Les Plus Beaux Poèmes d'Amour de Marceline Desbordes-Valmore

Voici une petite sélection des plus beaux poèmes d'amour de Marceline Desbordes-Valmore. Bien que l’art soit subjectif, j’ai tenté de sélectionner les poèmes les plus beaux et les plus connus en me basant sur mes préférences personnelles et leur présence dans...

Quand je pense à ma mère - Marceline Desbordes-Valmore

Ma mère est dans les cieux, les pauvres l’ont bénie ; Ma mère était partout la grâce et l’harmonie. Jusque sur ses pieds blancs, sa chevelure d’or Ruisselait comme l’eau, Dieu ! J’en tressaille encor ! Et quand on disait d’elle : " Allons voir la Madone ", Un orgueil...

Le papillon malade - Marceline Desbordes-Valmore

Apologue Las des fleurs, épuisé de ses longues amours, Un papillon dans sa vieillesse (Il avait du printemps goûté les plus beaux jours) Voyait d'un œil chagrin la tendre hardiesse Des amants nouveau-nés, dont le rapide essor Effleurait les boutons qu'humectait la...

Le rossignol aveugle - Marceline Desbordes-Valmore

Pauvre exilé de l'air ! Sans ailes, sans lumière, Oh ! Comme on t'a fait malheureux ! Quelle ombre impénétrable inonde ta paupière ! Quel deuil est étendu sur tes chants douloureux ! Innocent Bélisaire ! Une empreinte brûlante Du jour sur ta prunelle a séché les...

La maison de ma mère - Marceline Desbordes-Valmore

Maison de la naissance, ô nid, doux coin du monde ! Ô premier univers où nos pas ont tourné ! Chambre ou ciel, dont le cœur garde la mappemonde, Au fond du temps je vois ton seuil abandonné. Je m'en irais aveugle et sans guide à ta porte, Toucher le berceau nu qui...

Le souvenir - Marceline Desbordes-Valmore

Ô délire d'une heure auprès de lui passée, Reste dans ma pensée ! Par toi tout le bonheur que m'offre l'avenir Est dans mon souvenir. Je ne m'expose plus à le voir, à l'entendre, Je n'ose plus l'attendre, Et si je puis encor supporter l'avenir, C'est par le souvenir....

Les Plus Beaux Poèmes de Marceline Desbordes-Valmore

Si vous souhaitez lire ou relire les poèmes les plus célèbres et les plus beaux de Marceline Desbordes-Valmore, vous êtes au bon endroit. Bien que l’art soit subjectif, j’ai tenté de sélectionner des poèmes incontournables de ce poète en me basant sur mes préférences...

La fiancée du marin - Marceline Desbordes-Valmore

Tristesse amère Ne peut crier : Pourtant, ma mère, Je veux prier. Là-haut peut-être On m'entendra ; Qui m'a fait naître Me soutiendra. James qui m'aime Va me quitter ; Cette nuit même Doit l'emporter. Le temps est sombre, Et sur les flots Voyez-vous l'ombre Des...

Le billet - Marceline Desbordes-Valmore

Message inattendu, cache-toi sur mon cœur ; Cache-toi ! je n'ose te lire : Tu m'apportes l'espoir ; ne fût-il qu'un délire, Je te devrai du moins l'ombre de mon bonheur ! Prolonge dans mon sein ma tendre inquiétude ; Je désire à la fois et crains la vérité : On...

Le sommeil de Julien - Marceline Desbordes-Valmore

C'était l'hiver, et la nature entière Portait son deuil et redoublait le mien ; Je regagnais à pas lents ma chaumière, Les yeux fixés sur celle de Julien. Un voile noir s'étendit sur la plaine ; Un triste écho fit aboyer mon chien ; Le vent souillait, et sa plaintive...

On me l'a dit - Marceline Desbordes-Valmore

Désirer sans espoir, Regarder sans rien voir, Se nourrir de ses larmes, S'en reprocher les charmes, S'écrier à vingt ans : « Que j'ai souffert longtemps ! » Perdre jusqu'à l'envie De poursuivre la vie : On me l'a dit un jour, C'est le vrai mal d'amour. Dans ses songes...

La jalousie - Marceline Desbordes-Valmore

Qu'as-tu fait d'un aveu doux à ton espérance ? Mes pleurs, qu'en as-tu fait ? Ton bonheur d'un moment. Les secrets de mon âme ont aigri ta souffrance, Et, pour y croire enfin, tu voulus un serment. Le serment est livré : tu ne crois pas encore, Tu doutes des parfums...

Le bon ermite - Marceline Desbordes-Valmore

« Ermite, votre chapelle S'ouvre-t-elle au malheureux ? Hélas ! elle me rappelle Un temps cher et douloureux ! C'est moi... de votre colère Les éclats sont superflus ; Un autre que vous m'éclaire : Mon père, il ne m'aime plus ! Cette jeune infortunée Que voua maudites...

