Les lys - Nérée Beauchemin

La terre, qui les fait survivre, s’est fleurie De ces grands lys de neige, au cœur tout rutilant, Dont la fleur fait songer à la fleur d’armoirie, Qui fleurdelisait d’or l’azur du drapeau blanc. Les tiges en poussant semblent s’être tendues, Comme en un même jet de...

Une Sainte - Nérée Beauchemin

Chère défunte, pure image Au miroir des neiges d’antan, Petite vieille au doux visage ! Petite vieille au cœur battant Des allégresses du courage, Petite vieille au cœur d’enfant ! Auguste mère de ma mère, Ô blanche aïeule, morte un soir D’avoir vécu la vie amère !...

La Glaneuse - Nérée Beauchemin

Dans l’encadrement clair de la grand’porte ouverte, Que le géranium tout odorant fleurit De son aigrette rouge et de sa feuille verte, La glaneuse robuste apparaît, et sourit. Debout, le buste droit, la poitrine gonflée Du souffle que dilate et rythme le travail, Elle...

Beethoven - Nérée Beauchemin

Sonnet. Est-ce l'harmonieux orchestre que l'aurore Réveille sous la verte ogive des buissons ? Que dis-je ? Les oiseaux ne chantent pas encore, Et l'avril sur les bois fait courir ses frissons. Maître prestigieux, que tout artiste adore, Toi dont l'oreille entend les...

Lumière - Nérée Beauchemin

Perdu dans les brouillards du sophisme et du doute, Le monde, dans un noir tournoîment emporté, S'effarait, quand soudain retentit sur la route La voix de l'immanente infaillibilité. Et l'on vit, aveuglant les fils de Zoroastre, Perçant l'ombre où la haine occulte...

La mer - Nérée Beauchemin

La mer est un poème célèbre du poète Québécois Nérée Beauchemin issu de son premier recueil, Les floraisons matutinales (1897). Il est composé de quatre quatrains en alexandrins aux rimes croisées. Le poète y montre son amour pour la mer et dépeint un magnifique...

Ma France - Nérée Beauchemin

Français je suis, je m'en vante, Et très haut, très clair, très fort, Je le redis et le chante. Oui, je suis Français d'abord. Mais, n'ayez soupçon ni doute, Pour le loyal que je suis, La France, où mon âme est toute, Ma France, c'est mon pays. Ma France, l'intime...

La muse - Nérée Beauchemin

Bluet aux regards d'améthyste, Bluet aux yeux de ciel, dis-nous Ce qui te fait être si triste ? - J'ai vu ses yeux, j'en suis jaloux. Et toi, simple églantine rose, Payse aux lèvres de carmin, Pourquoi sembles-tu si morose ? - Je suis jalouse de son teint. Toi, beau...

Mirages - Nérée Beauchemin

Dans le repli d'une anse fraîche Où tremble le moelleux reflet D'un clair ciel rose et violet, Sommeille le bateau de pêche. Sur l'eau qui s'est agatisée, Dès le jour, encore endormi, Un vent léger souffle à demi Par brève et rythmique risée. Mais la vague au large...

Missive - Nérée Beauchemin

À M. et Mme Louis Fréchette. Le poète, À la grâce comme au talent, Souhaite Un long cycle de jours de l'an. Le ciel veuille Que nul âpre souffle inhumain N'effeuille Les fleurs qui sèment leur chemin. Que la lyre Toujours unisse au clair accord Du rire Le rythme des...

Épithalame - Nérée Beauchemin

À M. et Mme Alide Lacerte. Quand on s'aime on se marie : Il prend fin, l'enchantement D'une vague rêverie. Quand on s'aime on se marie : La vie à deux, c'est charmant. Longtemps on hésite, on n'ose ; La voix, les lèvres, les yeux, Malgré soi disent la chose. Longtemps...

Le ber - Nérée Beauchemin

La campagne, comme autrefois, Avec le bahut, et le coffre, Et l'armoire à vitrail, nous offre Le ber à quenouilles de bois. Dans le coeur d'un merisier rouge, L'aïeul a taillé les morceaux ; Et la courbe des longs berceaux Illustre la naïve gouge. Que la mère y couche...

Notre terre - Nérée Beauchemin

Terre, dont les âpres rivages Et les promontoires géants Refoulent les vagues sauvages Que soulèvent deux océans ; Terre qui, chaque avril, émerges, Toute radieuse, à travers La cendre de tes forêts vierges Et la neige de tes hivers ; Terre richement variée De verdure...

Le fleuve - Nérée Beauchemin

Depuis l'âge orageux des aurores premières Où tout un ciel pleuvait sur un monde naissant, Suivi d'un infini cortège de rivières, Au large, à plein chenal, en triomphe, il descend. Superbe, délivré des ténèbres sauvages Et des enchantements des noirs Esprits du mal,...

Primeroses - Nérée Beauchemin

Ces délicieuses fleurs roses, Grandes ouvertes ou mi-closes, Me soufflent de tant douces choses Et fleurent si frais et si doux, Que, bien sûr, et corolle et tige, Recèlent par quelque prodige, Quelque chose qui vient de vous. Troublant et capiteux arôme ! Mon cœur,...