Vieille maison - Nérée Beauchemin

Ne fut-il pas bâti par quelque duchesse Anne Ce logis d’ancien noble et de petit seigneur Qui nous offre, fleuri de grâce paysanne, Le portique amical de son perron d’honneur ! Le mur n’est pas creusé de la niche à treillage Où le naïf aïeul plaçait le saint patron,...

Une Sainte - Nérée Beauchemin

Chère défunte, pure image Au miroir des neiges d’antan, Petite vieille au doux visage ! Petite vieille au cœur battant Des allégresses du courage, Petite vieille au cœur d’enfant ! Auguste mère de ma mère, Ô blanche aïeule, morte un soir D’avoir vécu la vie amère !...

Rayons d’octobre (IV) - Nérée Beauchemin

Maintenant, plus d’azur clair, plus de tiède haleine, Plus de concerts dans l’arbre aux lueurs du matin : L’œil ne découvre plus les pourpres de la plaine Ni les flocons moelleux du nuage argentin. Les rayons ont pâli, leurs clartés fugitives S’éteignent tristement...

Rayons d’octobre (III) - Nérée Beauchemin

Écoutez : c’est le bruit de la joyeuse airée Qui, dans le poudroîment d’une lumière d’or, Aussi vive au travail que preste à la bourrée, Bat en chantant les blés du riche messidor. Quel gala ! pour décor, le chaume qui s’effrange ; Les ormes, les tilleuls, le jardin,...

Rayons d’octobre (II) - Nérée Beauchemin

À peine les faucheurs ont engrangé les gerbes Que déjà les chevaux à l’araire attelés Sillonnent à travers les chardons et les herbes La friche où juin fera rouler la mer des blés. Fécondité des champs ! cette glèbe qui fume, Ce riche et fauve humus, recèle en ses...

Rayons d’octobre (I) - Nérée Beauchemin

Octobre glorieux sourit à la nature. On dirait que l’été ranime les buissons. Un vent frais, que l’odeur des bois fanés sature, Sur l’herbe et sur les eaux fait courir ses frissons. Le nuage a semé les horizons moroses, De ses flocons d’argent. Sur la marge des prés,...

Perce-neige - Nérée Beauchemin

Radieuses apothéoses Du soleil d’or et du ciel bleu, Fraîche gloire des printemps roses, Pourquoi donc durez-vous si peu ? Pourquoi donc êtes-vous si brèves, Aubes de l’enfance ? Beaux jours, Si pleins d’arômes et de sèves, Pourquoi donc êtes-vous si courts ?...

Mère glorieuse - Nérée Beauchemin

Viens entre les bras de ta mère, Viens, tes beaux grands yeux dans les siens, À son épaule, à ta manière, Nouer tes doigts de rose. Viens ! Viens ! Que ta bouche sur sa bouche Dépose un baiser triomphant : Que l’âme de ta mère touche À ta divine âme d’enfant. Son cœur...

L’hiver du rossignol - Nérée Beauchemin

Sur les toits la grêle crépite. Il neige, il pleut, en même temps : Premières larmes du printemps, Derniers pleurs de l’hiver en fuite. Parmi les longs cris qu’en son vol La première corneille jette, J’entends une note inquiète ; Est-ce la voix du rossignol ? D’où...

Les lys - Nérée Beauchemin

La terre, qui les fait survivre, s’est fleurie De ces grands lys de neige, au cœur tout rutilant, Dont la fleur fait songer à la fleur d’armoirie, Qui fleurdelisait d’or l’azur du drapeau blanc. Les tiges en poussant semblent s’être tendues, Comme en un même jet de...

Le rameau bénit - Nérée Beauchemin

Profonde poésie et symbole sublime De ces rameaux sacrés dont le vert éternel Évoque, en nos parvis, l’hosanna solennel, Le triomphe royal des palmes de Solyme ! Palmes qui couronnez l’hiver de nos climats, Et qui, par la verdeur et par l’efflorescence, S’apparentent,...

Le Laboureur - Nérée Beauchemin

Redonne tes bras à la Terre. Que, par l’apport de tes travaux, Elle accomplisse le mystère, Le prodige des blés nouveaux. Aux lointains conseils de l’Ancêtre, Aux ordres clairs de ton pays, Au commandement du grand Maître, En bon serviteur, obéis. Prépare la glèbe....

Le branle du Sanctus - Nérée Beauchemin

Dans l’air religieux des dimanches, ondulent Ces accords, graves comme un angélus du soir, Que les cloches de bronze, au rythme d’encensoir, Au sanctus de la messe, en sourdine, modulent. Sanctus ! Sanctus ! Rosaire aux doigts, priant tout bas, Grand’mère, dans un...

La Glaneuse - Nérée Beauchemin

Dans l’encadrement clair de la grand’porte ouverte, Que le géranium tout odorant fleurit De son aigrette rouge et de sa feuille verte, La glaneuse robuste apparaît, et sourit. Debout, le buste droit, la poitrine gonflée Du souffle que dilate et rythme le travail, Elle...

La bonne France - Nérée Beauchemin

Douce France, France jolie, France d’amour et d’idéal, Qui, dans ton épique folie, As fait tant de bien pour le mal. Tant de fois tu fus déchirée Par les crocs sanglants du vainqueur ; Mais ce qu’ils n’ont pas altéré, C’est la jeunesse de ton Cœur ; C’est l’éternelle...

La sauge écarlate - Nérée Beauchemin

Ô belle sauge, quel émoi Épanouit, gonfle, dilate Le cœur de ta fleur écarlate ? Sauge vermeille, dis-le-moi. Quel soleil, toi qui, si petite, Souriais à peine, à travers Le voile à jour des gazons verts, Te fit grande et fière, si vite ? Saugette, garde le secret De...

La Rédemptrice - Nérée Beauchemin

Petite enfant, parmi nos larmes, Dis-moi, pourquoi viens-tu t’offrir ? Parmi nos misères, tes charmes Vont-ils fleurir ? Toi plus chère que tout chose, Rose qu’un souffle peut flétrir, Ton tendre cœur, ô tendre rose, Va-t-il s’ouvrir ? Au ciel, d’où tu viens, monte...

Missive - Nérée Beauchemin

À M. et Mme Louis Fréchette. Le poète, À la grâce comme au talent, Souhaite Un long cycle de jours de l'an. Le ciel veuille Que nul âpre souffle inhumain N'effeuille Les fleurs qui sèment leur chemin. Que la lyre Toujours unisse au clair accord Du rire Le rythme des...

Le Viatique - Nérée Beauchemin

La cloche, lente, à voix éteinte, Tinte au clocher paroissial, Et l'écho tremblant de sa plainte Tinte et meurt dans l'air glacial. L'airain sonne en branle. On écoute. Pour qui le glas a-t-il tinté ? Et le son grave, avec le doute, Tombe sur le cœur attristé. C'est...

Le vieux parler - Nérée Beauchemin

Si je le parle, à coeur de jour, Au pays, avec les miens, comme Au grand siècle tout gentilhomme Le parlait aux abbés de cour, C'est... Ains seulement par amour. Ce français vieillot qu'on dédaigne, Il est natif d'un haut Poitou Et d'un lointain Paris itou. Ces...