L'espérance - Marceline Desbordes-Valmore

Comme une vaine erreur, Comme un riant mensonge, S'évanouit le songe Qui faisait mon bonheur. Ô douce chimère ! Si tu fuis sans retour, Dans ta course légère Emporte mon amour ! Ce tendre sentiment, Cette aimable folie, Ce charme de ma vie, Sans toi n'est qu'un...

Pèlerinage - Marceline Desbordes-Valmore

Pour aller en Galice Expier mes amours, Demain, sous un cilice, J'éteindrai mes beaux jours. Ma fidèle servante, Ceignez-moi mon manteau ; Sa couleur représente La cendre du tombeau. Adieu ma chevelure, Tes nœuds sont trop pesants ; Je rends à la nature D'inutiles...

L'ange et le rameau - Marceline Desbordes-Valmore

Que ce rameau béni protège ta demeure ! L'ange du souvenir me l'a donné pour toi : Toi qui n'aimes pas que l'on pleure, Sois heureux, plus heureux que moi ! Écoute : À ce rameau j'attache une espérance : L'ange qui me conduit sait mon cœur comme toi ; S'il a bien...

Le bouquet - Marceline Desbordes-Valmore

Non, tu n'auras pas mon bouquet Traite-moi de capricieuse, De volage, d'ambitieuse, D'esprit léger, vain ou coquet ; Non, tu n'auras pas mon bouquet. Comme l'incarnat du plaisir, On dit qu'il sied à ma figure : Veux-tu de ma simple parure Ôter ce qui peut l'embellir,...

Les serments - Marceline Desbordes-Valmore

Hélas ! que les vieillards savent de tristes choses ! Hier, après la fête, ils riaient des amants ; Ils riaient ! Leurs serments, disaient-ils, sont des roses. En voilà sous nos pieds d'aujourd'hui même écloses : Pourquoi, mon Olivier, m'as-tu fait des serments ? J'ai...

Pour endormir l'enfant - Marceline Desbordes-Valmore

Ah ! Si j'étais le cher petit enfant Qu'on aime bien, mais qui pleure souvent, Gai comme un charme, Sans une larme, J'écouterais chanter l'heure et le vent... (Je dis cela pour le petit enfant). Si je logeais dans ce mouvant berceau, Pour mériter qu'on m'apporte un...

Conte d'enfant - Marceline Desbordes-Valmore

Il ne faut plus courir à travers les bruyères, Enfant, ni sans congé vous hasarder au loin. Vous êtes très petit, et vous avez besoin Que l'on vous aide encore à dire vos prières. Que feriez-vous aux champs, si vous étiez perdu ? Si vous ne trouviez plus le sentier du...

L'ange gardien - Marceline Desbordes-Valmore

Oui, vous avez un ange ; un jeune ange qui pleure ; Il pleure, car il aime... et vous ne pleurez pas ; Il s'en plaint doucement dans le ciel, puis dans l'heure, Quand elle sonne triste à ralentir vos pas. Voyez comme il vous donne et couve sous son aile Des mots...

Le calvaire - Marceline Desbordes-Valmore

Puisque tu vas, Angélique, Au calvaire des Roseaux, Rapporte-moi, pour relique, Une froide fleur des eaux. On ne dort pas sous la haire ; La nuit on m'entend gémir ; Et les fleurs du vieux Calvaire, On me l'a dit, font dormir. Pauvre Angélique, à ton âge, Quand on...

Les songes et les fleurs - Marceline Desbordes-Valmore

Viens, si tu veux rêver d'amour, Viens tresser ta couronne au fond de la campagne : Voici l'heure, hâtons-nous, ô ma jeune compagne ! Les songes dans les fleurs se cachent tout le jour. De leurs frêles prisons vont sortir les mensonges ; Le rêve d'une vierge est dans...

Prière de femme - Marceline Desbordes-Valmore

Mon saint amour ! Mon cher devoir ! Si Dieu m'accordait de te voir, Ton logis fût-il pauvre et noir, Trop tendre pour être peureuse, Emportant ma chaîne amoureuse, Sais-tu bien qui serait heureuse ? C'est moi. Pardonnant aux méchants, Vois-tu ! Les mille oiseaux des...

Croyance populaire - Marceline Desbordes-Valmore

Prière aux innocents. Beaux innocents, morts à minuit, Réveillés quand la lune luit ! Descendez sur mon front qui pleure Et sauvez-moi d'entendre l'heure. L'heure qui sonne fait souffrir Quand la vie est triste à mourir ; C'est l'espérance qui nous quitte, C'est le...

