêt qui m'exile, Crois-tu ne me revoir jamais ? Ah ! pauvre orgueilleux, tu te...

Jour tombant - Louisa Siefert

Rien ne finit, rien ne commence, Ce n'est ni la nuit ni le jour. LECONTE DE LISLE Sur le ciel gris rosé l'extrémité des branches Se découpe légère et frissonnante au vent ; L'heure est chaude ; le soir ouvre aux visions blanches, Et par les près fauchés elles s'en...

Dédicace - Louisa Siefert

A MA GRANDMÈRE Quand tu m'as demandé ce livre des Stoïques, O mère qui n'es plus, tes lèvres héroïques Retenaient le soupir par l'agonie étreint ; Mourante, et cependant presque debout encore, Le regard éclairé de la splendide aurore Qui luit au ciel pour nous...