Le hameau - Marceline Desbordes-Valmore

Que n'as-tu comme moi pris naissance au village ! Que n'as-tu pour tout bien un modeste troupeau ! Olivier ! les trésors d'un brillant héritage Valent-ils le bonheur que t'offrit le hameau ? Tu vas donc sans regret quitter ce simple asile ! Le calme pour le bruit, et...

Le mauvais jour - Marceline Desbordes-Valmore

N'entend-elle jamais une voix me défendre, Un conseil attendri rappeler son devoir, Une larme furtive, un feu sous cette cendre, Un reproche d'en haut lui crier : « va la voir ! » Moi, je n'y peux courir : sa clameur m'a noircie, Mon nom percé d'outrage a rempli sa...

L'enfant triste - Marceline Desbordes-Valmore

Pauvre enfant, dans un jour d'effroi, L'amour a-t-il semé ta vie ? Tonnait-il fort ? faisait-il froid ? N'entendait-on pas le beffroi ? Ta jeune mère eut-elle envie De mourir, dans ce jour d'effroi ? Pauvre enfant ! Chargés d'un vague souvenir, Tes yeux tristes, mais...

Le nom d'Olivier - Marceline Desbordes-Valmore

Un étranger vint un jour au bocage ; On célébrait la noce de Julien ; Je crus qu'Amour arrivait au village, Et mon regard s'arrêta sur le sien. On l'entoura : moi, je restai muette. Il fit danser l'épouse de Julien. Le bouquet blanc tomba du sein d'Annette. Et je...

Le petit menteur - Marceline Desbordes-Valmore

Venez bien près, plus près, qu'on ne puisse m'entendre. Un bruit vole sur vous, mais qu'il est peu flatteur ! Votre mère en est triste ; elle vous est si tendre ! On dit, mon cher amour, que vous êtes menteur. Au lieu d'apprendre en paix la leçon qu'on vous donne,...

Le printemps - Marceline Desbordes-Valmore

Le printemps est si beau ! Sa chaleur embaumée Descend au fond des cœurs réveillés et surpris : Une voix qui dormait, une ombre accoutumée, Redemande l'amour à nos sens attendris. La raison vainement à ce danger s'oppose, L'image inattendue enivre la raison : Tel un...

Le prisonnier de guerre - Marceline Desbordes-Valmore

Tu t'en vas ? Reste encore : Je te perds pour longtemps ! Et tu vois que l'aurore Luit depuis peu d'instants. Tantôt sur le rivage Je marcherai sans toi : J'y reste en esclavage, Pauvre de moi ! Nous avons vu la vie Sous les mêmes couleurs ; Elle a pu faire envie, Car...

Le regard - Marceline Desbordes-Valmore

Cache-moi ton regard plein d'âme et de tristesse, Dont la langueur brûlante affaiblit ma raison ; De l'amour qu'il révèle il m'apprendrait l'ivresse ; Pour les infortunés son charme est un poison. Lèves-tu sur mes yeux ta paupière tremblante, C'est le ciel qui...

Les deux ramiers - Marceline Desbordes-Valmore

D'ou venez-vous, couple triste et charmant ? Rien parmi nous ne vous appelle encore ; Les jours d'avril n'ont qu'une pâle aurore, Et nul abri pour l'amoureux tourment ; Les blés frileux cachant leurs fronts timides, Comme les fleurs, tremblent au veut du nord ; Le...

Le soir (II) - Marceline Desbordes-Valmore

Sur la musique de Garni. En vain l'aurore, Qui se colore, Annonce un jour Fait pour l'amour ; De ta pensée Tout oppressée, Pour te revoir, J'attends le soir. L'aurore en fuite, Laisse à sa suite Un soleil pur, Un ciel d'azur : L'amour s'éveille ; Pour lui je veille ;...

Le soleil des morts - Marceline Desbordes-Valmore

Lune ! Blanche figure assise à l'horizon, Que viens-tu regarder au fond de ma maison ? ... Dans nos chambres, vois-tu ! La fiévreuse insomnie Sur beaucoup d'oreillers se penche en ennemie ; Elle entre, et bien des yeux qui paraissent fermés Sont par des pleurs sans...

Le sommeil de Julien - Marceline Desbordes-Valmore

C'était l'hiver, et la nature entière Portait son deuil et redoublait le mien ; Je regagnais à pas lents ma chaumière, Les yeux fixés sur celle de Julien. Un voile noir s'étendit sur la plaine ; Un triste écho fit aboyer mon chien ; Le vent souillait, et sa plaintive...

L'espérance - Marceline Desbordes-Valmore

Comme une vaine erreur, Comme un riant mensonge, S'évanouit le songe Qui faisait mon bonheur. Ô douce chimère ! Si tu fuis sans retour, Dans ta course légère Emporte mon amour ! Ce tendre sentiment, Cette aimable folie, Ce charme de ma vie, Sans toi n'est qu'un...

Les serments - Marceline Desbordes-Valmore

Hélas ! que les vieillards savent de tristes choses ! Hier, après la fête, ils riaient des amants ; Ils riaient ! Leurs serments, disaient-ils, sont des roses. En voilà sous nos pieds d'aujourd'hui même écloses : Pourquoi, mon Olivier, m'as-tu fait des serments ? J'ai...

Les songes et les fleurs - Marceline Desbordes-Valmore

Viens, si tu veux rêver d'amour, Viens tresser ta couronne au fond de la campagne : Voici l'heure, hâtons-nous, ô ma jeune compagne ! Les songes dans les fleurs se cachent tout le jour. De leurs frêles prisons vont sortir les mensonges ; Le rêve d'une vierge est dans...

Les trois heures du jour - Marceline Desbordes-Valmore

Comme un bouton, près d'éclore, D'un seul regard de l'Aurore Attend le bienfait du jour ; Dans l'âge de l'innocence, Séduite par l'espérance, J'attendais tout de l'Amour. Comme la fleur imprudente Se plaît à suivre la pente Qui l'expose aux feux du jour, Je...

L'étrangère - Marceline Desbordes-Valmore

Ah ! que le monde est difficile ! Hélas ! il n'est pas fait pour moi. Ma sœur, en ton obscur asile, J'étais plus heureuse avec toi. On m'appelle ici l'étrangère ; C'est le nom de qui n'a point d'or. Si je ris, je suis trop légère ; Si je rêve... on en parle encor. Si...

L'exil - Marceline Desbordes-Valmore

Ils vont sans trêve ; ils vont sous le ciel bas et sombre, Les Fugitifs, chassés des anciens paradis ; Et toute la tribu, depuis des jours sans nombre, Dans leur sillon fatal traîne ses pieds roidis. Ils vont, les derniers-nés des races primitives, Les derniers dont...

L'exilé - Marceline Desbordes-Valmore

« Oui, je le sais, voilà des fleurs, Des vallons, des ruisseaux, des prés et des feuillages ; Mais une onde plus pure et de plus verts ombrages Enchantent ma pensée, et me coûtent des pleurs ! Oui, je le vois, ces frais zéphyrs Caresssent en jouant les naïves bergères...

L'inconstance - Marceline Desbordes-Valmore

Inconstance, affreux sentiment, Je t'implorais, je te déteste. Si d'un nouvel amour tu me fais un tourment, N'est-ce pas ajouter au tourment qui me reste ? Pour me venger d'un cruel abandon, Offre un autre secours à ma fierté confuse ; Tu flattes mon orgueil, tu...