La novice - Marceline Desbordes-Valmore

Une jeune et blanche novice, À l'ombre des bosquets cloîtrés Rêvant à son pur sacrifice, Promenait ses vœux timorés ; Et sur des agnus consacrés Chantait des cantiques sacrés. « Ici nous vivons, disait-elle, Mortes aux terrestres douleurs, Et les Anges sous leur...

L'écolier - Marceline Desbordes-Valmore

Un tout petit enfant s'en allait à l'école. On avait dit : Allez !... il tâchait d'obéir ; Mais son livre était lourd, il ne pouvait courir. Il pleure et suit des yeux une abeille qui vole. « Abeille, lui dit-il, voulez-vous me parler ? Moi, je vais à l'école : il...

Les trois heures du jour - Marceline Desbordes-Valmore

Comme un bouton, près d'éclore, D'un seul regard de l'Aurore Attend le bienfait du jour ; Dans l'âge de l'innocence, Séduite par l'espérance, J'attendais tout de l'Amour. Comme la fleur imprudente Se plaît à suivre la pente Qui l'expose aux feux du jour, Je...

Que je te plains - Marceline Desbordes-Valmore

Dis-moi, fera-t-il beau demain ? Demain te verrai-je, ma vie ? Un beau jour te fait-il envie ? Tu te tais en quittant ma main... Il ne fera pas beau demain. Ta gloire te demande un jour : Hélas ! que ta gloire est heureuse ! Elle rompt ta vie amoureuse. Pour moi, dans...

Dieu pleure avec les innocents - Marceline Desbordes-Valmore

Il fallait la laisser, solitaire et pieuse, S'abreuver de prière et d'indigentes fleurs : Si peu lui semblait tout ; misère harmonieuse, Sédentaire à l'église et bornée à ses pleurs. Il fallait la laisser au long travail penchée, Du rideau d'un vieux mur bornant son...

La nuit d'hiver - Marceline Desbordes-Valmore

Qui m'appelle à cette heure, et par le temps qu'il fait ? C'est une douce voix, c'est la voix d'une fille : Ah ! je te reconnais ; c'est toi, Muse gentille ! Ton souvenir est un bienfait. Inespéré retour ! aimable fantaisie ! Après un an d'exil, qui t'amène vers moi ?...

Le hameau - Marceline Desbordes-Valmore

Que n'as-tu comme moi pris naissance au village ! Que n'as-tu pour tout bien un modeste troupeau ! Olivier ! les trésors d'un brillant héritage Valent-ils le bonheur que t'offrit le hameau ? Tu vas donc sans regret quitter ce simple asile ! Le calme pour le bruit, et...

L'étrangère - Marceline Desbordes-Valmore

Ah ! que le monde est difficile ! Hélas ! il n'est pas fait pour moi. Ma sœur, en ton obscur asile, J'étais plus heureuse avec toi. On m'appelle ici l'étrangère ; C'est le nom de qui n'a point d'or. Si je ris, je suis trop légère ; Si je rêve... on en parle encor. Si...

Qui, toi, mon bien-aimé - Marceline Desbordes-Valmore

Qui, toi, mon bien-aimé, t'attacher à mon sort, Te parer d'une fleur que la tombe t'envie ! Lier tes jours de gloire à ma tremblante vie, Et ton baiser d'amour au baiser de la mort ! Me suivre, toi si cher, aux rives enchantées Que pour jamais bientôt mes pas auront...

Dormeuse - Marceline Desbordes-Valmore

Si l'enfant sommeille, Il verra l'abeille, Quand elle aura fait son miel, Danser entre terre et ciel. Si l'enfant repose, Un ange tout rose, Que la nuit seule on peut voir, Viendra lui dire : « Bonsoir. » Si l'enfant est sage, Sur son doux visage La vierge se...

La Pélerine - Marceline Desbordes-Valmore

« Pélerine, où vas-tu si tard ? Le temps est à l'orage. Peux-tu confier au hasard Tes charmes et ton âge ? » « — Ermite, n'ayez point de peur, Du ciel je ne crains plus la foudre : Que ne peut-il réduire en poudre L'image qui brûle mon cœur ! » « — Ô ma fille ! donne...

Le mauvais jour - Marceline Desbordes-Valmore

N'entend-elle jamais une voix me défendre, Un conseil attendri rappeler son devoir, Une larme furtive, un feu sous cette cendre, Un reproche d'en haut lui crier : « va la voir ! » Moi, je n'y peux courir : sa clameur m'a noircie, Mon nom percé d'outrage a rempli sa...

L'exil - Marceline Desbordes-Valmore

Ils vont sans trêve ; ils vont sous le ciel bas et sombre, Les Fugitifs, chassés des anciens paradis ; Et toute la tribu, depuis des jours sans nombre, Dans leur sillon fatal traîne ses pieds roidis. Ils vont, les derniers-nés des races primitives, Les derniers dont...

Réponds-moi - Marceline Desbordes-Valmore

T'ai-je vu chez mon père, Dans l'âge où tout est beau, Comme je dois, j'espère, Te voir près du tombeau ? Sur les bords de ma vie Vins-tu voir après moi ? Oui, quelqu'un m'a suivie, Et je crois que c'est toi ! Quand tout semble un hommage A nos yeux entr'ouverts,...

Dors ma mère - Marceline Desbordes-Valmore

Ô ma vie, Sans envie, J'ai vu le palais du roi ; Ma chaumière M'est plus chère, Quand j'y suis seule avec toi. Au village, Le jeune âge N'est heureux que par l'Amour ; Fuis la ville ; Trop facile, Tu m'oublierais à la cour. D'une reine Souveraine L'empire a-t-il plus...

La première heure de l'année - Marceline Desbordes-Valmore

Minuit ! l'année expire ; et l'année est éclose.Une reine nouvelle entre dans l'univers :Reine enfant, dans ses mains que de hochets divers !Que son sceptre est léger sur l'enfant qui repose !Je voudrais l'être encor pour te voir plus longtemps,Pour sentir ton berceau...

L'enfant triste - Marceline Desbordes-Valmore

Pauvre enfant, dans un jour d'effroi, L'amour a-t-il semé ta vie ? Tonnait-il fort ? faisait-il froid ? N'entendait-on pas le beffroi ? Ta jeune mère eut-elle envie De mourir, dans ce jour d'effroi ? Pauvre enfant ! Chargés d'un vague souvenir, Tes yeux tristes, mais...

L'exilé - Marceline Desbordes-Valmore

« Oui, je le sais, voilà des fleurs, Des vallons, des ruisseaux, des prés et des feuillages ; Mais une onde plus pure et de plus verts ombrages Enchantent ma pensée, et me coûtent des pleurs ! Oui, je le vois, ces frais zéphyrs Caresssent en jouant les naïves bergères...

Reprends ton bien - Marceline Desbordes-Valmore

Quand l'amitié tremblante T'abandonna mon sort, Que ta main bienfaisante Me sauva de la mort, Pour la reconnaissance Je pris l'amour, Et, moins que ta présence, J'aimai le jour. Mais ma timide flamme Fait naître ta pitié. Est-ce assez pour mon âme D'une froide amitié...

Garat à Bordeaux - Marceline Desbordes-Valmore

Avec ta gente mie, Où vas-tu, troubadour ? » « — Je vais à ma patrie Demander un beau jour. Salut, rive enchantée, Qui vis mes jeunes ans ; De mon âme agitée Reconnais les accents. Jadis ma souveraine A sa cour m'arrêta ; Et pour si noble reine Ton troubadour chanta....

La promenade d'automne - Marceline Desbordes-Valmore

Te souvient-il, ô mon âme, ô ma vie, D'un jour d'automne et pâle et languissant ? Il semblait dire un adieu gémissant Aux bois qu'il attristait de sa mélancolie. Les oiseaux dans les airs ne chantaient plus l'espoir ; Une froide rosée enveloppait leurs ailes, Et,...

Le nom d'Olivier - Marceline Desbordes-Valmore

Un étranger vint un jour au bocage ; On célébrait la noce de Julien ; Je crus qu'Amour arrivait au village, Et mon regard s'arrêta sur le sien. On l'entoura : moi, je restai muette. Il fit danser l'épouse de Julien. Le bouquet blanc tomba du sein d'Annette. Et je...

L'inconstance - Marceline Desbordes-Valmore

Inconstance, affreux sentiment, Je t'implorais, je te déteste. Si d'un nouvel amour tu me fais un tourment, N'est-ce pas ajouter au tourment qui me reste ? Pour me venger d'un cruel abandon, Offre un autre secours à ma fierté confuse ; Tu flattes mon orgueil, tu...

Rêve intermittent d'une nuit triste - Marceline Desbordes-Valmore

Ô champs paternels hérissés de charmilles Où glissent le soir des flots de jeunes filles ! Ô frais pâturage où de limpides eaux Font bondir la chèvre et chanter les roseaux ! Ô terre natale ! à votre nom que j'aime, Mon âme s'en va toute hors d'elle-même ; Mon âme se...

Il avait dit un jour - Marceline Desbordes-Valmore

Il avait dit un jour : « Que ne puis-je auprès d'elle, ( Elle, alors, c'était moi ! ) que ne puis-je chercher Ce bonheur entrevu qu'elle veut me cacher ! Son cœur paraît si tendre ; oh ! s'il était fidèle ! » Puis, fixant ses regards sur mon front abattu, Du charme de...

L'arbrisseau - Marceline Desbordes-Valmore

La tristesse est rêveuse, et je rêve souvent ; La nature m'y porte, on la trompe avec peine : Je rêve au bruit de l'eau qui se promène, Au murmure du saule agité par le vent. J'écoute : un souvenir répond à ma tristesse ; Un autre souvenir s'éveille dans mon cœur :...

Le petit menteur - Marceline Desbordes-Valmore

Venez bien près, plus près, qu'on ne puisse m'entendre. Un bruit vole sur vous, mais qu'il est peu flatteur ! Votre mère en est triste ; elle vous est si tendre ! On dit, mon cher amour, que vous êtes menteur. Au lieu d'apprendre en paix la leçon qu'on vous donne,...

L'indiscret - Marceline Desbordes-Valmore

Dans la paix triste et profonde Où me plongeait ce séjour, J'ignorais qu'au bruit du monde On peut oublier l'amour : Quelle est donc cette voix importune et cruelle Qui déjà me détrompe avec un ris moqueur ? Comme une flèche aiguë elle siffle autour d'elle, Et le...

Une âme - Marceline Desbordes-Valmore

Lasse de douleur, D'espoir obsédée, D'une fraîche idée, D'un amour en fleur, On dirait qu'une âme, M'embrassant toujours, De ciel et de flamme Me refait des jours ! Dans ton souvenir, Toi qui me recèles, As-tu pris des ailes Devant l'avenir ? Car je sens qu'une âme,...

Il va parler - Marceline Desbordes-Valmore

Embellissez ma triste solitude, Portrait chéri, gage d'un pur amour ! Charmez encor ma sombre inquiétude ; Trompez mon cœur jusques à son retour. Si quelquefois, de mes lèvres tremblantes, J'ose presser ce portrait adoré, Le feu subtil de ses lèvres brûlantes Pénètre...

La séparation - Marceline Desbordes-Valmore

Il le faut, je renonce à toi ; On le veut, je brise ta chaîne. Je te rends tes serments, ta foi : Sois heureux, quitte-moi sans peine. Séparons-nous... attends, hélas ! Mon cœur encor ne se rend pas ! Toi qui fus mes seules amours, Le charme unique de ma vie, Une...

Le printemps - Marceline Desbordes-Valmore

Le printemps est si beau ! Sa chaleur embaumée Descend au fond des cœurs réveillés et surpris : Une voix qui dormait, une ombre accoutumée, Redemande l'amour à nos sens attendris. La raison vainement à ce danger s'oppose, L'image inattendue enivre la raison : Tel un...

L'orage - Marceline Desbordes-Valmore

Oh ! que la nuit est lente ! De sa lueur tremblante, Elle attriste l'amour. J'entends gronder l'orage ; Il trouble mon courage. Ne reverront-ils pas le jour Mes yeux voilés de pleurs d'amour ? Délire où je me plonge, Fuyez, jaloux mensonge ; Pourquoi m'offrir en songe...

Une reine - Marceline Desbordes-Valmore

Un Barde a vu sa reine fugitive : Il dit qu'un luth, exprimant sa douleur, De son retour avertissait la rive Où la rappelle un trône... ou le malheur. Lorsque sa voix, et peut-être ses larmes, Faisaient pleurer les tristes matelots, Elle n'oppose à de perfides armes...

Je dormais - Marceline Desbordes-Valmore

On sonne, on sonne, on sonne encore : C'est lui !... Dieu ! qu'il m'a fait souffrir ! Mais il revient, mais je l'adore, Éveillez-vous, courez ouvrir ! Embellis-toi, sombre retraite Où si souvent il me trouva. Il va venir... Mon sang s'arrête, Il tarde encor... Mon...

L'attente (II) - Marceline Desbordes-Valmore

Olivier, je t'attends ! déjà l'heure est sonnée ; Je viens de tressaillir comme au bruit de tes pas : Le soleil qui s'éteint va clore la journée ; Ici j'attends l'amour, et l'amour ne vient pas. Le berger lentement regagne sa demeure ; Tout est triste au vallon ;...

Le prisonnier de guerre - Marceline Desbordes-Valmore

Tu t'en vas ? Reste encore : Je te perds pour longtemps ! Et tu vois que l'aurore Luit depuis peu d'instants. Tantôt sur le rivage Je marcherai sans toi : J'y reste en esclavage, Pauvre de moi ! Nous avons vu la vie Sous les mêmes couleurs ; Elle a pu faire envie, Car...

L'oraison - Marceline Desbordes-Valmore

Je reviens à vos pieds, Marie, Me sauver du malheur d'aimer : L'oraison qui m'avait guérie Ne vaut plus rien pour me calmer. J'avais oublié de la dire Le soir qu'Olivier me parla : Triste, il parle comme on soupire, Et cette plainte me troubla. J'en grondai mon âme...

Une ruelle de Flandre - Marceline Desbordes-Valmore

À Madame Desloges, née Leurs. Dans l'enclos d'un jardin gardé par l'innocence J'ai vu naître vos fleurs avant votre naissance, Beau jardin, si rempli d'oeillets et de lilas Que de le regarder on n'était jamais las. En me haussant au mur dans les bras de mon frère Que...

Je l'ai vu - Marceline Desbordes-Valmore

Ma sœur, il ne faut me blâmer Si ma tristesse est sans colère : Je ne peux me sauver d'aimer, Et celui qui m'aima ne doit plus me déplaire. Laissez d'un retour imprévu, Laissez-moi goûter tous les charmes. Hélas ! j'ai retrouvé des larmes ; Mais je l'ai vu ! Si vous...

La vallée - Marceline Desbordes-Valmore

Non ! je ne verrai plus de si belle vallée, Que celle où sur tes pas je descendis un jour ; Où l'eau, parmi les fleurs lentement écoulée, Trouve une eau qui la cherche et s'y joint sans retour. J'étais bien ! tout parlait à mon âme ravie. Ah ! les derniers rayons du...

Le regard - Marceline Desbordes-Valmore

Cache-moi ton regard plein d'âme et de tristesse, Dont la langueur brûlante affaiblit ma raison ; De l'amour qu'il révèle il m'apprendrait l'ivresse ; Pour les infortunés son charme est un poison. Lèves-tu sur mes yeux ta paupière tremblante, C'est le ciel qui...

Ma fille - Marceline Desbordes-Valmore

C'est beau la vie Belle par toi, De toi suivie, Toi devant moi ! C'est beau, ma fille, Ce coin d'azur, Qui rit et brille, Sous ton front pur ! C'est beau ton âge, D'ange et d'enfant, Voile ou nuage Qui te défend Des folles âmes Qui font souffrir ; Des tristes flammes...

Un présage - Marceline Desbordes-Valmore

J'ai vu dans l'air passer deux ailes blanches : Est-ce pour moi que ce présage a lui ? J'entends chanter tout un nid dans les branches : Trop de bonheur me menace aujourd'hui ! Pour le braver je suis trop faible encore. Arrêtez-vous, ambassadeurs des cieux ! L'épi...

Jeune fille - Marceline Desbordes-Valmore

À Mademoiselle Zoé Dessaix. Pour que tu sois de Dieu l'aimée, La plante toujours parfumée, Et colombe au vol triomphant Nommée, Garde la foi qui te défend, Enfant ! Fleur entre le ciel et la terre, Que ton doux règne solitaire Ne soit troublé d'aucun tourment Austère...

L'aveu permis - Marceline Desbordes-Valmore

Viens, mon cher Olivier, j'ai deux mots à te dire, Ma mère l'a permis ; ils te rendront joyeux. Eh bien ! je n'ose plus. Mais, dis-moi, sais-tu lire ? Ma mère l'a permis, regarde dans mes yeux. Voilà mes yeux baissés. Dieu ! que je suis confuse ! Mon visage a rougi ;...

Les deux ramiers - Marceline Desbordes-Valmore

D'ou venez-vous, couple triste et charmant ? Rien parmi nous ne vous appelle encore ; Les jours d'avril n'ont qu'une pâle aurore, Et nul abri pour l'amoureux tourment ; Les blés frileux cachant leurs fronts timides, Comme les fleurs, tremblent au veut du nord ; Le...

Merci, mon Dieu - Marceline Desbordes-Valmore

J'ai rencontré sur la terre où je passe Plus d'un abîme où je tombais, seigneur ! Lors, d'un long cri j'appelais dans l'espace Mon Dieu, mon père, ou quelque ange sauveur. Doux et penché sur l'abîme funeste, Un envoyé du tribunal céleste Venait toujours, fidèle à...

L'adieu - Marceline Desbordes-Valmore

Adieu pour toujours, Mes amours ; Ne pleure pas, Tes pleurs ont trop d'appas ! Presse encor ma main ; Mais, demain, Il aura fui, Le bonheur d'aujourd'hui. Quand une fleur Va perdre sa couleur, On n'y doit plus De regrets superflus : Et le flambeau, Dont l'éclat fut si...

Le bal - Marceline Desbordes-Valmore

L'heure du bal, enfin, se fait entendre, Le plaisir sonne, et tu le fais attendre ! Depuis huit jours, il a pris pour signal L'heure du bal. Où sont les fleurs dont l'éclat étincelle ? Elles mourront en te voyant si belle. Mais, sous ta main, je vois rouler des...

Le soir (II) - Marceline Desbordes-Valmore

Sur la musique de Garni. En vain l'aurore, Qui se colore, Annonce un jour Fait pour l'amour ; De ta pensée Tout oppressée, Pour te revoir, J'attends le soir. L'aurore en fuite, Laisse à sa suite Un soleil pur, Un ciel d'azur : L'amour s'éveille ; Pour lui je veille ;...

Moi, je le sais - Marceline Desbordes-Valmore

À Mademoiselle Louise Crombach. Vous le saurez ! La vie a des abîmes Cachés au loin sous d'innombrables fleurs ; Les rossignols qui chantent à leurs cimes, Où chantent-ils dans la saison des pleurs ? Vous le saurez ! La vie a des abîmes Cachés au loin sous...

La fiancée - Marceline Desbordes-Valmore

A ma belle patrie Fais mes adieux, Amour ; La reverrai-je un jour, Cette France chérie ? Toi qui m'as su charmer, Parle pour moi, mon maître Elle m'a donné l'être, Tu me le fais aimer. Dis-lui qu'à ta prière Je retiens mes soupirs, Mais que tes doux plaisirs Ne m'ont...

Le berceau d'Hélène - Marceline Desbordes-Valmore

Qu'a-t-on fait du bocage où rêva mon enfance ? Oh ! je le vois toujours ! j'y voudrais être encor ! Au milieu des parfums j'y dormais sans défense, Et le soleil sur lui versait des rayons d'or. Peut-être qu'à cette heure il colore les roses, Et que son doux reflet...

Le soleil des morts - Marceline Desbordes-Valmore

Lune ! Blanche figure assise à l'horizon, Que viens-tu regarder au fond de ma maison ? ... Dans nos chambres, vois-tu ! La fiévreuse insomnie Sur beaucoup d'oreillers se penche en ennemie ; Elle entre, et bien des yeux qui paraissent fermés Sont par des pleurs sans...

Notre-Dame d'Amour - Marceline Desbordes-Valmore

Qu'attend-il sur la route Ce guerrier voyageur ? L'idole de son cœur, C'est la gloire, sans doute ? Mais à Notre-Dame d'Amour Il priait l'autre jour. Bien que l'on dût m'attendre, J'ai ralenti mes pas ; Mais il priait trop bas ; Dieu seul pouvait l'entendre. Ah ! si...

C'est moi - Marceline Desbordes-Valmore

Si ta marche attristée S'égare au fond d'un bois, Dans la feuille agitée Reconnais-tu ma voix ? Et dans la fontaine argentée, Crois-tu me voir quand tu te vois ? Qu'une rose s'effeuille, En roulant sur tes pas, Si ta pitié la cueille, Dis ! ne me plains-tu pas ? Et de...

Chant d'une jeune esclave - Marceline Desbordes-Valmore

Il est un bosquet sombre où se cache la rose, Et le doux rossignol y va souvent gémir ; Il est un fleuve pur dont le cristal l'arrose : Ce fleuve, on l'a nommé le calme Bendemir. Dans ma rêveuse enfance, où mon cœur se replonge, Lorsque je ressemblais au mobile...

Clémentine - Marceline Desbordes-Valmore

Distraite et malheureuse, Sur un bouquet de fleurs Une fille rêveuse Laissait tomber des pleurs ; Un timide sourire Dans ses pleurs se glissa ; Mais un triste délire A son tour l'effaça. « Au sein de Clémentine, Brûlé d'un fol amour, Douce fleur d'églantine, Tu n'as...

À celles qui pleurent - Marceline Desbordes-Valmore

Vous surtout que je plains si vous n'êtes chéries, Vous surtout qui souffrez, je vous prends pour mes soeurs : C'est à vous qu'elles vont, mes lentes rêveries, Et de mes pleurs chantés les amères douceurs. Prisonnière en ce livre une âme est contenue. Ouvrez, lisez :...

À la nuit - Marceline Desbordes-Valmore

Douce Nuit, ton charme paisible Du malheureux suspend les pleurs ; Nul mortel n'est insensible À tes bienfaisantes erreurs. Souvent dans un cœur rebelle Tu fais naître les désirs ; Et l'amour tendre et fidèle Te doit ses plus doux plaisirs. Tu sais par un riant...

À la poésie - Marceline Desbordes-Valmore

Ô douce Poésie ! Couvre de quelques fleurs La triste fantaisie Qui fait couler mes pleurs ; Trompe mon âme tendre Que l'on blessa toujours : Je ne veux plus attendre Mes plaisirs des amours. Donne aux vers de ma lyre Une aimable couleur, Ta grâce à mon délire, Ton...

À la Seine - Marceline Desbordes-Valmore

Rive enchantée, Berceau de mes amours ; Onde argentée, Image des beaux jours ; Que ton cours est limpide ! Que ta fuite est rapide ! Ah ! pour mon cœur, C'est l'adieu du bonheur. Déjà ma lyre Gémit dans les roseaux, Et mon délire A fait frémir tes eaux. La naïade...

À Mademoiselle Mars - Marceline Desbordes-Valmore

De Thalie, Plus jolie, Quand Mars enchante les jeux, Cette Muse Qui s'amuse Semble rire dans ses yeux. L'amour même D'un emblème Entoure son front charmant : Pour couronne, Il lui donne, La perle et le diamant. Sans rivale, Sans égale, Elle règne avec douceur. Une...

Au livre des consolations - Marceline Desbordes-Valmore

Quand je touche rêveuse à ces feuilles sonores D'où montent les parfums des divines amphores, Prise par tout mon corps d'un long tressaillement, Je m'incline, et j'écoute avec saisissement. Ô fièvre poétique ! ô sainte maladie ! Ô jeunesse éternelle ! ô vaste mélodie...

Au sommeil - Marceline Desbordes-Valmore

Image de la mort, effroi du tendre amour, Sommeil, emporte au loin ce songe épouvantable ! La mort est dans l'adieu d'un ami véritable : Ah ! ne m'avertis pas que l'on se quitte un jour ! Dans ton vol escorté de fantômes livides, Va rendre, s'il se peut, la mémoire...

Avant toi - Marceline Desbordes-Valmore

L'année avait trois fois noué mon humble trame, Et modelé ma forme en y broyant ses fleurs , Et trois fois de ma mère acquitté les douleurs, Quand le Banc de la tienne éclata : ma jeune âme Eut dès lors sa promise et l'attira toujours, Toujours ; tant qu'à la fin elle...

Bonsoir - Marceline Desbordes-Valmore

Il a demandé l'heure ; oh ! le triste présage ! Autrefois j'étais seule attentive à ce soin. Qui peut avant le soir l'appeler au village ? Hélas ! pour me répondre, il est déjà si loin ! Je l'ai suivi des yeux pour rencontrer sa vue, Et sans me regarder il a doublé...

Celle qui ne rit pas - Marceline Desbordes-Valmore

Heureuses pastourelles, Qui cherchez, sous l'ormeau, Des lits de fleurs nouvelles Et la fraîcheur de l'eau, Par vos danses légères, Appelez-vous mes pas ? Faites rire, bergères, Celle qui ne rit pas. Ruisseaux, où mes compagnes Brûlent de se revoir, Coulez de nos...

Le serment - Marceline Desbordes-Valmore

Idole de ma vie, Mon tourment, mon plaisir, Dis-moi si ton envie S’accorde à mon désir ? Comme je t’aime en mes beaux jours, Je veux t’aimer toujours. Donne-moi l’espérance ; Je te l’offre en retour. Apprends-moi la constance ; Je t’apprendrai l’amour. Comme je t’aime...

Le coucher d'un petit garçon - Marceline Desbordes-Valmore

Couchez-vous, petit Paul ! Il pleut. C'est nuit : c'est l'heure. Les loups sont au rempart. Le chien vient d'aboyer. La cloche a dit : "Dormez !" et l'ange gardien pleure, Quand les enfants si tard font du bruit au foyer. "Je ne veux pas toujours aller dormir ; et...

Le ver luisant - Marceline Desbordes-Valmore

Juin parfumait la nuit, et la nuit transparente N'était qu'un voile frais étendu sur les fleurs : L'insecte lumineux, comme une flamme errante, Jetait avec orgueil ses mobiles lueurs. "J'éclaire tout, dit-il, et jamais la Nature N'a versé tant d'éclat sur une créature...

L’Isolement - Marceline Desbordes-Valmore

Quoi ! ce n’est plus pour lui, ce n’est plus pour l’attendre, Que je vois arriver ces jours longs et brûlants ? Ce n’est plus son amour que je cherche à pas lents ? Ce n’est plus cette voix si puissante, si tendre, Qui m’implore dans l’ombre, ou que je crois entendre...

Rêve d'une femme - Marceline Desbordes-Valmore

Veux-tu recommencer la vie ? Femme, dont le front va pâlir, Veux-tu l'enfance, encor suivie D'anges enfants pour l'embellir ? Veux-tu les baisers de ta mère Echauffant tes jours au berceau ? - "Quoi ? mon doux Eden éphémère ? Oh ! oui, mon Dieu ! c'était si beau !"...

Un billet de femme - Marceline Desbordes-Valmore

Puisque c'est toi qui veux nouer encore Notre lien, Puisque c'est toi dont le regret m'implore, Ecoute bien : Les longs serments, rêves trempés de charmes, Ecrits et lus, Comme Dieu veut qu'ils soient payés de larmes, N'en écris plus ! Puisque la plaine après l'ombre...